Liste des membres de Coordination SUD

Page

En juin 2019, Coordination SUD regroupe près de 170 ONG françaises adhérentes soit en direct soit via un des collectifs suivants.

Les collectifs d’ONG membres de Coordination SUD

  • Clong-Volontariat – Comité de Liaison des ONG de Volontariat
  • Cnajep -Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire
  • CHD – Coordination Humanitaire et Développement
  • Crid – Centre de Recherche et d’Information pour le Développement
  • Forim – Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations
  • Groupe initiatives

Vous pouvez faire afficher la fiche de chaque membre en utilisant le moteur de recherche ci-dessous :

Rechercher une ONG membre

  • Geres (Groupe Energies Renouvelables Environnement et Solidarités)

    Geres (Groupe Energies Renouvelables Environnement et Solidarités)

    Créé en 1976, le GERES – Groupe Énergies Renouvelables, Environnement et Solidarités – est une association à but non lucratif, dont les actions visent à améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres par la mise en œuvre de projets qui réduisent la précarité énergétique, préservent l’environnement et limitent les changements climatiques et leurs conséquences. L’association déploie une ingénierie de développement et une expertise technique spécifique menées en partenariat avec les communautés et les acteurs locaux.

    Production d’énergie propre, Sobriété et efficacité énergétique, Politique locale et territoire, Développement économique et Changements climatiques sont ses 5 thématiques d’intervention.
    170 collaborateurs conduisent 75 projets de développement durable innovants, en France et dans 22 pays du Sud.

  • Gevalor

    Gevalor

    L’association Gevalor a été créée en 2004 pour appuyer des projets de gestion des déchets dans les pays en développement. Ces projets visent à promouvoir la valorisation des ordures ménagères et l’assainissement des villes, tout en encourageant la création d’emplois, notamment en faveur des populations défavorisées.

    Gevalor intervient majoritairement sur des projets de compostage en Afrique, avec l’accès à la finance carbone. Elle travaille également sur le recyclage des plastiques, le traitement des déchets d’abattoirs et la production de combustibles alternatifs. Gevalor apporte en outre du conseil aux collectivités locales du sud sur leur plan de gestion des déchets.

    L’organisation a su s’inscrire dans la mise en place de solutions durables grâce à:

    • La fourniture d’appuis techniques et organisationnels, adaptés au contexte et au partenaire.
    • La recommandation de solutions techniques robustes et permettant employer une main d’œuvre abondante.
    • Une approche partenariale : tous les projets sont mis en oeuvre par des partenaires locaux, ONG ou petites entreprises à vocation sociale, en collaboration étroite avec les municipalités concernées et le secteur privé formel et informel.
    • Un soutien à la recherche de financements auprès de bailleurs nationaux et internationaux.

    Gevalor est chef de file de la Plateforme Re-Sources, réseau créé par 11 partenaires du Sud et du Nord, spécialistes de la gestion des déchets dans les pays en développement. Ce réseau compte aujourd’hui 24 membres : il vise à promouvoir la diffusion des bonnes pratiques de gestion des déchets adaptées aux conditions locales par des documents de capitalisation, des formations et des actions de plaidoyer auprès des décideurs locaux.

  • Grandir dignement

    Grandir dignement

    Créée en juin 2010, Grandir Dignement est une association qui ne cesse d’évoluer et de se développer. Son histoire témoigne de son évolution soudaine et laisse percevoir de bonnes perspectives quant à ses projets. Les interventions de Grandir Dignement se basent sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et s’attachent à garantir le respect de leur dignité en milieu carcéral.

    À travers le monde, des enfants sont incarcérés et se retrouvent dans une situation de grande vulnérabilité : carences alimentaires, absence de soin, insalubrité, manque d’accès à l’éducation… Dans certains pays, 90% des enfants en prison sont en attente de leur procès, sans avoir les moyens d’assurer leurs défenses. À ces conditions indignes s’ajoutent de nombreux cas de maltraitances et de tortures.

    Grandir Dignement ne fait aucune distinction de nationalité, d’origine ethnique, de religion, de condition sociale et d’appartenance politique dans ses actions. Basant ses interventions sur le respect des Conventions de Genève et sur la croyance que chaque enfant, quel que soit son passé puisse grandir dignement, l’association tend à garantir la dignité de ces mineurs en conflit avec la loi, trop souvent laissés dans l’ombre.

    Afin de changer les comportements et les attitudes vis-à-vis de la situation des mineurs incarcérés, Grandir Dignement réalise des enquêtes qui donnent lieu à la publication de rapports. Ces documents rendent compte de la situation des enfants « en conflit avec la loi » dans certains pays et permettent ensuite d’informer, de sensibiliser et de faire réagir les gouvernements face à la réalité de la justice pénale des mineurs et de la situation carcérale.

    En 2016, elle agit simultanément à Madagascar, au Niger et en France, ceci autant en lien direct avec les jeunes concernés qu’avec les autorités publiques. Elle promeut une amélioration de la justice des mineurs, l’humanisation des conditions de détention et l’instauration d’une justice restaurative.

  • GRDR Migration-Citoyenneté-Développement

    GRDR Migration-Citoyenneté-Développement

    La mobilité est une richesse pour des territoires solidaires

    Le Grdr est une organisation de solidarité internationale à caractère associatif (loi 1901) et à but non lucratif, sans affiliation politique et religieuse.

    En France tout comme en Afrique de l’Ouest, des femmes et des hommes, étudiants, agriculteurs, migrants, jeunes actifs, retraités ou personnes simplement concernées par la thématique « migration, citoyenneté et développement », se mobilisent aux côtés du Grdr, pour apporter leur soutien, donner de leur temps et proposer leurs compétences bénévolement.

    Le Grdr s’engage depuis 1969 pour la promotion sociale, culturelle et économique des migrants subsahariens en France et de leurs régions d’origine. Depuis deux générations, l’association accompagne ces « travailleurs », pour assurer à leurs familles, villages et pays un meilleur accès à l’éducation, à la santé, à l’eau comme à la production agricole et à la micro-entreprise. Le Grdr c’est aujourd’hui une équipe de 100 salariés et bénévoles de 13 nationalités différentes, qui intervient dans 5 pays (Mali, Mauritanie, Sénégal, Guinée Bissau, France) et une soixantaine de communes, avec une vingtaine de partenaires européens et ouest-africains. Chaque année, des écoles, des dispensaires, des puits, des barrages sont réalisés avec notre appui, tandis qu’en France des associations de migrants qui interviennent notamment auprès des femmes, des migrants les plus âgés et dans la lutte contre les discriminations reçoivent notre soutien…

    L’engagement des adhérents, salariés et partenaires du Grdr lui permet de poursuivre son action auprès des migrants et de leurs régions d’origine et de contribuer au « vivre ensemble » dans une France qui doute de son projet de société. Pour le Grdr, il passe par la reconnaissance de l’apport des migrants en France et en Europe et par la solidarité avec les pays d’origine.

  • GREF (Groupement des Educateurs sans Frontières)

    GREF (Groupement des Educateurs sans Frontières)

    Le GREF est une association de solidarité internationale, fondée en 1990. Elle est composée de plus de 500 membres, tous bénévoles, formateurs issus de l’éducation, de la formation d’adultes, de l’animation, du travail social… Le GREF collabore à des projets dans les domaines éducatif, culturel et social, afin que les populations deviennent le véritable acteur de leur développement. A ce titre, il participe à l’élaboration de projets en partenariat avec des acteurs du sud et du nord et contribue à leur mise en œuvre sous forme de missions de bénévoles de courte et moyenne durée. Enfin, le GREF intervient en France, dans les domaines de l’économie sociale et de l’EAD-SI.

  • Gret – Professionnels du développement solidaire

    Gret – Professionnels du développement solidaire

    Le Gret est une ONG internationale de développement de droit français, fondée en 1976. Elle agit du terrain au politique, pour apporter des réponses durables et innovantes aux défis de la pauvreté et des inégalités.

    Actif dans 28 pays, il compte 12 représentations permanentes en Asie, en Afrique et en Amérique latine en 2017.

    Chaque année, le Gret intervient sur plus de 150 projets et études répartis en 7 thématiques, afin d’apporter des réponses durables et innovantes aux défis de la pauvreté et des inégalités.
    Le Gret est une ONG professionnelle, dans sa vision du secteur du développement – qu’elle souhaite doter de savoirs et de solutions innovantes-, dans l’implication des populations du Sud qu’elle considère actrices de développement, et dans ses pratiques.

