Liste des membres de Coordination SUD

Page

En juin 2019, Coordination SUD regroupe près de 170 ONG françaises adhérentes soit en direct soit via un des collectifs suivants.

Les collectifs d’ONG membres de Coordination SUD

  • Clong-Volontariat – Comité de Liaison des ONG de Volontariat
  • Cnajep -Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire
  • CHD – Coordination Humanitaire et Développement
  • Crid – Centre de Recherche et d’Information pour le Développement
  • Forim – Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations
  • Groupe initiatives

Vous pouvez faire afficher la fiche de chaque membre en utilisant le moteur de recherche ci-dessous :

Rechercher une ONG membre

  • SCD (Service de Coopération au Développement)

    SCD (Service de Coopération au Développement)

    Fondé en 1959 à Lyon, le SCD est le plus ancien et l’un des trois principaux organismes de Volontariat de Solidarité Internationale avec 300 volontaires présents dans 50 pays du Sud. Organisme chrétien agréé par le Ministère des Affaires étrangères, l’association participe au développement par le Volontariat d’Échange et de Solidarité Internationale, dans un esprit d’ouverture et de partenariat. Il collabore avec toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté pour soutenir leurs initiatives de changement social et de développement durable. A la demande des partenaires responsables de structures de développement, le SCD recrute, forme et envoie des volontaires pour des missions de un an minimum, généralement deux ans. Il assure leur suivi sur le terrain. Il les aide à se réinsérer et à poursuivre en Europe leur engagement pour un développement solidaire au Sud comme au Nord et entre le Nord et le Sud. Le SCD s’est depuis 2010 engagé dans le développement du Service Civique à l’international.

     

    Pour en savoir plus, nous ouvrons nos portes pour des séances d’informations tous les premiers mercredi du mois, autour d’un café. Sans inscription, nous vous accueillons de 18h à 19h dans nos locaux, au 18 Rue de Gerland Lyon 7ème (métro Jean Macé).

  • Sidaction

    Sidaction

    Sidaction a pour but le développement de la lutte contre le sida par le soutien à des programmes de recherche scientifique et médicale, de formation, de prévention, d’entraide, d’amélioration de la qualité de vie et des soins, et de soutien aux personnes atteintes par l’infection à VIH et/ou à leurs proches, en France et dans les pays en développement.

    Créée en 1994, Sidaction est un collectif de chercheurs, de soignants et d’acteurs associatifs de lutte contre le sida dont l’objectif est de développer des programmes de recherche scientifique et médicale et des programmes de prévention et d’aide aux malades, en France et dans les pays en développement. Sidaction est une association reconnue d’utilité publique depuis 1998. Elle a acquis au fil des années des compétences et une expérience qui lui permettent de renforcer les moyens de lutte contre le sida. Sidaction s’attache également à défendre la place des malades et de leur entourage dans le combat quotidien face à la maladie et favorise les programmes de santé communautaire. L’engagement de Sidaction dans les pays à ressources limitées a débuté dès 1994 et s’inscrit dans une démarche de développement. Sidaction a en effet choisi de soutenir des associations locales sur le long terme en leur apportant un appui financier et un accompagnement technique à la mise en place de projets de soins et d’aide aux malades.

    Sidaction soutient des associations de terrain, engagées dans des actions au sein desquelles les personnes malades et leurs proches participent à la vie associative à tous les niveaux. L’aide directe aux malades est privilégiée à travers des programmes d’accès aux soins et aux traitements, de soutien psychologique et social, d’appui aux orphelins, etc. Les cibles prioritaires sont les populations les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre. L’équipe des programmes internationaux de Sidaction apporte en outre un appui technique à la carte aux associations qu’elle soutient, dans les domaines de la gestion financière, administrative et des ressources humaines, et développe des actions de renforcement des capacités en proposant ou en soutenant des projets de formation destinés au personnel associatif.

