La générosité des Français ?Douzième édition - Novembre 2007

Avec le recul de douze éditions annuelles de ces travaux, et en observant toutes les formes de solidarités, le CerPhi pose cette année la question de la générosité des Français :

  • un Français sur 25 donne aujourd’hui son sang annuellement [1]
  • une famille sur 3 refuse encore le prélèvement d’organes [2]
  • un foyer imposable sur 4 donne régulièrement, par chèque, virement ou Internet

Des Français sont généreux. Ils l’ont montré lors du Tsunami, ils vont encore le montrer à l’occasion du Téléthon. Ils vont aussi répondre nombreux aux sollicitations des associations qui leur proposent des actions bien construites, professionnelles et intelligentes, dans une transparence financière de plus en plus volontaire. Tout le contraire d’une lamentable et inexcusable exception dont on n’a que trop parlé.

Des Français sont généreux, mais beaucoup restent à mobiliser et à convaincre. La collecte générale 2006 a progressé de 5%. Mais si on intègre les dons en faveur de l’Asie, consentis en 2005, elle a baissé de 7%. Les 350 millions d’euros que les donateurs ont su trouver pour une cause qui les a profondément choqués, ne se sont pas reportés sur d’autres difficultés, toutes aussi réelles.

www.cerphi.org Le montant des dons individuels 2006 peut être estimé à près de 3 milliards d’euros. Impressionnant en valeur absolue. Mais chez ceux qui ont quelques moyens à partager, les contribuables imposables, il ne s’en trouve qu’un quart pour effectuer des dons réguliers dépassant les quelques euros que l’on donne de la main à la main ou par SMS. Et ces dons représentent en moyenne 1% du revenu imposable de chaque foyer. C’est même 0,6% du revenu de ceux qui se situent parmi les plus hautes tranches. La marge de progression est considérable, tant en nombre de donateurs qu’en montants de dons.

Les données exclusives fournies par Bercy montrent aussi que plus de 800.000 foyers non imposables déclarent un don, sans retour fiscal puisque ce n’est pas prévu. Une enquête s’intéresse pour la première fois à ces donateurs, proportionnellement plus généreux que les autres. Un vrai sujet, d’autant plus qu’une autre enquête inédite montre que plus de 80% des donateurs imposables déclarent leurs dons à l’administration fiscale.

Cette étude présentée en lien avec l’Association Française des Fundraisers, donne la parole à de nombreux experts (Comité de la Charte, France Générosités, IDEAS – Institut de Développement de l’Ethique et de l’Action pour la Solidarité, Finansol) et à des Universitaires avec lesquels le CerPhi a entrepris des recherches sur les notions d’image et de confiance des ONG.

[1] Donner son sang en France – Établissement français du sang – CerPhi 2007.
[2] Lors du décès accidentel de l’un des leurs. Sur le sujet, voir l’enquête réalisée pour FRANCE ADOT, par le CerPhi, librement accessible sur le site www.cerphi.org sur un proche décédé
– un Français sur 7 manifeste un engagement bénévole relativement régulier [[D’après l’en

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé