Le volontariat de solidarité internationale

Page

« Les volontaires de solidarité internationale sont des citoyens engagés. Acteurs et témoins, ils participent au sein d’une ONG à une action de solidarité internationale, de développement ou d’urgence humanitaire. Pour un temps déterminé, ils mettent leurs compétences, de façon désintéressée, au service d’une population qui en a exprimé le besoin. »

1. Pourquoi et comment être volontaire ?

  • Pour une action de développement, d’urgence ou de réhabilitation
    En relation directe avec les partenaires locaux, selon leurs besoins et objectifs et en tenant compte des moyens mis à disposition sur place. En prenant en compte les spécificités du terrain et de la population.. En partageant compétences et savoir-faire

Dans tous les domaines
Les volontaires appartiennent à tous les domaines professionnels, que ce soit dans les secteurs de la santé, de l’enseignement, de la formation, du développement rural ou urbain, etc. Les professions représentées sont aussi bien des travailleurs sociaux, des techniciens, des logisticiens , des gestionnaires, du personnel médical, etc.

Dans les pays du Sud et d’Europe de l’Est
L’action des volontaires de solidarité internationale se déroule dans les pays du Sud et de l’Est (hors de l’union européenne) : ils peuvent être en mission en Afrique, Asie Centrale et Orientale, Amérique latine, Europe centrale et orientale ainsi qu’au Proche Orient.

2. Qui peut bénéficier du statut de VSI ?

Le statut de volontaire de solidarité internationale est défini par la loi du 23 février 2005. Il peut être attribué à toute personne majeure, sans conditions de nationalité, fortement motivée, qui met ses compétences au profit d’une mission de développement ou d’urgence humanitaire :
au service de populations en ayant exprimé le besoin, dans des pays étrangers (du Sud ou de l’Est), pour une durée limitée (contrats de 2 ans maximum, 6 ans maximum au cours d’une vie) au sein d’une association agréée par l’État français

3. Quels critères de recrutement ?

Parmi eux, on peut citer : avoir de réelles qualifications et/ou compétences professionnelles une bonne capacité d’adaptation un esprit d’engagement le désir de rencontrer d’autres cultures un bon équilibre général

4. Les garanties accordées aux VSI

Avant
une formation au départ,
une prise en charge des frais de voyage

Avant la mission
des contrats de 2 ans maximum (pas de durée minimum, 6 ans maximum possibles sur une vie)
une indemnité et/ou des avantages en nature qui permettent de répondre à ses besoins sur place
une assurance responsabilité civile et rapatriement
une couverture sociale et une mutuelle complémentaire pour le volontaire et ses ayants-droits à charge, ainsi qu’une assurance vieillesse (retraite)

Après la mission
un appui social et professionnel
une indemnité de réinstallation après 24 mois de mission
une prime d’insertion professionnelle, versée sous conditions
la possibilité de validation des acquis de l’expérience

L’État peut prendre en charge une partie des coûts financiers liés à la couverture sociale, à la formation, à l’envoi et à l’appui au retour des VSI (uniquement pour les ONG agréées).