    Les programmes internationaux de Sidaction reçoivent le soutien de l’Agence Française de Développement, de la Mairie de Paris, et de fondations privées. Parmi les associations françaises de lutte contre le sida, l’engagement de Sidaction est le plus important en termes de budget et de partenariat. En 2012, les programmes internationaux de Sidaction ont apporté un soutien à 77 organisations de lutte contre le sida et engagé 4,1 millions d’euros à la lutte contre le sida en faveur des pays à ressources limitées. En 2012, les programmes scientifiques et médicaux de Sidaction ont soutenu des projets de recherche et des projets d’amélioration de la qualité de vie et de la qualité des soins pour un montant total de plus de 3,8 millions d’euros. La majorité de ces projets concerne la recherche fondamentale, mais la recherche clinique et les recherches en sciences sociales sont aussi représentées. L’aide aux équipes de recherche a permis le soutien de 65 projets, à la hauteur de 800 000 euros, et 85 jeunes chercheurs ont pu bénéficier d’un financement nominatif, couvrant les coûts de leurs salaires, pour un total de 2,4 millions d’euros. Parmi ces jeunes, 12 doctorants ont soutenu leur thèse grâce au soutien de Sidaction. 31 projets d’amélioration de la qualité de vie et de la qualité des soins ont pu être financés, pour plus de 650 000 euros. Dans ce cadre, 3 Maisons d’Accueil Spécialisées ont bénéficié d’un soutien à la création et à l’équipement, pour un montant total de 234 374 euros. Pour les programmes associatifs en France, en 2012, Sidaction a versé  3,9 millions d’euros répartis entre  116 associations sur 167 projets d’accompagnement de personnes atteintes du VIH mais aussi sur des projets de prévention et de dépistage.

  • Solidarité Sida

    Solidarité Sida

    À la fois acteur de prévention, organisateur d’événements et partenaire d’associations communautaires à travers le monde, Solidarité Sida a choisi de faire de l’événementiel le socle de sa démarche auprès de la jeunesse.

    L’histoire de Solidarité Sida démontre avec force que, contrairement aux idées reçues, les jeunes sont prêts à s’engager. Par ses initiatives, l’association leur offre un terrain d’action citoyen ou répond à leurs préoccupations en termes de santé et/ou de sexualité. Ils sont plus de 3 000 bénévoles à faire vivre la chaîne de solidarité sur laquelle s’appuie la démarche de Solidarité Sida.

    Solidarité Sida ne vit pas de dons ni de subventions. Pour pouvoir financer ses actions de prévention ou des programmes d’aide aux malades à travers le monde, l’association se doit de dégager des fonds au travers d’initiatives ou d’événements qu’elle produit et organise comme Solidays ou le Gala. Ce modèle unique d’économie solidaire oblige Solidarité Sida à innover constamment et à fédérer autour de son projet de nombreuses énergies. 

    Pour viser des effets durables, le renforcement de l’action de la société civile est une priorité, notamment dans les pays du sud. Plutôt que développer ses propres programmes, Solidarité Sida a préféré tisser de nombreux partenariats avec des associations communautaires, installées au cœur des populations.

    Les actions de Solidarité Sida portent ainsi sur quatre grandes missions :

    AIDER… Que ce soit en France ou à l’international, voilà 25 ans que Solidarité Sida agit sur tous les fronts pour aider les plus vulnérables et réduire les inégalités dans l’accès aux traitements et aux soins. Aujourd’hui, Solidarité Sida soutient près de 100 associations à travers le monde.

    PREVENIR … On meurt toujours du sida en France et malgré l’information, un jeune sur 3 n’utilise pas systématiquement les préservatifs. Les faits sont là. Ici ou ailleurs, la nécessité d’innover pour être écouté se fait grande. De plus en plus, la prévention doit être mise en scène pour être efficace. Depuis sa création, Solidarité Sida organise des actions de prévention sur le terrain en allant à la rencontre des jeunes.

