Tout le contenu associé au terme : «Alimentation»

  • Les Notes de SUD

    Les Notes de SUD

    Les Notes de SUD sont un bulletin périodique à vocation pédagogique écrit par les membres des espaces de travail de Coordination SUD sur les enjeux de développement et de solidarité internationale (agriculture et alimentation, climat et développement, santé et développement, financement du développement, cohérence des politiques, etc.). Ces notes font état des positions de Coordination SUD ou apportent un décryptage sur un enjeu ou un sujet d’actualité. Elles s’adressent à un large public travaillant : professionnels du secteur, militants associatifs, représentants institutionnels et universitaires.
  • Les Notes de la C2A n°23 : « Défendre les droits des paysans : pour une Déclaration des Nations unies »

    Les Notes de la C2A n°23 : « Défendre les droits des paysans : pour une Déclaration des Nations unies »

    La commission Agriculture et alimentation de Coordination SUD édite une note consacrée aux droits des paysans du Sud. Assassinat de syndicalistes paysans en Amérique latine, suicides d’agriculteurs familiaux indiens, expulsion de paysans de leurs terres en Afrique… Les paysans font partie des personnes dont les droits sont les plus massivement violés. Face à cette situation, les mouvements paysans se mobilisent pour obtenir l’adoption d’une Déclaration des Nations unies sur leurs droits.
  • Document de position « Agriculture familiales et paysannes et lutte contre les changements climatiques : ouvrons les yeux ! »

    Document de position « Agriculture familiales et paysannes et lutte contre les changements climatiques : ouvrons les yeux ! »

    Dans le cadre de la COP21, la commission Climat et développement de Coordination SUD publie un document de position sur les agricultures familiales et paysannes. Ainsi, Coordination SUD et ses membres appellent à ce que les agricultures familiales & paysannes soient placées au cœur des discussions sur l’agriculture au sein de la CCNUCC.
  • COP21 : les objectifs de développement durable ne pourront être atteints sans limiter le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C

    COP21 : les objectifs de développement durable ne pourront être atteints sans limiter le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C

    Coordination SUD participera à la COP21, au Bourget du 30 novembre au 11 décembre. Elle sera représentée à l’espace de négociations de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), au Pavillon France et l’espace Générations climat, dédié à la société civile. Dans ce cadre, à 3 jours du démarrage de la conférence, Coordination SUD publie avec ses membres un document de position à l’attention des négociateurs.
  • Le suivi de la COP21 par les organisations de la société civile

    Le suivi de la COP21 par les organisations de la société civile

    Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillait au Bourget la 21e Conférence des parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) ou Conférence Paris climat 2015. La conférence visait à aboutir à un accord universel, ambitieux et contraignant permettant de lutter efficacement contre le changement climatique et encourager la transition vers des économies résilientes et sobres en carbone, afin de limiter le réchauffement climatique à 2°C maximum. Coordination SUD s'est mobilisée fortement pour la COP21 principalement à travers ses espaces collectifs internes ou externes puis en lien également avec ses collectifs d'appartenance : la Coalition Climat 21, Concord et le FIP, etc.
  • Note de la CCD n°8 : Initiative “4 pour 1000 : soyons vigilants ! “

    Note de la CCD n°8 : Initiative “4 pour 1000 : soyons vigilants ! “

    Les commission Climat et développement et Agriculture et alimentation de Coordination SUD éditent une nouvelle note conjointe consacrée à "l'initiative 4 pour 1000". Cette initiative, portée par par les présidences française et péruvienne des COP20 & 21 et le Secrétariat général des Nations unies, place l’agriculture au cour des enjeux climatiques. Pour autant, l’initiative « 4 pour 1000 » pose un certain nombre de questions auxquelles il s’agit d’apporter des réponses claires et cohérentes.
  • Étude “Des innovations agroécologiques dans un contexte climatique changeant en Afrique”

    Étude “Des innovations agroécologiques dans un contexte climatique changeant en Afrique”

    La commission Climat et développement de Coordination SUD publie une étude sur les innovations agroécologiques en Afrique face défis posés par le changement climatique. Tout l'attrait de cette étude dans sa perspective centrée sur l'adaptation et la mise en lumière du potentiel de l'agroécologie pour l'agriculture durable. Les paysans, qui représentent 70 à 80 % des agriculteurs en Afrique, seront très certainement les plus vulnérables face au changement climatique.
  • Page

    Les Echos de Rome 2013

    Action contre la Faim, le CCFD-Terre Solidaire, Oxfam et Peuples Solidaires – ActionAid France, membres de la Commission Agriculture et Alimentation de Coordination SUD (C2A) sont à Rome du 5 au 11 octobre 2013 pour participer à la 40ème session plénière du Comité de la Sécurité Alimentaire (CSA) et à la réunion annuelle du Mécanisme de la Société Civile (MSC).
  • Page

    Gouvernance de la sécurité alimentaire

    Les agricultures familiales détiennent un potentiel immense pour répondre aux enjeux de sécurité alimentaire, d’équité sociale et de durabilité environnementale. Pour exploiter ce potentiel il est indispensable d’impliquer de manière systématique les représentants des agricultures familiales dans le processus d’élaboration des politiques agricoles et d’autre part, de permettre aux États de disposer de marges de manœuvre suffisantes pour les appliquer.
  • Les Accords de partenariat économique UE – pays ACP

    Les Accords de partenariat économique UE – pays ACP

    Depuis les années 2000 l’Union européenne négocie avec les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) des Accords de Partenariat Economique (APE) en substitution aux anciens accords de Lomé et de Cotonou. Dans ce cadre, les pays du Sud concernés seraient amenés à ouvrir leurs marchés à la plupart des produits en provenance de l’Union européenne.