Document d’orientation stratégique GenreLa France s’engage à faire de la promotion de la femme une des priorités de sa politique de coopération avec l’Afrique

Un Document d’orientation stratégique (DOS) [1] a été adopté en co-secrétariat du CICID le 9 novembre 2007, puis présenté en Conférence d’orientation stratégique et de programmation (COSP) le 6 décembre 2007.

La commission genre de Coordination SUD a participé activement au groupe de travail de la Plateforme nationale Genre et développement, qui a élaboré la première version de ce document.

Cette stratégie s’organise autour de trois axes :

  • Placer les “inégalités de genre” au cœur du dialogue politique ;
  • Garantir la transversalité de l’approche genre dans toutes les politiques, champs d’intervention et instruments de la coopération française ;
  • Entreprendre et soutenir les actions de promotion de l’égalité.

Coordination SUD déplorait cependant que dans sa version finale le DOS ne comporte aucun engagement en termes de plan d’action, contrairement aux recommandations de la Plateforme genre et développement. Le ministère des finances a notamment refusé la budgétisation sensible au genre de la politique française de coopération, outil indispensable à la mise en place d’une politique de genre.

Dans un courrier daté du 17 juin 2008, Coordination SUD rappelait à Monsieur Joyandet, secrétaire d’état à la coopération et à la francophonie, les engagements pris par la France en matière d’égalité homme femme dans la politique de coopération française.

Lors d’une conférence de presse le 19 juin sur les 8 chantiers prioritaires de la France pour l’Afrique, Monsieur Joyandet a annoncé comme priorité la valorisation de la femme actrice du développement dans nos projets de coopération :

“Notre action sera transversale : elle assurera la promotion du rôle de la femme dans l’agriculture, l’économie, l’éducation, la santé ou l’environnement sur le continent africain. Elle sera également établie en cohérence avec nos partenaires français et internationaux, publics et privés. L’action sera orientée vers l’intégration complète de la notion de genre dans les différents projets menés par la coopération française. Concrètement des moyens financiers et humains seront alloués à ce chantier afin de mettre en place des actions de terrain où les femmes seront intégrées et surtout porteuses de projets concrets. La mise en œuvre de ce chantier sera confiée à une personnalité de haut niveau qui saura mettre en place, coordonner et évaluer cet engagement concret”.

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle priorité affichée par le ministre et attendons la mise en œuvre de moyens financiers et humains à la hauteur des engagements pris. Nous souhaitons être pleinement associé-es à la définition, le suivi et la mise en œuvre de cette politique au travers de la Plateforme Genre et développement.

[1] Ce DOS s’intègre dans le cadre plus global de la stratégie gouvernance du ministère des Affaires étrangères.

A lire aussi

Actualité|10/06/2020

Diplomatie féministe : où en est la France ?

Actualité|30/04/2020

STOP COVID-19, a freely accessible on-line training course for frontline responders to this global health…

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)