    DEFENDRE les intérêts et droits des personnes vivant avec le VIH. Face aux enjeux actuels de la lutte contre le sida, les actions de terrain ne suffisent plus. Avec ses partenaires associatifs, Solidarité Sida a décidé de s’investir dans un travail d’interpellation des gouvernements et des médias. Ainsi le combat est renforcé par des actions de lobbying et de plaidoyer en faveur d’un accès universel aux traitements.

    MOBILISER… L’histoire de Solidarité Sida démontre avec force que, contrairement aux idées reçues, les jeunes sont prêts à s’engager. Par ses initiatives et ses événements, l’association répond à leur envie d’agir et leur offre un terrain d’action citoyen en faveur d’une plus grande solidarité entre pays riches et pauvres.

  • SOS Villages d’Enfants

    SOS Villages d’Enfants

    SOS Villages d’Enfants France est une association indépendante, apolitique et non confessionnelle, créée en 1956 et reconnue d’utilité publique en 1969. Acteur de la protection de l’enfance en France, SOS Villages d’Enfants France est aussi une ONG de solidarité internationale membre de la fédération SOS Villages d’Enfants International constituée de 116 associations intervenant dans 135 pays.

    Guidée par l’esprit de la CIDE, SOS Villages d’Enfants défend les droits de l’enfant et en premier lieu celui à vivre dans un environnement familial qui favorise son développement personnel, son autonomie sociale et professionnelle afin qu’ultérieurement il devienne un adulte qui participe à la société et puisse s’engager dans le développement de son  pays.

    Pour réaliser cet objectif, SOS Villages d’Enfants France et ses partenaires locaux proposent des réponses adaptées aux situations de deux groupes cibles : les enfants risquant de perdre la prise en charge parentale et les enfants l’ayant perdue.

    • Lorsqu’un risque d’abandon ou de déstructuration familiale est identifié, la famille est accompagnée et conseillée afin d’être renforcée durablement. Les axes d’intervention sont définis par la famille en fonction de ses besoins: développement des revenus, amélioration des relations familiales, des conditions de logement, accès aux services de l’Etat, promotion des droits humains, …
    • Lorsque le maintien au sein de sa famille se révèle impossible ou contraire à l’intérêt de l’enfant, il peut être pris en charge au sein d’un village d’enfants SOS, de familles d’accueil ou de structures pour jeunes.
    • Lorsque les services de base, en premier lieu l’accès à une éducation de qualité et aux soins maternels et infantiles, sont absents ou inadéquats, SOS soutient leur mise en place ou leur adaptation en partenariat avec les politiques publiques.

    SOS Villages d’Enfants France appuie spécifiquement 22 associations homologues nationales en contribuant à leur financement et en renforçant leurs capacités aux niveaux opérationnel, organisationnel, stratégique et institutionnel afin d’assurer l’efficacité et la pérennité de leur action. Mettant elle-même en œuvre des activités de terrain, de réflexion et de plaidoyer en France et en Europe, SOS Villages d’Enfants France est également en mesure de proposer des transferts de compétences à ses partenaires locaux.

     

    Les actions de solidarité internationale en chiffres :

     

    Chiffres au 1/01/2015

    Total des activités de  SOS Villages d’Enfants International

     Dont actions activités internationales soutenues par SOS Villages d’Enfants France
    Programme de renforcement de la famille 731 52 programmes
    559 000 22 600 enfants bénéficiaires et leurs familles
    Education et formation 478 92 établissements
    146 500 26 500 enfants et jeunes scolarisés ou formés
    Prise en charge alternative 1 311 44 villages SOS et foyers de jeunes
    84 000 8 016 enfants pris en charge
    Santé 77 29 structures médicales
    962 000   services ou consultation

     

  • Terre & Humanisme

    Terre & Humanisme

    TERRE ET HUMANISME, L’AGROÉCOLOGIE COMME MISSION

    Nous le constatons chaque jour, la solidarité agroécologique se pratique tant en France qu’à l’étranger. Partout dans le monde, les paysans et maraîchers affrontent les mêmes difficultés et relèvent les mêmes défis pour atteindre l’autonomie, la sécurité et la salubrité alimentaire. En Afrique de l’Ouest, sur le pourtour méditerranéen et en France nous participons à la transmission des savoirs et savoir-faire agroécologiques.

