Agricultures paysannes et atténuation du changement climatique

Agricultures paysannes et atténuation du changement climatique : quelques éléments de compréhension

Les agricultures familiales du Sud, qui représentent près de 80 % des exploitations agricoles dans les pays en développement, et plus d’un milliard d’actifs, sont au coeur d’enjeux importants et paradoxaux relatifs au changement climatique global. Les populations paysannes sont parmi les premières victimes des effets du changement climatique, car elles dépendent directement du climat et des ressources naturelles pour le maintien de leur activité économique.

Or historiquement, elles n’en sont pas responsables : les pays du Nord concentrent la majeure partie des émissions cumulées depuis 1990. C’est ainsi que de nombreuses ONG de développement en France et à l’international, dont celles de Coordination SUD, plaident pour une priorité donnée dans les pays du Sud au financement de l’adaptation aux aléas climatiques, l’atténuation des émissions devant être la priorité des pays industrialisés et, dans une certaine mesure, émergents. Pourtant, aujourd’hui, la majeure partie des émissions de GES agricoles se situerait au Sud, et pour de nombreux acteurs (notamment certains négociateurs du Nord à l’UNFCCC), l’atténuation des agricultures du Sud (encore majoritairement paysannes) reste un enjeu fort.

A lire aussi

Actualité|17/07/2020

Terre des Hommes France alerte sur la situations des autochtones en Amazonie

Rapport annuel 2019 Agrisud International
Actualité|10/07/2020

Agrisud sort son rapport annuel 2019

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé