Lieu

Viols-le-Fort

Fonctions

Gestion de projets et programmes

Contrat

Date de validité

11/11/2020

Chargé.e de projets oasis

L’association CARI – Centre d’Actions et de Réalisations Internationales, recrute dans le cadre de ses activités un.e chargé.e de mission Oasis pour une durée déterminée de 18 mois dans ses locaux de Viols-le-Fort dans l’Hérault (34). Le poste est à pourvoir dès que possible.

1- Le CARI en quelques mots
Le CARI est une association de solidarité internationale ou organisation non gouvernementale (ONG) qui intervient depuis 1998 dans l’amélioration du mode de vie des populations rurales vivant dans les zones sèches, plus particulièrement sur le pourtour saharien.
 
Il (i) agit dans le domaine du développement rural et de la lutte contre la dégradation des terres sous les effets de la désertification et du changement climatique ; (ii) vise l’amélioration des conditions de vie des populations locales et la lutte contre la pauvreté ; (iii) concentre son action sur la gestion et la valorisation des ressources naturelles, dans une optique de développement durable. Pour atteindre ses objectifs, le CARI s’appuie sur la mise en œuvre de projets de terrain au Sud et sur la mise en place et la facilitation de réseaux d’acteurs et programmes de développement.

Le CARI est organisé en quatre axes thématiques :
– Sauvegarder les oasis : Le CARI a été précurseur sur la question oasienne, ces joyaux du désert sont des écosystèmes fragiles, sensibles au changement climatique et délaissés par les jeunes. Le CARI accompagne la concertation entre associations oasiennes et contribue au partage d’expériences. Il porte, avec les oasiens, un plaidoyer national et international pour favoriser la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel que représente les oasis. Au Maghreb, la société civile n’a pas les mêmes libertés de parole que l’on peut avoir ailleurs. Le CARI facilite alors cette parole pour demander des changements parfois difficiles à exprimer. Le CARI coordonne le réseau RADDO (Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis) et contribue à plusieurs projets en Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie.
– Gérer durablement les terres au Sahel : L’intervention du CARI au Sahel s’inscrit dans une volonté d’améliorer la situation des populations rurales qui sont confrontées à la dégradation des ressources naturelles et notamment des terres. Le CARI améliore la structuration du milieu associatif autour de la thématique de la lutte contre la désertification et coordonne le réseau ReSaD (Réseau Sahel Désertification). Il accompagne la construction d’un plaidoyer national et international de la société civile sur les questions de lutte contre la désertification, pour que les terres soient prises en compte comme élément central des enjeux de développement durable. Le CARI accompagne aussi les acteurs de la lutte contre la désertification au Sahel afin d’améliorer leurs capacités d’intervention.
– Promouvoir l’agroécologie : Depuis sa création, le CARI accompagne les initiatives locales permettant de contribuer à la résilience des terres arides. L’action du CARI s’est traduite par la mise en œuvre d’échanges entre agronomes, permettant le partage de techniques de production durable (pour une meilleure conservation de l’eau ou la valorisation des ressources animales entre autres). Le CARI s’insère aujourd’hui dans une démarche de transition agroécologique et reconnaît les limites des systèmes agricoles intensifs et industriels, nécessitant de redéfinir l’agriculture pour renforcer ses liens avec l’élevage et les spécificités socio-économiques locales. Il plaide pour des politiques nationales et internationales en faveur d’un développement territorial par les populations locales. Il est membre fondateur du GTAE (Groupe de Travail sur les Transitions Agroécologiques).
– Accompagner les acteurs français : Le CARI accompagne et facilite les échanges entre des associations, collectivités locales, scientifiques et entreprises, au sein de deux organisations thématiques : le GTD (Groupe de Travail Désertification) et le pS-Eau, et de deux organisations régionales : Occitanie Coopération et Agropolis International.
De manière transversale, le CARI axe son action sur (i) le renforcement de capacité des acteurs à travers la mobilisation de compétences locales, le partage d’expériences et la mise en réseau, (ii) l’accompagnement des initiatives locales, (iii) la mobilisation des sociétés civiles à travers la concertation pour l’expression de positions collectives portées à différentes échelles, et (iv) la sensibilisation de l’opinion publique à travers la mise en pédagogie de problématiques qui nous concernent tous.

