AFD – FISONG 2020 – Éducation et insertion : « réinsertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques des villes d’Afrique de l’Ouest, de Madagascar et d’Haïti »

Contexte :

La population africaine estimée à 1 milliard d’habitants doublera très probablement à l’horizon 2040. Dans le même temps, la tranche d’âge compris entre 15 et 25 ans, qui représente près de 20 % de la population, augmentera de plus de 50 % à horizon 2030 pour s’établir à près de 230 millions de personnes.

Au niveau international, sur 75 millions de jeunes de la tranche des 18/34 ans au chômage, 38 millions sont en Afrique. Si d’ici 2030, en Afrique subsaharienne, la population scolarisée aura majoritairement achevé le secondaire en 2030, les conditions de scolarisation et d’apprentissage ne garantissent pas aux plus vulnérables un service de qualité, tous les pays sont confrontés aux enjeux d’insertion de la jeunesse.

Cette situation justifie l’intérêt du soutien de l’AFD pour des projets portés par les ONG en faveur de l’insertion des jeunes déscolarisés en Afrique de l’Ouest, ainsi qu’à Madagascar et à Haïti.

En effet, l’enjeu de la réforme du système éducatif au regard de la croissance démographique accompagne celui de la mise en place de dispositifs ciblés sur les jeunes déscolarisés permettant leur insertion économique, sociale et citoyenne.

Alors que la population urbaine a doublé en vingt ans (472 millions d’habitants en zone urbaine en Afrique selon les Nations-Unies) et que les experts estiment qu’elle devrait encore doubler pour atteindre le milliard en 2040, cette approche vise les quartiers périphériques pour apporter des dispositifs adaptés aux jeunes vivant en milieu urbain défavorisé, qui sont plus particulièrement touchés par le chômage et la pauvreté.

Au niveau international, selon l’ONU, 1,8 milliard de personnes sont âgées de 10 à 24 ans, soit la plus importante génération de jeunes de l’histoire. Près de 90 % d’entre eux vivent dans les pays en développement, où ils représentent une grande partie de la population.
Reliés les uns aux autres comme jamais auparavant, les jeunes souhaitent contribuer et contribuent déjà à la résilience de leurs communautés, en proposant des solutions novatrices, en stimulant le progrès social et en inspirant le changement politique. Ils sont aussi des agents de changement qui se mobilisent pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) afin d’améliorer la vie des gens et la santé de la planète, capables notamment de mobiliser à cette fin des réseaux nouveaux et les NTIC.

Le rôle des jeunes dans la réalisation des objectifs de développement durable est attendu par l’ONU à travers :
– l’esprit critique ;
– la volonté / capacité d’être acteurs du changement ;
– la capacité d’innovation ;
– le rôle de communicant / « communicateur » ;
– le rôle de chef de file, notamment vis-à-vis de leur communauté, groupe ou pays.

La volonté de l’AFD est de favoriser les projets qui peuvent améliorer l’insertion sociale, économique et citoyenne des jeunes déscolarisés, et notamment les plus fragiles, des quartiers périphériques de trois grandes zones d’intervention de l’appui français : en Afrique de l’Ouest, à Madagascar et à Haïti.

But de l’appel à projets :

La finalité de la FISONG « Réinsertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques des villes d’Afrique de l’Ouest, de Madagascar et d’Haïti » est d’appuyer la mise en œuvre de pratiques innovantes visant à améliorer la situation des jeunes déscolarisés, en particulier des plus fragiles, issus des quartiers périphériques des zones d’intervention.

A travers cette FISONG, l’AFD recherche les articulations possibles entre les interventions en cours et les actions des ONG, en amont, pendant ou en aval de ses projets. A terme, il s’agira donc de tirer les leçons des approches proposées par les ONG pour des actions ultérieures, tant de l’AFD que des pays cibles ou autres pays.

La FISONG doit ainsi permettre de financer des projets innovants qui :

  • identifient les solutions susceptibles d’être intégrées dans les politiques publiques, y compris le développement d’outils pour l’insertion des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques qui puissent être adaptés et déployés largement ;
  • réfléchissent à la pérennité des interventions en inscrivant les projets dans les politiques sectorielles dès la phase d’instruction du projet.

