Lutter contre les changements climatiques pour limiter le réchauffement à + 1,5°C

Entre l’ère préindustrielle (1850-1890) et aujourd’hui, la température moyenne mondiale a augmenté de plus de 1°C (+1,1°C en 2017) selon l’OMM – Organisation Mondiale de la Météorologie et le dernier rapport du Giec (octobre 2018). La tendance au réchauffement global et son origine liée aux activités humaines constituent une réalité incontestable. Hausse du niveau des mers et des océans, accroissement de la fréquence et de l’intensité des phénomènes climatiques extrêmes, perturbation des régimes de précipitations, aggravation des crises alimentaires, réduction de la biodiversité sont tant de manifestations d’ores et déjà observables des changements climatiques.

Les populations les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre causant ces changements sont aujourd’hui les plus exposées à leurs effets ressentis et leurs impacts attendus : accroissement du stress hydrique, désertification, raréfaction des ressources naturelles, érosion des sols, etc. constituant tout autant d’obstacles à l’atteinte des 17 ODD – Objectifs de Développement Durables. La lutte contre les changements climatiques est donc à la fois une question de justice et une condition sine qua non de la lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’échelle mondiale.

L’Accord de Paris, ratifié par la quasi-totalité des pays Parties (168 en octobre 2017) à la CCNUCC – Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques entre 2015 et 2017, pose les bases indispensables à une gouvernance mondiale assurant la cohérence entre les engagements internationaux et les politiques publiques mises en œuvre aux échelles nationale et locale.

La multiplication des effets des changements climatiques et les difficultés de la communauté internationale à prendre les mesures à la hauteur de l’urgence constituent les principaux défis auxquels nous sommes confrontés actuellement.

L’action de la Commission Climat et développement de Coordination SUD

Depuis 2007, les ONG de solidarité internationale et les ONG environnementales de Coordination SUD se sont réunies au sein de la CCD – Commission Climat et développement, avec deux principaux objectifs :

  1. Nourrir le débat sur les politiques climatiques auprès des acteurs nationaux impliqués dans les enjeux climat & développement ;
  2. Favoriser le renforcement des compétences et la diffusion des outils nécessaires à une meilleure intégration des questions climatiques dans les projets de développement des ONG du Nord et du Sud.

Pour ce faire, plusieurs thématiques dont l’énergie, les financements, les vulnérabilités, l’adaptation aux changements climatiques, les liens entre genre et climat ou les mécanismes internationaux sont traitées par les chantiers de travail de la Commission.

Pour aller plus loin...

  • Le suivi de la COP21 par les organisations de la société civile

    Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillait au Bourget la 21e Conférence des parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) ou Conférence Paris climat 2015. La conférence visait à aboutir à un accord universel, ambitieux et contraignant permettant de lutter efficacement contre le changement climatique et encourager la transition vers des économies résilientes et sobres en carbone, afin de limiter le réchauffement climatique à 2°C maximum. Coordination SUD s'est mobilisée fortement pour la COP21 principalement à travers ses espaces collectifs internes ou externes puis en lien également avec ses collectifs d'appartenance : la Coalition Climat 21, Concord et le FIP, etc.

  • Ateliers de la Commission Climat et développement

    La Commission Climat et développement propose des temps d'information et de réflexion sur les principaux enjeux climatiques abordés dans ses chantiers de travail.

  • Déforestation

    Après trois années de négociations politiques, le mécanisme de Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts, et l’augmentation des stocks de carbone forestier (REDD+) a été lancé à Cancún.

  • Agriculture et changement climatique

    L’agriculture doit aujourd’hui faire face à une double réalité : secteur économique le plus vulnérable aux variations du climat, il est également responsable de près de 14% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

  • Adaptation au changement climatique

    L’adaptation correspond à la capacité des sociétés à opérer des évolutions en termes d’organisation, de modes d’implantations et de techniques afin de limiter les impacts négatifs du changement climatique et d’en maximiser les effets bénéfiques.

  • Financement

    L’architecture financière joue un rôle clé dans la mise en œuvre effective et efficace d’un développement, résilient aux impacts climatiques et sobre en énergie et en carbone dans les pays les plus pauvres. Cette mise en œuvre dépend de la qualité et du volume des flux financiers mobilisés par la communauté internationale.

  • Négociations

    La crise climatique présente des analogies avec la crise financière de 2008, en ce sens où elle oblige à une limitation de la souveraineté nationale et consacre la notion de biens publics communs. Depuis 1992 elle fait l’objet de négociations internationales sous l’égide de l’ONU au sein de la Convention Cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter et restez informé.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Sur le même sujet

Visuel soirée débat
Actualité|20/11/2019

“S’engager pour l’environnement ici et là-bas” : soirée-débat le 27 novembre…

Financement|14/11/2019

Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) : call for letters of inquiry Mediterranean Basin Biodiversity…

Tout chaud

12/12/2019|Couverture Santé Universelle

Le droit universel à la santé est un choix politique

11/12/2019|Europe

Budget européen : un Conseil décisif pour la solidarité internationale

06/12/2019

[Rencontre OCDE] Rapport sur la coopération pour le développement 2019