Direction générale des étrangers en France – intégration des étrangers primo-arrivants

La direction générale des étrangers en France (DGEF) et la délégation interministérielle chargée de l’accueil et de l’intégration (DIAIR) lancent un appel à projets national commun relatif à l’intégration des étrangers primo-arrivants, dont les bénéficiaires de la protection internationale.

Un étranger primo-arrivant est un ressortissant d’un pays tiers à l’Union européenne, titulaire depuis moins de cinq ans d’un titre de séjour délivré au titre de l’immigration familiale, de l’immigration professionnelle ou de la protection internationale. Ne sont pas considérés comme primo-arrivants tous les autres ressortissants étrangers, notamment les étudiants étrangers, les demandeurs d’asile, les mineurs non accompagnés, les étrangers en situation irrégulière.

Un bénéficiaire de la protection internationale (BPI) est une personne qui s’est vu attribuer soit le statut de réfugié soit le bénéfice de la protection subsidiaire. Les BPI sont également des primo-arrivants.

 

Publics, priorités et thématiques : 

Les priorités de l’appel à projets sont les suivantes, avec une attention particulière portée aux projets innovants ou comportant des expérimentations, l’innovation pouvant concerner la nature du projet en lui-même, le procédé, l’organisation ou la diffusion.

A) Pour les projets à destination directe des primo-arrivants, dont les bénéficiaires de la protection internationale :

  • l’accès à l’emploi, notamment grâce à des actions d’accompagnement global ou par la valorisation des qualifications et expériences professionnelles acquises à l’étranger. Les actions en faveur de l’emploi s’adressant spécifiquement aux femmes feront l’objet d’une attention particulière ;
  • l’appropriation des valeurs et principes de la République ;
  • l’apprentissage linguistique, notamment à visée professionnelle.

Ces actions devront s’articuler avec celles menées par l’OFII dans le cadre du CIR.

B) Pour les projets destinés spécifiquement aux bénéficiaires de la protection internationale :

  • la promotion de la mobilité géographique, afin de rendre attractif l’ensemble des régions de France et assurer une meilleure répartition territoriale des réfugiés ;
  • la mobilité en matière de transport collectif ou individuel, afin de faciliter les déplacements des personnes réfugiées sur leur territoire d’accueil ;
  • l’accès aux soins, et notamment la prise en charge psycho-traumatique des vulnérabilités spécifiques liées au parcours d’exil ;
  • l’accès à la culture, aux activités physiques et sportives, aux loisirs et au lien social (parrainages, plateformes collaboratives favorisant les contacts entre les réfugiés et l’entourage de proximité, ateliers de cuisine, d’artisanat, ateliers numériques etc.).

C) Pour les projets permettant la création de liens entre jeunes Français, jeunes réfugiés et autres jeunes primo-arrivants dans le cadre du dispositif “Fai’R” :

Le dispositif  “Fai’R” a pour objectif de soutenir des projets favorisant la mobilisation des jeunes Français de 18 à 30 ans en faveur de l’accueil et l’intégration des personnes primo-arrivantes, dont les réfugiés, du même âge. L’enjeu est de favoriser la rencontre et la création de liens entre ces jeunes. Seront étudiés avec attention les projets relatifs à :

  • l’organisation d’évènements et d’actions, collectifs ou individuels, favorisant la rencontre entre des jeunes Français et des jeunes réfugiés ou autres jeunes primo-arrivants sur l’ensemble des thématiques liées à l’intégration (sport, loisirs, culture, etc.) ;
  • l’organisation de la participation (bénévole, engagement citoyen, démocratie participative) à des évènements publics ou privés (festivals, évènements sportifs, etc.) ;
  • l’organisation de rencontres au sein d’équipements publics (sports, médiathèques, salles de spectacles publiques, etc.) ;
  • la participation de jeunes habitants en zones rurales ou périurbaines ;
  • la participation aux évènements qui auront lieu à l’occasion de la journée mondiale du réfugié (20 juin 2021).

Les projets cumulant de multiples actions individuelles ou en petits collectifs seront privilégiés.

D) Pour les projets à destination des acteurs de l’intégration :

  • la professionnalisation des acteurs de l’intégration : accompagnement des intervenants professionnels et bénévoles par la formation, la création d’outils d’information, de formations, de mises en réseau et d’impulsion d’une dynamique multi-partenariale etc. dans les domaines intéressant les étrangers primo-arrivants ;
  • des dispositifs de repérage, de mutualisation et d’essaimage de bonnes pratiques.

 

Date limite de dépôt de candidatures : le 28 février 2021 à minuit; le 17 mai 2021 à minuit

Montant de la subvention : minimum 30.000 euros – 40.000 euros selon le projet

Plus d’informations

Créer une alerte

Recevez tous les 15 jours, le bulletin d'actualité des financements et ressources.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

Actualité|08/01/2021

Webinaire APD et Migrations : à (re)visionner et lire !

Publication|07/12/2020

Notes de SUD #27 | Comment l’aide publique au développement est-elle utilisée pour servir les politiques…

Tout chaud

03/03/2021

France 24 “Aide au développement en Afrique : la nouvelle doctrine française”