Plus spécifiquement, il s’agira de financer des projets innovants qui répondront aux enjeux suivants :

  • Accompagner la croissance économique de chacune de ces régions par la lutte contre leurs vulnérabilités dont le décrochage scolaire pour les jeunes issus des quartiers périphériques.
  • Miser sur la croissance de l’urbanisation comme facteur d’inclusion pour les jeunes déscolarisés à travers les opportunités d’emploi générés notamment l’amélioration des services de base (distribution et gestion de l’eau /déchets / accès à l’énergie / aux réseaux / transports / développement des services sociaux / proximité du monde économique / multiplicité des offres d’emploi, de services) (ex : nouvelle ville de Diamniadio et nouveau pôle urbain de Dakar intégrant Thiès et Mbour au Sénégal).
  • Relever le défi de la lutte contre la déscolarisation en Afrique de l’Ouest, à Madagascar et Haïti pour permettre l’acquisition de compétences de base, y compris sociales et citoyennes pour tous.
  • Intensifier la collaboration des secteurs privés et publics pour développer le système d’enseignement depuis l’éducation de base jusqu’à la professionnalisation puis l’insertion.
  • Favoriser les dynamiques intergénérationnelles, propres à modifier les grands équilibres de pouvoirs, les imaginaires liés à l’âge et à rééquilibrer l’accès des jeunes déscolarisés aux sphères de représentation et de décisions les concernant.
  • Miser sur la transformation numérique et la mobilisation en réseaux pour accompagner la transformation de la situation des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques.
  • Accentuer l’effort sur les publics les plus fragiles, en particulier les femmes déscolarisées ainsi que les autres populations subissant une discrimination spécifique (handicap, orientation sexuelle …) des quartiers périphériques par des projets adaptés à leur situation.
  • Favoriser l’engagement bénévole ou autres initiatives entrepreneuriales et/ou citoyennes en réponse à des enjeux sociaux / sanitaires qui participeraient à l’insertion citoyenne voire économique des jeunes ;
  • Afrique de l’Ouest : renforcement des synergies entre pays voisins pour favoriser l’insertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques.

Périmètre thématique :

La FISONG est une occasion pour l’AFD et les ONG de réfléchir à la conception de modèles efficients et soutenables d’intervention dans les pays ciblés permettant ainsi d’améliorer l’insertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques des villes des régions de l’appel à projet.

L’initiative proposée devra s’articuler avec les autres initiatives et/ou stratégies adressées aux mêmes populations (Ministère ; Collectivités territoriales ; ONG locales ; PTF). Elle prendra également en considération la place et le rôle d’autres démarches sous-sectorielles sur la question de l’insertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques, y incluant la formation professionnelle et l’appui à l’auto-entreprenariat.

Le projet proposé doit, sur la période, conduire à des résultats concrets pour les populations : un projet de diagnostic seul ne serait pas qualifié.

Périmètre géographique :

Les projets proposés concerneront les zones et pays suivants : Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Sierra Leone, Togo), Madagascar et Haïti.

Les approches sur deux pays (maximum), positionnées sur les zones frontalières dans une logique de partage d’expérience et de cohérence des bassins de population, sont acceptées. Les interventions dans des zones où les conditions sécuritaires sont volatiles sont possibles, mais les propositions devront démontrer la prise en compte d’approches adaptées en zone de crise et conflit par l’ONG (ex : approches « Ne pas nuire »), la maîtrise des questions de sécurité et les mesures de mitigation sur les impacts attendus du projet.

Durée des projets :

La durée d’un projet FISONG est comprise entre trois et cinq ans, d’autres durées peuvent être proposées sans toutefois pouvoir excéder cinq ans.

