Accès à l’eau agricole

L’eau agricole est de plus en plus accaparée par différents acteurs économiques au mépris des droits historiques des agriculteurs familiaux, souvent politiquement plus faibles et moins organisés. Or l’eau est un bien commun, qui concerne l’ensemble des acteurs d’un territoire et ses citoyens. C’est un droit légitime et une garantie essentielle pour la sécurité alimentaire. De plus les paysanneries du monde possèdent des savoir-faire traditionnels qui ont fait leur preuve en matière de gestion durable de l’eau.  Des techniques simples et pertinentes de collecte, distribution et stockage de l’eau existent déjà sous forme de petits barrages, citernes individuelles, micro-irrigation etc.

Mais dans un contexte dit de rareté de l’eau, les institutions internationales prônent des formes juridiques diverses de fixation de prix et de négociation des droits d’usages. Ceux-ci  avantagent les acteurs qui présentent une forte rentabilité économique. Ils introduisent aussi une marchandisation de l’eau et à terme un risque de titrisation.

Face à cela la C2A recommande  que :

  • Les États renforcent leurs appuis aux programmes d’amélioration de l’accès à l’eau des agricultures familiales.
  • Que soient privilégiés des pratiques de gestion locale de l’eau.

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

Rapport annuel 2019 Agrisud International
Actualité|10/07/2020

Agrisud sort son rapport annuel 2019

Publication|03/07/2020

Note d’analyse – Les effets de la pandémie COVID-19 et des mesures de contrôle à Madagascar

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé