Malgré la crise financière, 76% des Français souhaitent que l’Europe maintienne voire augmente son aide aux pays pauvres

En pleine crise financière mondiale et pour la première fois dans l’histoire, les représentants des plates-formes nationales d’ONG de près de 100 pays vont se réunir lors de la conférence « Regards du monde sur l’Europe », le jeudi 30 octobre à la Cité Internationale Universitaire de Paris, pour interpeller l’Europe sur ses responsabilités vis-à-vis du reste du monde.

Ouverte à la presse et au public, cette conférence permettra de confronter les visions des ONG du monde avec celles des institutions françaises, européennes et internationales autour de quatre thèmes majeurs pour l’avenir de l’humanité : la mondialisation, le développement durable, la construction d’un monde de paix, et les droits humains.

En tant qu’organisatrice de cet événement entrant dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne, Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale, avec Paroles d’Européens ! [1] a commandé un sondage à l’institut CSA sur la vision des Français quant au rôle que devrait jouer l’Europe dans le monde.

Il révèle que les Français, malgré la crise financière, veulent que les pays européens et l’Union européenne prennent leurs responsabilités vis-à-vis des pays en développement.

En effet, 76 % des Français souhaitent que l’Europe maintienne voire augmente son aide aux pays pauvres, alors que l’aide au développement européenne a baissé de 8,4% entre 2006 et 2007. Or tout dépend d’une volonté politique, puisque l’Espagne a augmenté de 34 % son aide au développement dans une conjoncture économique identique à celles des autres pays européens.

Il ressort également du sondage que 60% des Français espèrent que l’Europe intégrera les besoins des pays en développement dans sa réflexion sur la régulation de la mondialisation, en souhaitant pour cela que les Etats membres de l’Union européenne et les institutions européennes jouent un rôle majeur.

Selon Henri Rouillé d’Orfeuil, le président de Coordination SUD : « Les citoyens européens ont compris que ce sont les populations des pays pauvres qui subissent de plein fouet la dérégulation des marchés agricoles, la crise alimentaire et les premiers effets des changements climatiques ; ils attendent donc des gouvernements européens une détermination à ne pas laisser tomber les pays en développement, malgré la crise financière ».

[1] Sondage réalisé en partenariat avec Ouest-France, RFI et TV5 Monde

 

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)