    Ses actions innovantes, fondées sur une démarche d’expérimentation, sont destinées à s’inscrire dans la durée, sans induire de dépendance, et doivent aboutir au renforcement des acteurs et actrices, et au fonctionnement autonome des structures mises en place.

  • Groupe Initiatives

    Groupe Initiatives

    Collectif membre de Coordination SUD créé en novembre 1993, le Groupe initiatives rassemble douze associations professionnelles de solidarité internationale et d’appui au développement, réunies afin d’unir et partager leurs expériences et leurs savoir-faire : Apdra pisciculture paysanne, AVSF, Ciedel, Essor, Geres, Gevalor, Grdr, Gret, ID, Inter Aide, Iram et Solthis.
    Le Groupe initiatives est une force de proposition de services et d’innovations en matière de coopération et de développement : études et évaluations, conduite de projets, contribution aux politiques, recherche-action, formation. Ses membres proposent d’agir avec les acteurs du Sud, en privilégiant la dignité du citoyen à l’assistanat, le renforcement des capacités à la substitution, la contribution aux politiques publiques au recyclage de modèles inadaptés, le travail avec les secteurs politiques et économiques à l’opposition stérile. Le Groupe initiatives diffuse ces travaux et réflexions grâce à la revue Traverses.

  • Groupe URD

    Groupe URD

     

    Fondé en 1993, le Groupe URD est un institut indépendant spécialisé sur les pratiques et les politiques humanitaires et post-crise.

    D’abord groupe de dialogue entre acteurs du développement et de l’urgence – qui interviennent différemment mais dont l’action est souvent entremêlée sur le terrain – le Groupe URD a permis de :

    • Confronter les points de vues et les expériences ;
    • Créer un dialogue, et mieux comprendre les nouvelles crises, les nouveaux contextes et les nouvelles problématiques de terrain qui se développaient dans le monde de l’après guerre froide ;
    • Réfléchir aux articulations possibles voire nécessaires entre différents types d’acteurs.

    Il s’est ensuite structuré en 1997 sous sa forme actuelle d’association loi 1901 pour aller plus loin dans son mandat. Son rôle est aujourd’hui d’accompagner les acteurs dans les processus d’amélioration de la qualité des programmes en menant des activités d’évaluation, de recherche, de formation et d’appui méthodologique.

    Afin d’agir au plus près du terrain et de promouvoir les leçons apprises, le Groupe URD met en place des observatoires des pratiques de l’aide dans des contextes de crise, comme par le passé en Haïti, au Tchad et en Afghanistan.

  • Guilde Européenne du Raid

    Guilde Européenne du Raid

    La Guilde est une ONG reconnue d’utilité publique. Elle vient de fêter ses 50 ans d’existence au service de l’Aventure et de la Solidarité. C’est la première ONG française non confessionnelle d’envoi de Volontaires. Elle agit dans une cinquantaine de pays.

    La Guilde est une association reconnue d’utilité publique. Créée en 1967, elle s’est d’abord investie dans le champ de l’aventure, comptant parmi ses membres ou compagnons de route des personnalités telles que Paul-Emile Victor, Henry de Monfreid, Philippe de Dieuleveult, Bertrand Piccard, Hubert de Chevigny. Preuves toujours vivantes de cet engagement, la remise de bourses à de nouveaux porteurs de projets ou l’organisation du Festival International du Film d’Aventure de Dijon.

    La confrontation avec des populations en difficulté a conduit la Guilde à participer à l’émergence de ce que l’on appelle aujourd’hui la solidarité internationale. Investie sur le terrain, elle a aussi beaucoup contribué à la structuration des acteurs associatifs français, principalement par le biais du Forum d’Agen qui, jusqu’en 2005, a réuni chaque année associations et professionnels pour des échanges, des formations, du financement.

    Aujourd’hui, la Guilde regroupe toujours deux pôles, l’un dédié à l’aventure, l’autre à la solidarité internationale.

    Par l’intermédiaire de différents programmes, elle offre chaque année la possibilité à plus de 900 jeunes de vivre une première expérience de solidarité dans un pays en développement, assure le portage administratif de plus de 800 Volontaires de Solidarité Internationale et engagés de service civique, accompagne nombre d’associations, étudiantes ou autres, dans le montage de leurs projets, accorde chaque année plus de 120 000 € à des microprojets de solidarité internationale, intervient directement sur le terrain en Palestine, au Liban, au Mali, au Niger, et au Cameroun .