Bénéficiaires :

Au sein des deux grandes catégories précédemment évoquées, les bénéficiaires à cibler prioritairement seront les populations :

  • Jeunes, en particulier les jeunes déscolarisés ; les publics concernés seront en priorité des jeunes de 15 à 30 ans ; d’autres propositions pourront être acceptées lorsqu’elles s’appuient sur des définitions mentionnées dans les textes réglementaires nationaux, tel qu’il ressort de la consultation menée auprès des OSC.
  • Issues de territoires urbains défavorisés ou zones périphériques(capitales ou villes secondaires) ; par zone périphérique il est entendu une acception large, non limitée aux seuls aspects spatiaux. Les propositions de projet couvriront exclusivement des territoires urbains dans lesquels le fonctionnement des services publics est particulièrement réduit et où les populations subissent des discriminations ou une représentation sociale négative, tels que les bidonvilles, les quartiers informels et les quartiers sensibles (violences urbaines).
  • Les publics peu sensibles ou ciblés au regard des dispositifs actuellement en cours.
  • Les publics fragiles et en particulier les femmes déscolarisées des quartiers périphériques ainsi que les autres populations subissant une discrimination spécifique (handicap, orientation sexuelle …).

Approche genre :

Les inégalités de genre existent dans toutes les sociétés humaines. Ne pas prendre en compte ces inégalités revient, de fait, à les faire perdurer ou à les renforcer. Or, l’AFD s’est engagée dans une démarche visant la réduction des inégalités de genre (publication en 2013 du premier « CIT genre »). Le CIT OSC de 2018, qui définit les grandes lignes de la stratégie de l’AFD vis-à-vis des organisations de la société civile, rappelle également que lesdites OSC doivent viser à non seulement « garantir que les femmes accèdent aux services mis en place, mais [aussi qu’elles soient inclues] comme actrices des projets et de la vie locale, au même titre que les hommes ». Il précise également que les OSC devront « questionner davantage l’atteinte effective des objectifs genre des projets et d’évaluer les réussites et les manquements afin d’améliorer collectivement les pratiques en la matière ».

Pour répondre aux enjeux relatifs au genre, les ONG adopteront une démarche spécifique visant à réduire les inégalités :

Ce point sera évalué et perçu comme une réelle valeur ajoutée dans la sélection des projets soutenus.

Les ONG sont encouragées à consulter et utiliser les Boites à outil genre développées pour l’AFD en 2015 et accessibles aux adresses : https://www.afd.fr/fr/ressources/boite-outils-education-formation-professionnelle-et-emploi et https://www.afd.fr/fr/ressources/boite-outils-appui-au-secteur-prive-entrepreneuriat-et-inclusion-financiere.

Une note d’analyse des enjeux de Genre dans la zone ciblée par la FISONG sera réalisée par le F3E et publiée fin mai.

Par ailleurs, en collaboration avec l’AFD, le F3E a mis en place un dispositif d’accompagnement des ONG pour renforcer la prise en compte du genre dans leur projet.

Ce dispositif sera activé pour la présente FISONG avec :

  • Une formation-sensibilisation collective des ONG qui auront été retenues à l’intégration d’une perspective de genre dans leurs projets. Ce temps collectif pourra être élargi à des ONG travaillant sur les mêmes domaines et lieux d’intervention que les ONG sélectionnées ;
  • Un échange individuel avec chaque ONG retenue, afin d’élaborer un plan d’action concret ;
  • Si le calendrier le permet, un accompagnement au démarrage des activités pour les ONG qui auront été retenues.

Modes d’intervention transversaux :

Les ONG devront respecter les principes d’action suivants :

  • Concertation en amont et au cours de la mise en œuvre du projet, pour veiller à l’appropriation par les populations d’une part et les acteurs, locaux et nationaux, d’autre part. Les jeunes devront être considérés comme des acteurs à part entière du projet ;
  • Privilégier autant que possible une logique de renforcement qualitatif de l’existant plutôt que de la création de nouveaux dispositifs ;
  • Contribution aux politiques publiques en cours ou en préparation ;
  • Renforcement des acteurs institutionnels et accompagnement des autorités locales.

