Améliorer la qualité

Page

Par éthique, par souci d’efficacité, pour préserver leur image collective, mais aussi pour répondre aux attentes de leurs parties prenantes, les ONG françaises de solidarité internationale mette en place depuis longtemps des initiatives, individuelles ou collectives, pour améliorer la qualité de leurs actions et de leurs organisations. Parler de qualité, c’est avant tout parler d’amélioration des pratiques, qu’elles soient institutionnelles, organisationnelles ou opérationnelles.
Cela s’est également traduit au niveau international avec l’élaboration des Principes d’Istanbul qui constituent une feuille de route en faveur de l’amélioration de la qualité au sein des Organisation de la Société Civile (OSC) afin de renforcer l’efficacité de leur contribution au développement.

Les enjeux de la qualité pour les ONG

Interrogées sur la notion de qualité, les ONG répondent d’abord en termes d’exigences internes, en se référant à leurs valeurs et à leurs missions, qui intègrent la prise en compte des attentes de leurs différentes parties prenantes : partenaires, bénéficiaires, bailleurs…
Elles évoquent ensuite des contraintes et des exigences externes souvent communes :

  • la nécessité de gérer et protéger une image commune ;
  • l’accès aux ressources financières (bailleurs publics ou donateurs privés) ;
  • la démonstration de leur utilité sociale ;
  • leur positionnement dans les débats sur l’efficacité de l’aide ;
  • les exigences des « parties prenantes » d’un secteur qui n’est régulé ni par le marché, ni par ses « usagers », ni par le citoyen-contribuable.

Les outils de la qualité

Une étude co-pilotée par Coordination SUD et le F3E et réalisée en 2011, « Penser la qualité en solidarité internationale » a montré que de nombreuses initiatives ont déjà été mises en place par les ONG françaises. Il peut s’agir d’initiatives individuelles, qui portent par exemple sur la maîtrise de la démarche projet, sur de bonnes pratiques circonscrites à un domaine particulier de la qualité (la gestion financière, la gouvernance, etc.), ou concernent une démarche plus globale ou plus stratégique (la gestion des partenariats, la capitalisation, etc.).
Il peut également s’agir d’outils ou de démarches collectifs telles que le Compas Qualité élaboré par le Groupe URD pour apprécier, piloter et rendre compte de la qualité des projets d’aide humanitaire, ou le référentiel Transparence de Coordination SUD visant à amener les membres du collectif à se questionner sur leurs pratiques de transparence, et à entamer une démarche collective d’amélioration de ces pratiques ou encore la cheklist Transparence, adaptée du référentiel, simple et efficace pour auto-diagnostiquer votre organisation et pour présenter vos résultats au CA ou en AG.
Par ailleurs, quelques ONG recourent à des dispositifs de certification ou de labellisation communs aux organisations qui font appel aux dons publics (Comité de la Charte) ou qui s’efforcent d’obtenir le soutien de philanthropes privés (label IDEAS).

Le Modèle d’autodiagnostic et d’amélioration continue (Madac)

Cependant ces différents outils n’ont qu’une approche partielle ou thématique de la qualité dans une ONG. C’est pourquoi Coordination SUD et le F3E ont élaboré, avec la participation de leurs membres, un cadre global d’analyse de la qualité : le Modèle d’autodiagnostic et d’amélioration continue (Madac).
Le Madac est un outil d’aide à la réflexion : il vous permet d’analyser globalement vos pratiques et vos résultats, par rapport à votre stratégie, à vos principaux enjeux, à vos marges de manœuvre et aux attentes de vos principales parties prenantes.

Le modèle (adapté du modèle d’excellence EFQM) fournit le cadre de cette analyse :

autodiagnostic et amélioration de la qualité des ong françaises de solidarité internationale

 

Découvrez le compte-rendu de l’atelier de présentation du Madac et des résultats de son expérimentation par les ONG pilotes, avec les membres de Coordination SUD et du F3E (novembre 2015). Ce compte-rendu apporte des éléments sur la genèse du Madac, sur ses principes et son fonctionnement, sur son expérimentation par les ONG pilotes (contextes et motivations pour cette expérimentation, apports et valeur ajoutée du Madac, conseils et points d’attention pour son utilisation…), sur les suites données par Coordination SUD et le F3E en termes promotion et d’accompagnement de la démarche Madac dans les ONG françaises de solidarité internationale.

 

Des activités d’accompagnement sont proposées par Coordination SUD et le F3E :

  • Une formation-action
    Une formation-action sur le Madac est proposée en 2017 aux ONG décidée à s’engager dans une démarche Madac ou très fortement intéressée, avec une première session de prise en main du Madac organisée les 14-15 novembre 2017 à Paris, et une journée de suivi / approfondissement à quelques mois. Informations et inscription
  • Des cofinancements éventuels
    Pour mobiliser un consultant externe pour faciliter les ateliers d’autodiagnostic et de priorisation des actions d’amélioration, une demande de cofinancement est possible auprès de Coordination SUD (Frio).
    Si l’autodiagnostic Madac révèle des besoins d’accompagnement externe pour appuyer la mise en œuvre de certaines actions d’amélioration, les cofinancements du Frio de Coordination SUD ou du Fonds d’études du F3E, peuvent être sollicités, selon les thématiques concernées.
  • Des échanges d’expériences
    Des ateliers entre ONG utilisant le Madac seront organisés par Coordination SUD et le F3E pour permettre d’échanger et de capitaliser les expériences.

Coordination SUD peut notamment approfondir, avec les ONG intéressées et à leur demande, les échanges et compléments d’information / sensibilisation liés à la possible mise en œuvre d’une démarche Madac en leur sein, en lien avec le F3E.

Les autres outils de Coordination SUD

Par ailleurs, Coordination SUD met à disposition de ses membres et du secteur, un certain nombre d’outils ou de dispositif dont l’objectif est de renforcer les organisations de solidarité internationale. C’est le cas notamment du Centre de Ressources (formations, groupes métiers…) ou du Fonds de Renforcement Institutionnel et Organisationnel (Frio).

Le groupe de travail Qualité, Transparence et Efficacité de Coordination SUD

Coordination SUD a mis en place depuis plusieurs années un groupe de travail Qualité, Transparence et Efficacité. Celui-ci a pour objectif d’offrir aux membres de Coordination SUD un espace de discussion collectif afin de :

  • Favoriser le partage et l’échange d’expériences dans les domaines de la qualité ;
  • Favoriser la diffusion d’information et la vulgarisation sur les pratiques et les démarches qualité dans le secteur de la solidarité internationale ;
  • Mobiliser le collectif sur la thématique de la transparence des ONG de solidarité internationale et valoriser les outils et initiatives prises au niveau de Coordination SUD et au-delà ;
  • Suivre, participer et relayer les débats sur l’efficacité de la contribution des ONG au développement.

 

Contact : Catherine Tudal, chargée de mission Qualité et FRIO – tudal[at]coordinationsud.org