2- Les activités du chargé.e de projets oasis
Le CARI recherche un.e chargé.e de projets oasis afin de rejoindre l’équipe de salarié.es basée à Viols-le-Fort et de développer l’action du CARI dans les oasis. Le poste est positionné dans l’axe « Sauvegarder les oasis », dont le ou la chargé.e de projets sera responsable. Il s’agira donc principalement du pilotage des actions positionnées au Maghreb (projets à construire), avec un investissement conséquent sur l’Algérie (deux projets en phase de démarrage, COSTEA et PASA, et un projet en cours d’élaboration, PADTO) :
* COSTEA : projet en collaboration avec les membres du GTAE, le CARI assure la coordination pour le Maghreb et l’accompagnement des partenaires algériens, entre autres dans la réalisation du diagnostic et de l’évaluation des performances socioéconomique et agroenvironnementale des systèmes irrigués de deux zones d’études (Mzab et Mitidja) sur la base du Mémento de l’évaluation de l’agroécologie (GTAE).
* PASA : en collaboration avec la GIZ, le CARI assure la coordination et l’accompagnement des partenaires algériens dans la mise en œuvre d’un projet de renforcement des femmes et des jeunes autour des filières piment, datte et pomme de terre.
* PADTO : action pilote sur le territoire oasien de la wilaya de Ghardaïa porté par le CARI et l’APEB, visant à produire un impact direct sur le développement territorial à travers la concertation multi-acteurs, la gestion durable des terres oasiennes (GDTO) et l’agroécologie, mais aussi à permettre un partage des enseignements acquis tout au long du projet avec les autres acteurs algériens impliqués sur ces problématiques.

Plus globalement, les missions dans ces différents projets seront :
* Assurer la coordination des projets : la planification, l’exécution et le suivi technique des activités, l’élaboration des rapports techniques internes et destinés aux bailleurs, selon le chronogramme établi. Le suivi financier et le rapportage financier seront réalisés par la responsable administrative et financière du CARI. Le ou la chargé.e de mission devra appuyer la RAF dans ce suivi.
* Accompagner les partenaires : animer et coordonner les partenaires locaux, les appuyer dans la réalisation de leurs actions, en apportant une expertise technique, méthodologique et organisationnelle. Des missions régulières sur le terrain sont prévues à cet effet.
* Assurer la mise en place et mise en œuvre d’un système de suivi et évaluation des résultats et impacts des actions engagées, ainsi que le pilotage de leur capitalisation thématique ou méthodologique en lien avec la directrice des programmes.
* Assurer la représentation institutionnelle du CARI localement et régionalement auprès des bailleurs, des autorités (locales ou nationales) et des partenaires techniques en lien avec la direction du CARI.
* Contribuer activement à l’identification, la formulation et la négociation de poursuites des projets en cours, mais surtout de nouvelles actions de coopération sur les thématiques ciblées et/ou la zone d’intervention en lien avec la direction du CARI.
* Participer aux rencontres nationales et internationales pour porter la question oasienne, au titre du CARI et avec le RADDO, afin d’assurer un plaidoyer construit en lien avec le chargé de plaidoyer, la direction du CARI et les membres du RADDO.
* Contribuer à la communication de l’axe oasis, en lien avec la chargée de communication du CARI et avec les partenaires.

Expériences / Formation

De formation supérieure en agronomie ou en coopération internationale
Bonne connaissance des outils de gestion de projet (cadre logique, budget prévisionnel, chronogramme…)
Bonne connaissance de l’approche diagnostic agraire
Connaissance de l’approche par les chaines de valeur
Expérience souhaitée dans des projets d’appui à la transition agroécologique
Organisé et méthodique, en capacité de construire et d’encadrer la mise en œuvre des protocoles de recueil de données
La connaissance des spécificités des milieux oasiens sera appréciée.
Vous êtes à l’aise sur les différents outils informatiques. Rigoureux.se et investi.e, vous êtes force de proposition et savez gérer les situations du quotidien en toute autonomie. Vous disposez d’un relationnel simple et facile et vous êtes à l’écoute de vos collègues. La connaissance de l’arabe et de l’anglais est un plus, ainsi que la connaissance du monde de la solidarité internationale.

Salaire

Durée : CDD de 18 mois avec une période d’essai d’un mois renouvelable une fois. Transformation en CDI envisagée en fin de contrat.

Temps plein : 35h

Horaires : 9h30-17h30

Salaire : 1 800 euros brut, négociable selon expérience.

Avantage : prise en charge de la mutuelle à 50% pour le ou la salariée.

Lieu : Viols-le-Fort (34). Les déplacements à l’international peuvent être fréquents (Maghreb).

Date de démarrage : Dès que possible

Comment postuler

Merci d’envoyer un cv et une lettre de motivation avant le 11 novembre 2020 à :

cari.emploi@gmail.com

À TÉLÉCHARGER

Notre programme de formations