UNITAID : appel à propositions « vers une élimination de l’infection congénitale de la maladie de Chagas”

Contexte :

75 millions de personnes à travers le monde sont à risque de contracter la maladie de Chagas, une maladie tropicale négligée (NTD) qui touche 6 à 7 millions de personnes et qui est responsable de plus de 10 000 décès chaque année. La maladie de Chagas est endémique dans 21 pays d’Amérique latine où elle provoque plus de morts que n’importe quelle autre maladie infectieuse causée par un parasite, y compris le paludisme. La plupart des cas déclarés le sont en Amérique latine, souvent dans les communautés les plus pauvres et les plus marginalisées des pays endémiques, mais la maladie se répand de plus en plus dans d’autres régions du monde.

La maladie de Chagas est le plus communément transmise par un insecte (vecteur), de manière congénitale ou par transfusion sanguine. L’infection à transmission vectorielle se produit lorsque des matières fécales infestées par Trypanosoma cruzi pénètrent la piqure d’un vecteur (une punaise triatome) ayant déféqué à proximité du point de piqure. La maladie de Chagas débute par une phase aigüe (souvent asymptomatique) suivie d’une phase chronique plus longue, au cours de laquelle les patients se sentent bien, mais peuvent transmettre le parasite à d’autres personnes de manière congénitale ou par transfusion sanguine. La phase chronique peut durer des décennies durant lesquelles 30 à 40% des personnes infectées vont développer de sévères complications cardiaques, digestives ou neurologiques. Malgré une morbidité et mortalité élevées, ainsi qu’un lourd fardeau économique associé, seules 7% des personnes infectées par la maladie ont été diagnostiquées et seule 1% d’entre elles bénéficie du traitement approprié. On estime que près de deux millions de femmes en âge de procréer sont infectées de façon chronique par Trypanosoma cruzi, faisant de la transmission de la mère à l’enfant l’une des voies d’infection clé, la maladie de Chagas n’étant souvent pas détectée et traitée, que ce soit chez les mères ou leurs nouveau-nés. À ce jour, la transmission verticale de Chagas est considérée comme la source principale du nombre de nouveaux cas d’infections aigües. Étant donné la réussite de la thérapie chez les nouveau-nés, la détection précoce de l’infection chez les nourrissons s’avère cruciale. Les données ont également démontré qu’un dépistage actif et un traitement optimal des femmes en âge de procréer pouvaient prévenir la transmission congénitale de manière efficace.Les défis actuels en matière d’accès au dépistage et au traitement de la maladie de Chagas comprennent le manque de disponibilité d’outils de diagnostic et de médicaments dans les cliniques de soins de santé primaires, le manque de personnel de santé qualifié et une sensibilisation insuffisante à la maladie de Chagas, ainsi qu’un choix d’options limité pour des diagnostics efficaces et accessibles chez les nouveau-nés et les nourrissons. Bien que les deux traitements disponibles fonctionnent extrêmement bien chez les nouveau-nés et lors de la phase aigüe de la maladie, leur efficacité diminue à mesure que la phase chronique se développe. Ils deviennent alors progressivement inefficaces pour le traitement de l’infection parasitaire, rendant essentiel l’accès aux outils de détection précoce. En outre, les deux médicaments sont contre-indiqués chez les femmes enceintes.

Cadre de l’appel à propositions :

Dans le cadre de cet appel, Unitaid sollicite des propositions pour les interventions suivantes dont le but sera d’accélérer la mise à disposition, l’adoption et la généralisation de meilleurs outils de diagnostic et de traitement de la maladie de Chagas, y compris :

  • Mettre en œuvre des projets pilotes d’approches de « diagnostics et traitements » dans une sélection de pays endémiques, en particulier au moyen d’un dépistage actif et systématique des filles et des femmes à risque de contracter l’infection ainsi que de leurs nouveau-nés

Les projets pilotes doivent chercher à permettre l’adoption d’outils existants et de nouveaux outils innovants pour lutter contre la maladie de Chagas dans les pays endémiques. Ils doivent également chercher à fournir une feuille de route pour une généralisation optimale des tests de diagnostic rapide ainsi que des traitements améliorés disponibles à une plus grande échelle. Les activités pourraient chercher à accroître la sensibilisation et la demande d’outils de lutte contre la maladie de Chagas, les rendre plus abordables et assurer un meilleur accès aux innovations, telles que les tests sur les lieux de soin, qui écourtent le temps nécessaire pour obtenir un diagnostic. Les projets pourraient également inclure la validation des algorithmes des tests de diagnostic rapide en situations réelles, les enregistrements de produits dans les pays cibles, la formation du personnel de santé, et la recherche opérationnelle afin de générer les données nécessaires à un changement des recommandations et un déploiement à grande échelle. En plus des diagnostics, les projets pilotes pourraient démontrer l’efficacité de schémas thérapeutiques plus courts pour les formulations existantes.

Les pilotes doivent chercher à générer des données pour appuyer les orientations normatives et opérationnelles dans des contextes nationaux, en veillant particulièrement à assurer la coordination de l’approvisionnement et de la distribution des produits de qualité nécessaires à la prise en charge de la maladie de Chagas. Au vu de l’adoption croissante de nouveaux outils dans le cadre de mises en œuvre pilotes, des opportunités de réductions des prix basées sur le volume d’achat ou d’autres stratégies de marché doivent également être explorées. Les projets doivent aussi établir de meilleures pratiques en matière de faisabilité opérationnelle, de sécurité, des valeurs et préférences des patients et du personnel de santé ainsi qu’en matière de rentabilité. Les pays cibles doivent couvrir toute une série de contextes endémiques et de diversité géographique.

Une harmonisation manifeste avec les programmes nationaux et les autres partenaires nationaux et régionaux sera primordiale pour assurer une généralisation et une viabilité au-delà de la durée du projet. L’accent doit être mis sur la transformation des résultats des projets en activité et sur les outils qui soutiendront la transition et permettront un déploiement à grande échelle dans les pays projets et en dehors. La coordination avec les programmes nationaux et un engagement ferme de la part des pays afin d’assurer une réponse durable sera une condition nécessaire à leur mise en œuvre. Dans un objectif de durabilité, des opportunités de cofinancement des activités de mise en œuvre devraient être activement explorées.

  • Développer et valider de nouveaux produits pour étendre l’accès aux diagnostics et traitements de la maladie de Chagas aux groupes de populations clés

Cet aspect de l’appel doit chercher à développer et valider de nouveaux diagnostics et traitements pour atteindre les populations les plus susceptibles d’être affectées par la maladie de Chagas mais qui n’ont pas accès aux soins. Cela pourrait inclure, sans s’y limiter, des tests de diagnostic rapide innovants ainsi que d’autres méthodes de détection de marqueurs de T. cruzi faciles à utiliser et à prix abordables. Ils devront être vérifiés dans différentes zones géographiques et testés contre différentes souches de T. cruzi. Les activités peuvent inclure le développement et/ou la validation de test pour faciliter la détection précoce chez les nouveau-nés et les nourrissons sur les lieux de soin. Une fois leur efficacité prouvée, les tests doivent être enregistrés dans les pays clés, et informer les meilleures pratiques dans les recommandations mondiales et nationales.

Un travail ciblé distinct peut soutenir les dernières étapes du développement de nouveaux schémas thérapeutiques pour un meilleur traitement de la maladie de Chagas, y compris un traitement efficace durant la phase chronique et avec moins d’effets secondaires. Les dernières étapes du développement de nouveaux traitements pouvant être administrés en toute sécurité aux femmes enceintes et allaitantes sont particulièrement encouragées.

Les candidats peuvent envoyer leurs propositions pour un ou les deux domaines d’intervention décrits ci-dessus. L’appel a pour but de couvrir différentes zones géographiques parmi les pays endémiques de la maladie de Chagas.

Les sujets non couverts par cet appel incluent : les étapes de base et initiales de la recherche, les interventions dans un seul endroit et les études de recherche à petite échelle.

Les propositions soumises doivent clairement montrer qu’elles correspondent aux objectifs fixés plus haut, l’incidence attendue et leur rapport coût-efficacité, ainsi que leur complémentarité et la valeur ajoutée qu’elles apportent à des projets similaires et la façon dont la coordination sera assurée.

Dans le cadre de cet Appel à propositions, Unitaid s’attend à accorder 1 à 2 subventions pour un montant total approximatif s’élevant à 15 millions de dollars. Le cofinancement de la mise en œuvre des activités de projet pilote doit être activement exploré.

Plus d’informations

 

 

Créer une alerte

Recevez tous les 15 jours, le bulletin d'actualité des financements et ressources.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

16/012020
Évènement|08/01/2020

Géopolitique de la santé : maladies tropicales négligées, les défis à relever

Actualité|12/12/2019

Le droit universel à la santé est un choix politique

Tout chaud

24/01/2020|Formations Coordination SUD

Si 2019 a été une année faste en termes d’offre de formation, 2020 le sera encore plus !

24/01/2020

Loi sur la solidarité internationale : Une reprise des travaux tant attendue !

20/01/2020| Municipales 2020

Pour les municipales, le Mouvement associatif dresse ses recommandations