Un lobbying éthique est-il possible ?

Un lobbying éthique est-il possible ?

L’IRIS a le plaisir de vous inviter à participer à son 18e Stand Up de l’humanitaire, autour de Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch France (Stand Uppeuse), Julie Vallat, responsable du sociétal, branche Exploration Production, Total S.A (Contradictrice), Elsa Foucraut, responsable du plaidoyer chez Transparency International (Co-rapporteure). Animé par Nathalie Ernoult, responsable de la filière de spécialisation plaidoyer et communication d’influence d’IRIS Sup’, responsable advocacy pour la campagne d’accès aux médicaments essentiels à MSF international. Conclusion par Michel Maietta, directeur de recherche à l’IRIS.

Entrée gratuite, inscription obligatoire sur le site internet de l’IRIS.

————————-

Le rôle suspecté du lobbying dans certaines décisions politiques récentes (réforme de la chasse, renouvellement de l’autorisation d’utilisation du glyphosate) a remis au centre du débat public la question de la régulation de ces pratiques d’influence, souvent considérées comme antidémocratiques et opaques.
Fruit d’un long processus, la loi Sapin 2 sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, entrée en vigueur en juin 2017, a tenté de définir un cadre pour le lobbying en France afin de favoriser la transparence de la prise de décision publique. Cette réglementation reste souvent perçue comme frileuse face à la force des grands groupes privés.
Dans le même temps, des organisations humanitaires et issues de la société civile mènent elles aussi des activités de lobbying pour faire entendre leurs voix sur des sujets d’intérêt commun.
La question de l’intérêt poursuivi par les différents groupes d’influence nous amène à nous demander si un lobbying éthique est possible, et comment en réguler la pratique au nom du bien commun.