Financement

Page

Fonds-vert-pour-le-climat1L’architecture financière joue un rôle clé dans la mise en œuvre effective et efficace d’un développement, résilient aux impacts climatiques et sobre en énergie et en carbone dans les pays les plus pauvres. Cette mise en œuvre dépend de la qualité et du volume des flux financiers mobilisés par la communauté internationale.

Le Fonds vert pour le climat a été adopté de justesse à Durban en 2011 et a été perçu comme un des succès obtenus à Durban. Ce fonds est un mécanisme financier ayant pour objectif de réaliser le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets pour combattre les effets des changements climatiques. Le texte adopté à Durban ne règle cependant pas certaines questions très importantes ; il ne précise pas comment le Fonds sera abondé. En dehors des petites contributions de quelques pays pour financer les dispositions intérimaires, le Fonds vert reste vide et les pays sont loin d’avoir trouvé un accord sur les sources de financement à la fois politiquement acceptables et techniquement faisables.

Avec la place croissante des thématiques environnementale et climatique dans les feuilles de route de la coopération internationale, il existe aujourd’hui un risque réel que l’aide au développement ne diminue au bénéfice de la lutte contre le changement climatique, et ce malgré le lobbying des ONG qui réclament l’additionnalité des fonds accordés au climat. Il est nécessaire de mobiliser des financements publics qui soient additionnels à l’APD et orientés spécifiquement vers l’enjeu majeur qu’est l’adaptation des paysans du Sud aux aléas climatiques. Ces financements doivent servir notamment à identifier, améliorer et répliquer les savoir-faire traditionnels et les innovations en matière d’adaptation, à améliorer les prévisions et projections climatiques et à mieux évaluer les vulnérabilités.