Voyage au centre de l’asile, enquête sur la procédure de détermination d’asile

La France s’enorgueillit d’avoir formulé la première le sens moderne du droit d’asile. En effet, dans la Constitution de l’An I, figurait un article 120 qui disait : – Il donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. -Il le refuse aux tyrans. Cet attachement fut de nouveau réaffirmé par la loi de 1952 qui créait l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et la Commission des recours des réfugiés. Près de six décennies plus tard, l’OFPRA est placé sous la tutelle du ministre de l’Immigration et l’Identité nationale. Un ministre qui, dans un même discours, proclame que la France est championne d’Europe en matière d’accueil des demandeurs d’asile et annonce le renvoi par charter d’Afghans dont la demande d’asile a été examinée en quatre jours. La France maintient-elle sa tradition de terre d’asile ou est-elle, à l’instar d’autres pays occidentaux, oublieuse des principes qui ont fondé son idéal républicain ?

A télécharger à partir du 8 février 2010 sur http://www.lacimade.org/

A lire aussi

Actualité|17/07/2020

Terre des Hommes France alerte sur la situations des autochtones en Amazonie

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)