Qualification et expérience des ONG :

Toute ONG, quelle que soit sa nationalité, est éligible à la FISONG. Une ONG souhaitant soumettre un projet pourra s’appuyer sur des partenaires des pays d’intervention : les partenariats (groupements ou consortium) sont encouragés.

Il est demandé aux ONG de justifier d’une présence de trois années minima d’intervention dans le pays du projet afin d’assurer leur connaissance du contexte local, notamment sur les plans politique, institutionnel et socio-politique.

Les ONG doivent démontrer une grande expérience liée à l’insertion économique, sociale et citoyenne des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques des villes d’Afrique de l’Ouest, de Madagascar et d’Haïti.

Le dispositif FISONG est destiné à des ONG dotées des capacités et outils nécessaires à la conduite de processus d’innovation et de concertation avec les responsables sectoriels de l’AFD (problématisation, conception, expérimentation, évaluation, capitalisation, diffusion, passage à l’échelle…) dans des domaines de compétences spécialisés.

Les ONG devront mettre en œuvre des méthodes d’interventions innovantes de diagnostic en concertation avec les acteurs. L’utilisation des nouvelles technologies et des outils numériques adaptées au contexte local (infrastructures, niveau d’équipement des acteurs locaux, capacité des populations) est un des enjeux de cette FISONG.

Les projets doivent être conçus sur la base de diagnostics initiaux (issus de la connaissance antérieure du contexte et à compléter en début de projet) et participatifs incluant a minima une analyse des rapports de genre et d’âge ainsi qu’une analyse des facteurs de vulnérabilité liés à la déscolarisation et à la localisation des publics cibles (quartiers périphériques).

Cadre budgétaire :

Cette FISONG est dotée d’un montant de 2,5 millions d’euros. Elle vise à financer 2 projets d’un montant de 1,2 million d’euros maximum chacun et d’une durée de 3 ans à 5 ans. 0,1 million d’euros minimum est réservé pour financer le dispositif transversal de capitalisation qui sera assuré par un prestataire recruté sur appel d’offres.

Un projet FISONG peut être cofinancé à hauteur de 90% maximum du budget total du projet soumis. Les 10% restant ne doivent pas être de la valorisation.

Un dispositif d’évaluation/capitalisation propre à chaque projet devra être précisé et chiffré budgétairement.

Le plan de financement soumis par l’ONG devra intégrer un montant forfaitaire minimum de 2% du montant total du projet pour la réalisation d’audits externes. Ce montant sera mobilisé directement par l’ONG qui contractualisera avec un cabinet d’audit externe pour assurer la vérification des dépenses effectuées.

Une approche partenariale est fortement recommandée, en particulier avec des ONG locales, le secteur privé, les autorités (nationales ou locales), ou encore avec des centres de recherche.

Au regard de la complexité de la thématique et de l’éventail de compétence requis, les consortiums sont autorisés et encouragés.

Calendrier prévisionnel :

calendrier FISONG 2020 Réinsertion jeunes déscolarisés quartiers périphériques
21 avril 2020 Publication appel à propositions
12 mai 2020 Date limite de réception des questions relatives à l’appel à propositions
26 mai 2020 Publication sur le site de l’afd des réponses aux questions des ong
07 juillet 2020 Réception des offres
23 juillet 2020 Tenue de la commission de sélection
Début septembre 2020 Formation genre pour les ONG sélectionnées
Novembre 2020 Octroi des projets

Plus d’informations

Créer une alerte

Recevez tous les 15 jours, le bulletin d'actualité des financements et ressources.

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

A lire aussi

Actualité|22/04/2020

Le « jour d’après » doit marquer l’arrêt de la dégradation des terres

Actualité|21/04/2020

Nos prochaines formations à distance

Tout chaud

LMA_COVID19_enquete2_visuel3
20/05/2020

Où en sont les associations après le confinement ?

07/05/2020

Hommage à Olivier MOUZAY, secrétaire exécutif de la CHD

Questionnaire genre et covid-2
05/05/2020

Questionnaire genre et covid : quels impacts au sein des OSI françaises ?