le 19/07/2022

AFD – Projet d’Amélioration des Apprentissages pour l’Autonomisation des Jeunes (ALAPAJ) – Tchad

L’appel à projets Crise et sortie de crise « Améliorer des apprentissages pour l’autonomisation des femmes et des jeunes (Logone oriental, Mandoul, Ouaddaï et Wadi Fira) » (« l’Appel ») vise à financer des projets de développement portés par une ou plusieurs OSC ou organismes but non-lucratifs (ci-après nommées indistinctement « OSC »). En cas de consortium, les organisations en consortium soumettront une offre de projet dont l’organisation cheffe de file assurera la maitrise d’ouvrage et attestera d’une présence au Tchad.

Critères de sélection :

  • Participation indispensable d’au moins une organisation nationale dans la mise en œuvre du projet ;
  • Un minimum de 2 et un maximum de 4 organisations membres en cas de consortium ;
  • Mise en place d’une analyse diagnostic fine du fonctionnement de l’éducation et d’une analyse diagnostic fine des enjeux liés au genre sur la zone ;
  • Disposant d’expériences préalables dans au moins deux des quatre provinces ciblées par le projet ;
  • Disposant d’expériences dans la mise en œuvre de projets visant la réduction des inégalités de genre et capables de mobiliser des experts/expertises sur le genre tout au long du projet ;
  • Disposant d’expériences dans la mise en œuvre de projets dans le domaine de l’éducation, du renforcement de la gouvernance locale et du renforcement de la cohésion sociale ;
  • Disposant d’éléments tangibles démontrant leur capacité à évaluer les enjeux et les risques sécuritaires dans la zone d’intervention ;
  • Disposant d’une capacité de dialogue rapproché avec les Ministères centraux et les autorités au niveau local, le siège de l’AFD à Paris et avec l’agence locale du Tchad ;
  • Disposant de la capacité à mettre en œuvre des projets d’envergure : le montant de la subvention AFD ne doit pas être supérieur au total des ressources de l’organisation porteuse ou cheffe de file du projet au Tchad, sur les 4 derniers exercices (soit une moyenne de 5,5MEUR par an). Dans les contextes où cela est justifié et dans la mesure où les capacités d’absorption notamment par les effectifs présents de l’organisation porteuse du projet et de gestion fiduciaire de celle-ci ne s’en trouvent pas affectées, ce seuil pourra être relevé.
  • Capables de démontrer qu’elles seront autorisées à intervenir dans le pays conformément à la règlementation locale.
  • Capables de mobiliser des experts/expertises dans les secteurs de l’éducation et de la construction sur la durée du projet, dont les références devront apparaître dans les offres qui seront soumises dans le cadre de cet appel.

Les offres des organisations qui interviennent déjà dans tout ou partie des provinces ciblées seront privilégiées, car présentant l’assurance (i) d’un délai optimal de démarrage des activités, (ii) d’un personnel disposant d’une connaissance des spécificités des zones d’intervention et des relais locaux, (iii) d’une capacité de collaboration et de dialogue avec les acteurs locaux, publics comme associatifs et communautaires, (iv) une connaissance fine des enjeux sécuritaires spécifiques à la région.

Sont ciblées les provinces du Logone Oriental, Mandoul, Ouaddaï, Wadi Fira.

Finalité :

L’objectif général du projet, et du programme ALAPAJ dans lequel il s’insère, est de contribuer – via l’éducation, à l’inclusion et à l’émancipation des populations les plus vulnérables du Tchad, notamment les jeunes filles et les enfants non scolarisés des zones rurales périphériques dans les provinces du Logone oriental, du Mandoul, du Ouaddaï et du Wadi Fira.

Objectifs spécifiques et résultats attendus :

Le projet objet du présent appel répond aux objectifs spécifiques suivants :

  1. Améliorer la transition primaire-collège, notamment pour les filles, en soutenant le développement d’un enseignement moyen de qualité, pour toutes et tous ;
  2. Lutter contre les barrières à la formation des filles et des femmes et soutenir la transformation positive des relations de genre.

Les résultats suivants sont attendus :

  • Les élèves (filles/garçons) sont soutenus dans leur parcours de transition primaire-moyen
  • La qualité de l’environnement d’apprentissage est renforcée dans les zones rurales vulnérables
  • L’amélioration des pratiques d’accueil et d’enseignement en fin de primaire et au collège est appuyée
  • L’offre d’éducation formelle répond aux besoins spécifiques des filles et la lutte contre les inégalités de genre est renforcée dans les communautés éducatives
  • Des outils de soutien et d’encadrement de proximité sont développés et utilisés dans les zones du projet.

Axes d’intervention et exemples d’activités suggérés par les travaux d’identification du programme ALAPAJ

Afin d’atteindre les objectifs spécifiques mentionnés ci-dessus, l’étude de faisabilité réalisée par l’AFD suggère de travailler sur axes d’intervention suivants :

  • Appui à la qualité de l’environnement scolaire (dont constructions) ;
  • Appui à la qualité des ressources pédagogiques
  • Renforcement des capacités des enseignants et de leur encadrement de proximité
  • Participation communautaire et sensibilisation sur le genre

Ces d’axes d’intervention ont été identifiés en lien avec le MENPC. Les OSC sont donc invitées à se les approprier, mais peuvent aussi en proposer d’autres.

 

Date limite de candidatures : 15 septembre 2022 à 15h GMT.

Montant de la subvention : 22 millions d’euros

Créer une alerte

Recevez tous les 15 jours, le bulletin d'actualité des financements et ressources.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

face-au-changement-climatique-leducation
Publication|30/06/2022

Face au changement climatique : l’éducation !

Le 4 juillet 2022, "Aide et Action" devient "Action Education"!

Tout chaud

le-soutien-sous-controle-de-la-societe-civile-le-cas-des-organisations
03/08/2022

Le soutien sous contrôle de la société civile : le cas des OSI

agir-pour-la-solidarite-internationale-le-role-des-parlementaires
03/08/2022

Agir pour la solidarité internationale : le rôle des parlementaires