Note de plaidoyer|Diplomatie féministe : pour une APD genre à la hauteur des enjeux

Les femmes et les filles sont encore largement surreprésentées dans la population mondiale n’accédant pas à la scolarité primaire et secondaire, vivant sous le seuil de pauvreté et occupant des emplois informels peu ou non rémunérés. Les impacts des crises ne sont jamais neutres en termes d’inégalités femmes-hommes, et celle de la covid-19 ne fait pas exception. Les femmes et les filles sont d’autant plus vulnérables face aux conséquences de la pandémie : les violences sexistes et sexuelles ont dramatiquement augmenté, l’accès aux droits sexuels et reproductifs a été de plus en plus limité et ONU Femmes prévoit une exacerbation des inégalités économiques déjà existantes1. L’aide publique au développement (APD) doit prendre en compte ces inégalités structurelles aggravées par la crise et répondre aux obstacles spécifiques auxquels font face les femmes et les filles.

Cette note est proposée par la commission Genre et développement de Coordination SUD.

 

Sur le même sujet

Olivier Bruyeron
Actualité|02/03/2021

La fabrique de l’aide publique au développement : réflexions sur la nouvelle loi

Projet de Loi Développement solidaire
Communiqué de presse|01/03/2021

Loi développement solidaire : les ONG souhaitent un renforcement du texte au Sénat

A lire aussi

Publication|01/03/2021

Notes de SUD #28 | Genre et filières agricoles d’exportation : atouts, limites et enseignements…

Tout chaud

Assemblée nationale
16/02/2021|Loi Développement solidaire

Les ONG demandent plus de solidarité, la France répond “ultérieurement”

Un enfant tenant une mappemonde. Au loin l'horizon et le soleil.
12/02/2021|En discussion

Suivre l’actualité de la loi « développement solidaire »