Sur le même sujet

24/12/2020

Suite à la CNH, premières réactions des ONG humanitaires

Le 17 décembre s’est tenue la Conférence nationale humanitaire. Les ONG de Coordination SUD se sont accordées sur la bonne qualité des échanges...

A lire aussi

22/12/2020

Appel à microprojets Liban 2021

Les associations françaises (moins de 130 000 EUR de ressources annuelles) et libanaises (moins de 250 000 USD de ressources annuelles) de plus de 2 ans d’existence sont éligibles à cet appel à projets.

Protection de l’espace humanitaire : les ONG attendent des mesures

Paris, le mardi 15 décembre 2020 – Jeudi s’ouvrira la 5e Conférence nationale humanitaire. Celle-ci réunira les principales organisations non gouvernementales humanitaires. Emmanuel Macron s’y exprimera. Les ONG ont des demandes très précises, parmi lesquelles celles touchant à la sécurité des personnels et à la protection de l’espace humanitaire.

En 2021, selon l’ONU, 235 millions de personnes dans le monde auront besoin d’une aide humanitaire – soit 40 % de plus par rapport à 2020. Ce contexte explosif (pandémie covid-19, changements climatiques, poursuite incessante de conflits durables, crises économiques à répétition, etc.) exige une réponse urgente de la communauté internationale et mobilise fortement les ONG humanitaires. Dans de multiples régions du monde et notamment au Nigeria, en Syrie, ou encore au Niger, les acteurs et actrices humanitaires sont de plus en plus souvent directement pris pour cibles. A ceci s’ajoute la remise en cause du droit international humanitaire à travers l’application des différents régimes de sanction et lois antiterroristes qui sont transposés par les États dans leur législation nationale et dans de nombreuses conventions de financement de l’aide humanitaire. L’espace humanitaire est de plus en plus contraint, ainsi que le droit international humanitaire (DIH).

Lors de son discours prononcé aux Nations unies en septembre dernier, le président de la République a affirmé :
« L’espace humanitaire est un patrimoine commun qu’il nous faut protéger en garantissant l’accès aux populations civiles comme la protection des personnels qui les soutiennent. La neutralité de l’action humanitaire doit être respectée et sa criminalisation endiguée ». Les ONG se réjouissent de ce discours engagé qu’il faut maintenant traduire en actes.

Dans la perspective de la Conférence nationale humanitaire et lors de laquelle Emmanuel Macron pourrait annoncer de nouvelles mesures, les ONG demandent à la France, d’une part de garantir la mise en place de mécanismes de lutte contre l’impunité en cas d’attaques commises contre les personnels humanitaires et contre leurs infrastructures, et d’autre part la mise en place d’une exemption humanitaire en lien avec la législation antiterroriste. Pour Philippe Jahshan, président de Coordination SUD, « l’exemption humanitaire doit s’effectuer au niveau législatif national, européen et dans les textes édictés par le Conseil de sécurité. Elle doit permettre de faciliter l’aide humanitaire aux populations des pays qui font l’objet de sanctions. »

Dans le cadre des projets financés par la France, une mesure inquiète particulièrement les ONG, celle du « criblage » des bénéficiaires ultimes de l’aide. Cette action consiste à vérifier que ces personnes ne figurent sur aucune liste de personnes sous régimes de sanctions ou embargos des Nations unies, de l’UE et de la France. Pour Thierry Mauricet de Première Urgence Internationale et administrateur de Coordination SUD, « Il est indispensable que la France garantisse qu’elle n’imposera en aucun cas un criblage des bénéficiaires dans l’ensemble des programmes qu’elle finance ».

Face à l’urgence climatique et à la crise covid, les ONG appellent à une mobilisation du secteur humanitaire. Elles recommandent à la France de continuer à innover, de rendre les financements humanitaires plus flexibles afin de soutenir une réponse terrain adaptée aux besoins et permettre de réduire les impacts humanitaires des catastrophes naturelles et multiples crises systémiques.

Pour que ces défis soient relevés, il est donc primordial que la France renforce ses capacités en termes de diplomatie humanitaire afin que le DIH soit respecté et que l’impact des régimes de sanction et des mesures « antiterroristes » sur l’aide humanitaire soit limité. « Il s’agit tout simplement de réduire les attaques contre les personnels de nos ONG, de faciliter la protection des populations civiles et restaurer la légitimité de notre action de manière durable pour améliorer notre accès aux populations affectées par les crises humanitaires » explique Jean-Pierre Delomier de Handicap International – Humanité & Inclusion et responsable de la commission Humanitaire de Coordination SUD.

 

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Sur le même sujet

Actualité|17/12/2020

CNH 2020 : “Notre attente est grande”

Actualité|14/12/2020|Conférence nationale humanitaire 2020

Protection de l’espace humanitaire : les ONG attendent des mesures

Publication|10/12/2020|Revue stratégique

Revue à mi-parcours de la stratégie humanitaire de la République française

Publications

Notes d'analyse & position
19/01/2021

Déclaration d’engagement des organisations humanitaires sur le climat

Groupe URD
Etudes & rapports
08/12/2020|Rapport de recherche

Les implications environnementales des transferts monétaires

Groupe URD

A lire aussi

Actualité|21/12/2020

Appel à l’action pour sauvegarder l’espace humanitaire et en finir avec l’impunité…

Tout chaud

21/01/2021|Catalogue 2021 des formations

Se former pour s’adapter, s’ouvrir et s’engager plus avant

18/01/2021

Le “contrat d’engagement républicain” inquiète le Mouvement associatif

13/01/2021|2021 au coeur des solidarités

Les défis sont de taille mais nous veillerons à les relever avec détermination et optimisme.