Note d’analyse – Les effets de la pandémie COVID-19 et des mesures de contrôle à Madagascar

Sept organisations du Groupe initiatives intervenant à Madagascar ont produit une note pour témoigner des effets de la crise du COVID-19 dans leur zone de travail.

Sept organisations* du Groupe initiatives, collectif d’associations professionnelles de solidarité internationale, conduisent de nombreux projets à Madagascar depuis de longues années, menés pour certains d’entre eux de manière conjointe ou en synergie. Fort de leurs pratiques et connaissances de terrain, géographiquement représentatives des mondes urbains et ruraux du pays, ce collectif a pensé utile de restituer un témoignage sur les effets de la crise du COVID-19 dans leurs zones de travail. Rédigée sur la base de recueil d’une cinquantaine de témoignages de producteurs, de cadres de projets, de responsables d’organisations professionnelles, d’entrepreneurs et de responsables de services techniques, de membres de collectivités territoriales et d’habitants de quartiers, la présente note a pour simple ambition d’apporter un éclairage empirique et de soulever un certain nombre de questions et réflexions relatives à cette situation inédite.

Après un rappel des quelques caractéristiques socioéconomiques de Madagascar, une synthèse de la situation relative à la présence du COVID-19 sur le territoire est proposée à travers une revue des données sanitaires et des principales mesures prises par le gouvernement pour contrôler son expansion.
La présentation des observations de terrain sera ensuite abordée sous différents angles, qui correspondent à la diversité des travaux des membres du Gi à Madagascar, à savoir (i) les effets sur le tissu économique et social, et notamment dans les villes , (ii) les effets dans le monde agricole et rural, en prenant en considération le fonctionnement des systèmes de production et des filières sous la contrainte de la baisse de la demande et des difficultés d’acheminement, (iii) les répercussions sur l’exploitation des ressources naturelles, et enfin (iv) les effets au niveau des collectivités territoriales rurales.
Les observations présentées dans cette note reflètent avant tout une diversité de situations dans les régions du pays où interviennent les membres du Gi, mais ne peuvent faire l’objet de généralisation.

* Agrisud, APDRA, AVSF, GRET, ID Interaide, IRAM

A lire aussi

Publication|20/10/2020

Processus d’accompagnement pour une approche commune des montants des transferts monétaires

Actualité|14/10/2020

Vie associative : Interpellez vos parlementaires en un clic

Tout chaud

14/10/2020|Discours de Philippe Jahshan

25 ans de rassemblement pour la solidarité

08/10/2020|Rapport annuel 2019 - Coordination SUD

25 ans de rassemblement pour la solidarité

29/09/2020|Tribune

Pour une nouvelle architecture économique mondiale qui serve les populations et la planète