Enquêtes sur l’exploitation et les violences sexuelles des jeunes filles des rues de Kinshasa"La rue, c’est la chance ?"

Lune, 12 ans, vit dans la rue depuis 3 ans. Ses parents vivent à Kinshasa. Elle a envie de rentrer à la maison mais sa sœur la “tabasse” et la pousse à rester dans la rue. A son arrivée dans la rue, elle a subi un “baptême”. “Tu dois te faire prendre par tous les hommes du site, jusqu’à ce que tu sois calme. Ils te calment en te tabassant, en te faisant peur… alors tu restes calme, tu ne crie plus… ça a duré longtemps puis j’ai été acceptée dans le site.”

Pour gagner sa vie, elle se prostitue depuis l’âge de 10 ans. Au début, elle ne savait pas comment chercher l’argent, mais les ainées lui ont expliqué qu’elle devait chercher l’argent pour elles. Ça a duré plusieurs mois. Au bout d’un moment elle a décidé qu’elle pouvait se débrouiller seule. Elle est très souvent pourchassée et tabassée. La nuit, elle a toujours peur et reste sur le qui-vive. Elle est en colère contre les hommes car elle ne peut pas dormir, s’ils viennent et la force à avoir des rapports, elle ne pourra se rendormir de peur qu’ils ne reviennent.

La République Démocratique du Congo (RDC) connaît depuis plusieurs années une situation de crise chronique, alimentée par deux guerres successives en 1996 et en 1998. Près de 5 millions de congolais sont morts, dans un climat d’insécurité généralisée, de maladies courantes et en raison du non-accès aux soins.

Avec ses 8 millions d’habitants, Kinshasa est devenue la plus grande ville d’Afrique sub-saharienne francophone. Plus de la moitié des kinois ont moins de 15 ans et on compte 13 877 enfants vivant dans les rues de Kinshasa. Près de 70% ont entre 12 et 18 ans. 26 à 48% sont des filles.

Depuis 10 ans, Médecins du Monde intervient auprès des enfants des rues à Kinshasa. Face à l’accroissement du nombre de jeunes filles dans les rues, l’association concentre depuis 2007 ses activités sur celles-ci. En 2008, MdM et ses partenaires ont mené deux d’enquêtes afin de dresser un état des lieux des violences et de l’exploitation sexuelle qu’elles vivent au quotidien.

  • 9 filles sur 10 vivent de la prostitution.
  • 12 ans, c’est l’âge moyen d’entrée dans la prostitution.
  • 70% ont subi un “baptême”, un rituel violent d’entrée dans la rue
  • 74% des enfants ont eu leur 1er rapport sexuel avant de vivre dans la rue et pour plus de 4 filles sur 10, le 1er rapport sexuel était un viol.

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)