    Créée en 1994 sous le nom des “Amis de Pierre Rabhi”, rebaptisée en 1999, l’association Terre et Humanisme œuvre pour la transmission de l’agroécologie comme pratique et éthique visant l’amélioration de la condition de l’être humain et de son environnement naturel.

    Projet Associatif

    A partir d’un constat partagé sur les évolutions, ainsi que sur les forces et faiblesses de l’association, le présent document propose des priorités pour 5 années à venir. Il constitue une référence qui permettra de se mobiliser autour d’axes partagés. Projet associatif

    Charte éthique

    Nos actions s’inscrivent dans un humanisme actif porté par des valeurs fortes de solidarité et de respect du vivant. Ces valeurs sont exprimées dans notre charte éthique.

    Les missions de T&H

    En partageant l’agroécologie au Nord comme au Sud, l’association intervient dans la formation des acteurs pour accompagner le changement de pratiques agricoles et de paradigme sociétal vers une alternative éthique et politique au service de la vie, de l’autonomie alimentaire des populations et de la sauvegarde de la terre. L’objectif est d’accompagner les populations vers l’autonomie, la sécurité et la salubrité alimentaires jusqu’à ce que la présence de Terre et Humanisme ne soit plus nécessaire.

    Statuts

    Terre et Humanisme est une association de loi 1901 déclarée d’intérêt général et enregistrée comme organisme de formation sous le numéro 82070040207. Statuts de l’association.

  • Terre des Hommes

    Terre des Hommes

    Terre des Hommes France agit pour la promotion, la défense et la mise en œuvre des droits humains fondamentaux des populations défavorisées et contribue à la construction d’une société civile et démocratique.

    • Nous collaborons à l’international, d’égal à égal, avec des partenaires associatifs, afin de former et d’accompagner ces populations pour qu’elles puissent faire valoir leurs droits.
    • Nous agissons auprès des décideurs et institutions françaises et internationales pour que l’application de ces droits soit garantie.
    • Nous nous investissons en France dans la sensibilisation et l’éducation aux droits.

    Terre des Hommes France est membre de la Fédération internationale de Terre des Hommes.

  • UNMFREO (Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation)

    UNMFREO (Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation)

    A côté de leurs actions de formation et de développement en France, le mouvement des Maisons familiales rurales a développé des actions de coopération, depuis de très nombreuses années, pour accompagner la création de MFR dans d’autres pays. Des partenariats sont mis en œuvre avec le service des relations internationales de l’UNMFREO qui gère de nombreux programmes de coopération. La politique de coopération, précisée dans une charte, vise à :

    • Favoriser la création et le développement des Maisons familiales rurales dans le monde par un appui aux démarches associatives, méthodologiques et pédagogiques auprès de communautés ayant clairement exprimé leur souhait de créer une association de ce type,
    • Permettre l’enrichissement des Maisons familiales rurales par un partage de leurs expériences et savoir-faire,
    • Faciliter et coordonner le partenariat entre des structures fédératives de Maisons familiales rurales françaises et celles d’autres pays. Les collectivités territoriales sont de plus en plus associées à cette nouvelle forme de coopération et d’échanges,
    • Participer à la réflexion sur la définition de nouvelles solidarités internationales et à l’ouverture des Maisons familiales rurales et contribuer à l’éducation au développement des jeunes en tant que citoyens,
    • Développer des partenariats avec les acteurs français et européens de la coopération internationale, tant au niveau des pouvoirs publics qu’au niveau des organisations non gouvernementales (ministère français des Affaires Étrangères, Union européenne, collectivités territoriales, Agriculteurs Français et Développement International (AFDI), …).