Revue alternative 2013-2017 de la politique française de développement et de solidarité internationale

Revue alternative 2013-2017 de la politique française de développement et de solidarité internationale

Dans le cadre des travaux d’évaluation des politiques publiques mis en place par l’OCDE, la France verra sa politique de développement et de solidarité internationale examinée au printemps 2018. Une « revue par les pairs » du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE dressera donc un bilan de la politique française pour les années 2013-2017. Elle formulera des recommandations à l’attention du gouvernement pour les 5 prochaines années. Nouveauté dans ce processus : la société civile a eu l’opportunité de remettre aux expert.e.s mobilisé.e.s par l’OCDE un rapport alternatif au bilan dressé par le gouvernement lui-même. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a proposé à Coordination SUD de mener ce travail avec ses membres. Le cadre institutionnel et le portage de la solidarité internationale, les financements y afférents et leur utilisation, ainsi que les positions françaises dans les négociations internationales sont analysés de façon critique dans le présent rapport remis par Coordination SUD à l’OCDE fin novembre.

A l’issue du dernier examen dont la France a fait l’objet (2013), l’OCDE recommandait « que la France établisse une trajectoire réaliste pour atteindre l’objectif de 0.7 % du RNB alloué à l’APD dans les meilleurs délais », de s’assurer que les pays les plus pauvres et vulnérables soient davantage bénéficiaires de l’aide française et « de faire davantage d’efforts pour appuyer les organisations de la société civile et l’égalité entre femmes et hommes ». Le rapport alternatif conduit par Coordination SUD montre que ces recommandations sont toujours autant d’actualité et notamment  : baisse de l’APD sur la période 2012-2016 (de 0,46 % du RNB à 0,38 %), recours excessifs aux prêts au détriment des pays les moins avancés et du soutien aux organisations de la société civile, faiblesse structurelle de l’aide humanitaire ainsi que des financements destinés à renforcer l’égalité entre les sexes.