CNCDH – Le prix des droits de l’homme de la République française

CNCDH – Le prix des droits de l’homme de la République française
Présentation :
Le prix des droits de l’homme de la République française : Mettre à l’honneur des projets concrets portés par la société civile mondiale au service des droits de l’homme.

En 1988, à l’occasion du 30e anniversaire de Déclaration universelle des droits de l’homme, la CNCDH organisait la première édition du Prix des droits de l’homme de la République française.

Dans le monde entier, des femmes et des hommes, seuls ou au sein d’associations, se mobilisent pour faire connaître, reconnaître, respecter, protéger les droits de l’homme, parfois  au péril de leur vie. Par ce Prix, la CNCDH souhaite valoriser, encourager ces acteurs de terrain, et mettre en lumière le rôle fondamental de la société civile dans la promotion et la protection effectives des droits de l’homme, dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme, sans distinction de nationalité ni de frontière.

Le nombre croissant de dossiers reçus chaque année, la diversité des pays représentés et des associations qui portent les projets ne cessent de confirmer le rayonnement international du Prix des droits de l’homme.

Thèmes :

Les thèmes choisis pour cette 30e édition s’inscrivent dans cette perspective :

  • Liberté de la presse, liberté de l’information et journalisme ;
  • Promotion et protection des droits sexuels et reproductifs.

Financement :

Chaque année, les 5 associations récompensées se partagent une dotation de 70.000 euros. Outre cette dotation financière, le Prix a une vertu protectrice, d’autant plus nécessaire que s’opposer aux puissants pour promouvoir et protéger les droits de l’homme peut dans beaucoup d’endroits du monde s’avérer dangereux. Les lauréats du Prix des droits de l’homme de la République française sont ainsi placés sous la protection diplomatique de la France.

Cinq autres associations se voient remettre une mention spéciale qui, bien que non dotée financièrement, atteste de la qualité et du sérieux du projet concerné.

 

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 octobre. La lettre et le dossier de candidature vont être traduits dans les plus brefs délais en anglais, espagnol, chinois et russe.