Lutter contre les inégalités fondées sur le genre dans le développement

Lutter contre les inégalités fondées sur le genre dans le développement

L’approche genre repose sur l’analyse et la remise en cause des processus et rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, fondés sur l’assignation des rôles socialement construits en fonction du sexe. En dépit de cadres juridiques instaurant l’égalité entre femmes et hommes, les femmes ne bénéficient toujours pas des mêmes droits et opportunités au quotidien et continuent à subir des discriminations et des violences liées aux traditions, voire aux législations et aux institutions. L’approche genre promeut l’égalité formelle et réelle des droits, un partage équitable des ressources et responsabilités entre les femmes et les hommes, ainsi qu’un développement humain plus complet et durable pour tous et toutes.

Genre et développement

Dans le domaine du développement, cette approche vise à rendre visibles les inégalités, par la mise en évidence des mécanismes discriminatoires, afin qu’elles soient prises en compte directement dans les politiques, programmes et projets. En s’adressant aux personnes comme aux institutions, elle cherche à sensibiliser et changer les mentalités pour imaginer des modes de relations plus équitables, tant dans la vie quotidienne que dans la vie économique, sociale et politique.

À certains égards, les parties prenantes au développement se tournent vers l’approche genre plus lentement en France que, par exemple, dans le monde anglo-saxon, asiatique ou latino-américain. Depuis une dizaine d’années, l’engagement et l’expertise de certains acteurs.trices ont toutefois permis de poser des bases de plus en plus solides pour intégrer l’approche genre dans les politiques publiques de développement. En 2007, la France s’est dotée d’un Document d’orientation stratégique (DOS) Genre et développement, qui a posé les premiers jalons. En 2013, le deuxième DOS Genre et développement 2013-2017 du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) a été adopté. Le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Cicid) de 2016 a pris l’engagement de renouveler la Stratégie Genre et Développement en 2018. L’Agence française de développement a établi un Cadre d’intervention transversal Genre en 2013.

L’ensemble de ces démarches a permis une institutionnalisation progressive de l’enjeu de l’égalité entre les femmes et les hommes et s’est traduit par une meilleure prise en compte de l’approche genre dans la dimension bilatérale de l’aide publique au développement, la production d’outils et l’appui au renforcement des capacités. Malgré ces avancées, l’approche genre n’est que partiellement intégrée et appliquée. La volonté de changement d’échelle et la promotion de « la diplomatie des droits des femmes » ne peuvent avoir lieu sans les moyens adéquats.

-> Découvrez la liste des publications de Coordination SUD relatives au genre.

 

Le suivi des questions de genre au sein de Coordination SUD

La commission Genre et développement de Coordination SUD se mobilise pour :

  • Promouvoir l’intégration du genre dans les politiques et programmes de développement de la coopération française
  • Faciliter les échanges de pratiques et d’expériences sur la mise en œuvre de l’approche genre dans les projets (de développement, d’éducation au développement, de plaidoyer) des ONG françaises
  • Sensibiliser le milieu des organisations de la solidarité internationale françaises à l’approche genre