Recul des engagements français en termes d’APD – Méthode de calcul des pertes induites

En 2002, la France s’est engagée à consacrer, d’ici 2012, 0,7% de son Revenu national brut (RNB) à l’Aide publique au développement (APD). Pour cela, un objectif intermédiaire de 0,5% du RNB consacré à l’APD en 2007 avait été fixé. Cet engagement a été réitéré lors du G8 de Gleaneagles.

Toutefois, en juin 2008, la France a renoncé à cet engagement pour finalement retenir l’objectif européen, fixant 2015 pour atteindre 0,7%, avec un objectif intermédiaire de 0,51% en 2010. De plus, en 2007, l’APD française a connu une forte chute, passant de 0,47% du RNB en 2006 (8,4 milliards d’euros) à 0,39% en 2007 (7,2 milliards d’euros).

Ce faisant, la France consacrera, sur la période 12 milliards d’euros de moins que si l’engagement pris en 2002 avait été respecté.

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé