Liste des membres de Coordination SUD

Page

En juin 2019, Coordination SUD regroupe près de 170 ONG françaises adhérentes soit en direct soit via un des collectifs suivants.

Les collectifs d’ONG membres de Coordination SUD

  • Clong-Volontariat – Comité de Liaison des ONG de Volontariat
  • Cnajep -Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire
  • CHD – Coordination Humanitaire et Développement
  • Crid – Centre de Recherche et d’Information pour le Développement
  • Forim – Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations
  • Groupe initiatives

Vous pouvez faire afficher la fiche de chaque membre en utilisant le moteur de recherche ci-dessous :

Rechercher une ONG membre

  • Partage

    Partage

    Créée en 1973, Partage est une association française de solidarité internationale. Reconnue d’utilité publique, indépendante de toute appartenance politique ou religieuse, Partage vient en aide aux enfants du monde les plus démunis en soutenant des actions qui permettent de lever les freins au développement global de l’enfant, afin qu’il soit éduqué, soigné, protégé et accompagne le développement de sa communauté.
    Partage a choisi de travailler en partenariat avec des acteurs locaux, experts de l’aide à l’enfance. En effet, leurs connaissances garantissent que les actions menées répondent aux réalités du terrain et aident efficacement les enfants et leur communauté, dans le respect de leurs droits fondamentaux. Ces partenariats s’inscrivent dans une logique de renforcement des capacités des sociétés civiles et de pérennité des actions mises en oeuvre. Chaque action de terrain entreprise est fondée sur l’écoute des besoins des enfants et de leur communauté. Pour Partage, le respect de la culture et de l’environnement des enfants est une valeur fondamentale.

  • Plan International France

    Plan International France

    L’ONG Plan International intervient dans 56 pays en développement pour un monde plus juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité entre les filles et les garçons. Pour leur donner les moyens de construire leur avenir, 1 748 projets de développement, qui bénéficient à 34 millions d’enfants, sont actuellement conduits grâce aux dons de particuliers, parrainages d’enfants, mécénats d’entreprises et subventions publiques.

    Fondée en 1993, Plan International France est une fondation reconnue d’utilité publique, membre du réseau Plan International, et forte de plus de 30 salarié·e·s et d’une centaine de bénévoles.

    Grâce à ses 39 000 marraines, parrains, donateurs et donatrices, Plan International France finance de nombreux programmes destinés à donner aux enfants un avenir meilleur.

  • Planète Enfants & Développement

    Planète Enfants & Développement

    Planète Enfants & Développement est née en 2016 ; c’est la fusion de 2 associations, Planète Enfants, fondée en 1992 et Enfants & Développement, fondée en 1984.

    C’est une association de solidarité internationale apolitique et non confessionnelle qui se consacre aux enfants vulnérables pour leur offrir les conditions nécessaires à leur bien-être et à leur épanouissement.

    Notre mission est d’agir de façon holistique pour les enfants vulnérables en leur offrant les conditions de leur bien-être et de leur développement à travers des services de protection, de santé, d’éducation, d’insertion et d’accompagnement familial ; en renforçant les capacités des acteurs locaux (autorités, sociétés civiles, communautés et familles) et en les rendant autonomes ; en dénonçant et luttant contre toute forme de discrimination et d’exploitation des enfants et en particulier contre la traite.

    Nos interventions se situent sur 5 axes

    • Le développement de la petite enfance (0 à 6 ans)
    • L’accompagnement familial
    • La protection des enfants et des femmes contre les violences
    • La santé maternelle et du petit enfant
    • L’insertion socioprofessionnelle

    Planète Enfants & Développement une association de terrain, implantée dans 4 pays, qui agit dans des contextes et avec des populations qu’elle connait bien : au Cambodge  depuis 1984, au Népal depuis 1997, au Viêt-Nam depuis 1993 et au Burkina Faso depuis 2004.

  • ReMeD (Réseau Médicaments et Développement)

    ReMeD (Réseau Médicaments et Développement)

     

    Créé en 1993, ReMeD est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique dont l’objectif est d’aider les pays en développement à améliorer la disponibilité, l’accessibilité, la qualité et le bon usage du médicament, à travers l’échange d’informations, la formation et la sensibilisation. ReMeD est un centre de ressources et d’échanges d’information indépendante et objective sur les médicaments, les politiques pharmaceutiques et les pratiques des professionnels du médicament.

    Les membres de l’association sont essentiellement des pharmaciens et des professionnels de la santé publique en France et dans les pays francophones d’Afrique, zone préférentielle d’intervention de ReMeD.  Les adhérents sont pour moitié en France et pour moitié dans les pays en développement.

    Le site (en cours de refonte) met à disposition des espaces d’information et d’échanges.

    ReMeD :

    • Assure le transfert de compétences et la formation des professionnels de santé
    • Organise des campagnes de sensibilisation des populations du Nord et du Sud aux problématiques du médicament
    •  Met son expertise au service de ses partenaires
    • Coordonne l’échange d’informations sur le médicament entre les professionnels de santé du Nord et du Sud
     
  • SCD (Service de Coopération au Développement)

    SCD (Service de Coopération au Développement)

    Fondé en 1959 à Lyon, le SCD est le plus ancien et l’un des trois principaux organismes de Volontariat de Solidarité Internationale avec 300 volontaires présents dans 50 pays du Sud. Organisme chrétien agréé par le Ministère des Affaires étrangères, l’association participe au développement par le Volontariat d’Échange et de Solidarité Internationale, dans un esprit d’ouverture et de partenariat. Il collabore avec toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté pour soutenir leurs initiatives de changement social et de développement durable. A la demande des partenaires responsables de structures de développement, le SCD recrute, forme et envoie des volontaires pour des missions de un an minimum, généralement deux ans. Il assure leur suivi sur le terrain. Il les aide à se réinsérer et à poursuivre en Europe leur engagement pour un développement solidaire au Sud comme au Nord et entre le Nord et le Sud. Le SCD s’est depuis 2010 engagé dans le développement du Service Civique à l’international.

     

    Pour en savoir plus, nous ouvrons nos portes pour des séances d’informations tous les premiers mercredi du mois, autour d’un café. Sans inscription, nous vous accueillons de 18h à 19h dans nos locaux, au 18 Rue de Gerland Lyon 7ème (métro Jean Macé).

  • Sipar

    Sipar

    Depuis plus de 35 ans, Sipar est engagé dans le développement des populations les plus défavorisées du Cambodge. Centrée sur le développement de la lecture et la lutte contre l’illettrisme, l’association opère depuis plus de 25 ans dans toutes les régions du Cambodge avec un seul objectif : faire du livre un levier d’éducation, le porter et le rendre accessible aux populations les plus démunies.

    Sipar est une ONG française créée en 1982 pour l’accueil des réfugiés cambodgiens en France. Les premières actions sur le terrain furent l’enseignement du français dans les camps de réfugiés en Thaïlande et la formation dans les sites à la frontière khméro-thaïlandaise.

    En 1992, Sipar arrive au Cambodge. Après 20 ans de guerre, le pays est exsangue. Tout ce qui avait trait au savoir a disparu, le système éducatif est à reconstruire. Sipar collabore avec les institutions, les communautés sur le terrain et centre toutes ses actions autour du développement de la lecture, de l’éducation par l’accès aux livres et de la lutte contre l’illettrisme.

    Le programme des bibliothèques fixes et mobiles

    Sipar a initialement  mis en place des lieux de lecture dans les milieux scolaires : 300 écoles primaires sont équipées de bibliothèques et plus de 2500 bibliothécaires ont été formés par Sipar. Dans le secteur public (villages, hôpitaux, prisons, usines textile…) Sipar a créé des coins de lecture et implanté des bibliothèques et centres de ressources documentaires. Sur les routes ont été mises des bibliothèques mobiles : 9 bibliobus sèment le livre dans des régions défavorisées pour le rendre accessible aux communautés les plus pauvres et développer le goût de la lecture dès le plus jeune âge.

    Le programme édition de livres en langue khmère

    Après avoir développé le métier de bibliothécaire au Cambodge, Sipar développe la filière édition.

    Confronté à la pauvreté de l’offre, Sipar lance en 2000, un programme d’édition de livres en langue khmère et propose aujourd’hui 180 ouvrages répartis en 16 collections en langue khmère adaptées aux différentes tranches d’âges et publics. Plus de 2 millions d’exemplaires sont dans les mains des jeunes lecteurs.
    L’équipe Edition de Phnom Penh est composée de 12 personnes qui conçoivent et éditent 20 nouveautés chaque année.

    Nos valeurs et nos Engagements

    Depuis sa création, Sipar opère avec trois valeurs fondamentales : l’Innovation et le renouvellement de ses actions auprès des plus défavorisés,  le transfert de savoirs aux instances et professionnels cambodgiens, et la recherche de la pérennité des projets en favorisant l’appropriation par les bénéficiaires et la formation permanente de l’équipe locale.

    • Innovation

    Sipar a toujours eu une vocation de pionnier et l’audace nécessaire pour oser ouvrir des programmes innovants au service des plus défavorisés en faveur de développement de la lecture.

    • Appropriation et transfert de savoirs

    Sipar travaille en étroite collaboration avec les instances cambodgiennes et non en parallèle ce qui permet une meilleure appropriation des programmes. Les formations sont adaptées pour une transmission efficace des compétences aux populations cambodgiennes.

    • Développement

    Sipar initie ses projets en concertation avec les futurs bénéficiaires et assure leur pérennité dans un souci d’aide au développement et non d’assistanat à un pays. Aujourd’hui, à Phnom Penh, une équipe formée et performante de 39 cambodgiens travaille à la réussite des projets au service d’un développement durable pour leur pays.

    Chiffres clés

    • 250 000 enfants devenus lecteurs
    • 310 bibliothèques scolaires en primaires sur tout le territoire
    • 9 bibliothèques de référence en secondaire
    • 18 centres d’éducation pour tous (communaux)
    • 9 bibliothèques mobiles (bibliobus)
    • 2500 bibliothécaires formés
    • 19 coins lecture à l’hôpital
    • 21 clubs de jeunes en zones rurales
    • 26 bibliothèques dans les prisons
    • 18 bibliothèques en usines textiles
    • 180 titres jeunesse en khmer
    • 2 000 000 d’exemplaires imprimés

    « Lire et instruire c’est construire l’avenir ». Telle est la mission de Sipar.

  • Un Enfant par la Main

    Un Enfant par la Main

    Un Enfant par la Main est une Association loi 1901 qui propose de parrainer des enfants démunis et de réaliser des projets  dans leurs communautés, en Afrique, en Amérique Latine et en Asie.

    Un Enfant par la Main fait partie du réseau international ChildFund Alliance composé de 11 membres.

    La mission de chacun des membres a toujours été de mettre en place des solutions pérennes pour répondre aux problèmes de développement qui touchent les enfants et leurs familles

    Un Enfant par la Main collabore étroitement avec 4 partenaires :

    Ces 4 organisations partenaires opèrent directement sur le terrain avec le concours de professionnels et des populations locales qui apportent leur expertise pour améliorer les conditions de vie des enfants et de leurs communautés.

    Aujourd’hui, grâce à plus de 11 000 parrains et donateurs fidèles, Un Enfant par la Main contribue à soutenir près de 100 000 enfants et familles dans le cadre de programmes de développement communautaires dans 18 pays d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie.

    En 2017, Enfants sans Frontières nous a rejoint pour donner à nos actions un plus grand rayonnement. ONG française de solidarité internationale créée en 1974, Enfants sans Frontières agit en faveur de l’éducation d’enfants défavorisés, dans une approche durable et globale intégrant les conditions de vie et l’environnement de l’enfant.

    L’aventure a démarré par l’ouverture d’un centre de nutrition à Gros Morne, en Haïti. Puis l’association s’est recentrée sur l’éducation. elle vient ainsi aujourd’hui en aide à plus de 3000 enfants dans 82 établissements scolaires dans 5 pays.

    C’est parce que nous partageons cette même vision et que nous nous fondons sur les mêmes valeurs que nos 2 associations ont opéré une fusion.

    Cette évolution, nécessaire pour nos associations, nous permet de démultiplier :

    • nos actions dans nos pays d’intervention,
    • ainsi que notre impact sur l’éducation des enfants.

    En Haïti, des programmes d’appui aux familles rurales sont mis en place depuis plus de 10 ans, des programmes d’accès à l’eau, de développement agricole et économique afin de donner les moyens aux familles de prendre en charge la scolarité de leurs enfants.

  • UNMFREO (Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation)

    UNMFREO (Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation)

    A côté de leurs actions de formation et de développement en France, le mouvement des Maisons familiales rurales a développé des actions de coopération, depuis de très nombreuses années, pour accompagner la création de MFR dans d’autres pays. Des partenariats sont mis en œuvre avec le service des relations internationales de l’UNMFREO qui gère de nombreux programmes de coopération. La politique de coopération, précisée dans une charte, vise à :

    • Favoriser la création et le développement des Maisons familiales rurales dans le monde par un appui aux démarches associatives, méthodologiques et pédagogiques auprès de communautés ayant clairement exprimé leur souhait de créer une association de ce type,
    • Permettre l’enrichissement des Maisons familiales rurales par un partage de leurs expériences et savoir-faire,
    • Faciliter et coordonner le partenariat entre des structures fédératives de Maisons familiales rurales françaises et celles d’autres pays. Les collectivités territoriales sont de plus en plus associées à cette nouvelle forme de coopération et d’échanges,
    • Participer à la réflexion sur la définition de nouvelles solidarités internationales et à l’ouverture des Maisons familiales rurales et contribuer à l’éducation au développement des jeunes en tant que citoyens,
    • Développer des partenariats avec les acteurs français et européens de la coopération internationale, tant au niveau des pouvoirs publics qu’au niveau des organisations non gouvernementales (ministère français des Affaires Étrangères, Union européenne, collectivités territoriales, Agriculteurs Français et Développement International (AFDI), …).