le 11/01/2022

AFD – FISONG 2022 Défenseur•e•s des droits l’environnement (Pays du Bassin Amazonien et du Bassin du Congo)

Créée en 2007, la Facilité d’Innovation Sectorielle pour les ONG (FISONG) permet le développement de partenariats entre des ONG françaises ou internationales et l’AFD, autour du cofinancement de projets innovants sur les secteurs du développement. Le critère d’innovation constitue la spécificité du financement FISONG. À ce titre, elle se distingue des autres lignes de financements de l’AFD aux ONG et restreint le panel des projets susceptibles d’être financés à ceux qui explorent de nouvelles manières de faire.

Par « innovation », l’AFD entend la recherche de nouveaux modes d’intervention apportant une réelle plus-value dans les procédés techniques, méthodologiques, organisationnels et/ou de partenariats mis en œuvre, susceptibles de créer de nouvelles dynamiques et de jouer un rôle moteur dans un secteur donné du développement.

Ces processus novateurs peuvent correspondre soit à l’expérimentation d’un changement d’échelle, à partir d’innovations localisées préexistantes, soit au repérage, à la conception et/ou la mise au point d’innovations à petite échelle, susceptibles d’alimenter une réflexion sur des politiques sectorielles, voire de les influencer.

L’édition 2022 de la FISONG a pour finalité la protection des défenseur·e·s de l’environnement. Avec cette FISONG, l’AFD se donne un double objectif :

  1. Soutenir la mise en œuvre de projets innovants afin de favoriser l’émergence et le développement de cadres de gouvernance environnementale participatifs permettant aux défenseur·e·s de l’environnement d’exercer librement leurs droits ;
  2. Mener un travail de capitalisation sur les initiatives ONG soutenues grâce à cette FISONG afin de renforcer la capacité de l’AFD à inclure la protection des défenseur·e·s des droits dans ses projets de gouvernance environnementale.

Avec cette FISONG, l’AFD recherche les articulations possibles entre son positionnement en matière de gouvernance environnementale (L’AFD et la justice environnementale et climatique) et les actions des ONG en faveur des défenseur·e·s de l’environnement – incluant la possibilité de faciliter un changement d’échelle des approches portées par les ONG.

Périmètre thématique :

Les propositions présentées par les ONG devront appuyer :

  • le renforcement des droits dits « d’accès » en matière environnementale, à savoir : les droits à l’information, à la justice et à la participation aux processus décisionnels des défenseur·e·s de l’environnement ;
  • le dialogue entre acteurs publics et sociétés civiles, aux échelles locale et prioritairement nationale , et la co-construction d’initiatives en faveur de ces droits d’accès;
  • la démocratisation du débat en matière environnementale et, concomitamment, la valorisation du rôle des défenseur·e·s de l’environnement.

Les projets proposés devront s’inscrire dans une démarche englobante de soutien à la définition de politiques publiques en faveur des défenseur·e·s de l’environnement, et démontrer leur caractère innovant.

Périmètre géographique :

Compte tenu des priorités de la politique française en matière d’aide au développement et en matière environnementale, et par souci de cohérence et de complémentarité avec les interventions financées par l’AFD, seront éligibles les projets déployés dans les pays du bassin amazonien et du bassin du Congo.

Sont ainsi ciblés des projets à l’échelle nationale parmi les pays suivants : Brésil, Bolivie, Colombie, Equateur, Pérou, Cameroun, Gabon, République démocratique du Congo, et République du Congo.

Bénéficiaires :

Les bénéficiaires seront en premier lieu les défenseur·e·s des droits de l’environnement.

Un intérêt particulier sera donné aux femmes, aux jeunes, aux populations autochtones, les plus exposés au risque de violation de leurs droits.

Ces bénéficiaires pourront être représentés par des organisations locales (associations, coopératives, syndicats, etc.).

Les bénéficiaires pourront également être les acteurs publics ayant un rôle à jouer dans la protection des défenseur·e·s de l’environnement à l’échelle nationale tels que les institutions nationales des droits de l’homme, ombudsmen, les défenseur·e·s du peuple, les parlementaires, les fonctionnaires et/ou les professionnels du droit.

Qualification et expérience des ONG :

Toute ONG, quelle que soit sa nationalité, est éligible à la FISONG.

Les partenariats (groupements ou consortium) sont attendus entre ONG de développement/ spécialisées sur l’environnement et ONG spécialisées sur les questions de droits humains/gouvernance.

Il est demandé aux ONG de justifier d’une présence de trois années minimum d’intervention dans le ou les pays du projet afin d’assurer leur connaissance du contexte local, notamment sur les plans politique, institutionnel et socio-politique.

Les ONG doivent avoir une expérience avérée en faveur des défenseur·e·s des droits dans les régions identifiées.

Le dispositif FISONG est destiné à des ONG dotées des capacités et outils nécessaires à la conduite de processus d’innovation et de concertation avec les responsables sectoriels de l’AFD (problématisation, conception, expérimentation, évaluation, capitalisation, diffusion, passage à l’échelle…) dans des domaines de compétences spécialisés.

 

Date limite de dépôt de candidatures : Avril 2022

Montant de la subvention : 700.000€ – 1.000.000€

Plus d’informations

Créer une alerte

Recevez tous les 15 jours, le bulletin d'actualité des financements et ressources.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

Tout chaud

lancement-du-plaidoyer-sur-les-elections-2022
19/01/2022|Elections 2022

Lancement du plaidoyer sur les élections 2022

lettre-ouverte-aux-candidat%c2%b7e%c2%b7s-les-crises-nont-pas-de-frontieres
19/01/2022|Élection présidentielle

Lettre ouverte aux candidat·e·s : « Les crises n’ont pas de frontières ! »

pfue-coordination-sud-a-linitiative-dun-temps-dechange-avec-le-gouvernement
18/01/2022|Présidence française du Conseil de l'UE

PFUE : Coordination SUD à l’initiative d’un temps d’échange avec le gouvernement