Convergences et conflits d’intérêt entre les paysans et les consommateurs : l’exemple de la Guinée.Peut-on surmonter les conflits et renforcer les convergences ?

A deux reprises en 2007 et 2008, le Gouvernement de Guinée Conakry a choisi de fermer ses frontières à l’exportation des produits alimentaires afin de réguler les prix des marchés intérieurs et d’améliorer l’accessibilité des produits de première nécessité aux consommateurs urbains. Des autorités locales en ont profité pour imposer des prix à la consommation. Certains paysans ont vu les débouchés pour écouler leur production se réduire. Ils ont parfois perdu une grande partie de leur récolte sur pied, faute de marché solvable en Guinée (ex.pommes de terre) ou ont vendu à perte (producteurs et commerçants de riz). Les commerçants et d’autres intermédiaires (transporteurs) ont été accusés de s’enrichir sur le dos des paysans comme des consommateurs.

Face à cette apparente contradiction entre les intérêts de deux parties de la société civile, le CFSI a proposé de travailler avec le Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée (CNOSC) afin d’affiner la perception des enjeux, des antagonismes, des points d’accord possibles, trouver des pistes pour surmonter ces clivages et rapprocher les positions des acteurs de la société civile dans le cadre des actions de plaidoyer, et enfin améliorer la cohérence des actions de coopération qui visent les paysans et les consommateurs urbains.

A lire aussi

Rapport annuel 2019 Agrisud International
Actualité|10/07/2020

Agrisud sort son rapport annuel 2019

Publication|03/07/2020

Note d’analyse – Les effets de la pandémie COVID-19 et des mesures de contrôle à Madagascar

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé