A lire aussi

04/11/2020

Jusqu’au 30 novembre, participez au festival ALIMENTERRE en ligne !

Festival #ALIMENTERRE : participez aux projections-débats organisées presque tous les jours par des bénévoles et en partenariat avec IMAGO TV, la plateforme vidéo de la transition.

Communiqué : Haïti, Aide et Action, Schneider Electric et sa Fondation, acteurs de la reconstruction, avec leurs partenaires haïtiens et français

Lancée dès septembre 2010, la formation professionnelle aux métiers de l’électricité en Haïti porte ses fruits. « Aujourd’hui, ce sont déjà 40 Haïtiens qui participent au premier cycle de formation sur les métiers de l’électricité pour être opérationnels en mars 2011 » précise Gilles Vermot Desroches, Directeur du Développement Durable de Schneider Electric et Délégué Général de la Fondation.

« Ces jeunes professionnels sont les premiers d’un programme qui prévoit de formaliser et développer les compétences de plus de 2 000 ouvriers qualifiés du BTP, dans les deux ans, pour reconstruire le pays », ajoute Claire Calosci, Directrice Générale d’Aide et Action International.

Ces premiers résultats ont été rendus possibles par la mobilisation des acteurs avec en particulier l’arrivée de quatre enseignants français depuis septembre 2010. Ce projet bénéficie en effet du soutien de la mission « Jules Verne » d’enseignement professionnel aux métiers du bâtiment, du ministère français de l’Education nationale. Ces formateurs aux métiers de l’électricité, du génie civil et du bois, participent au développement des formations avec l’université Quisqueya, l’INFP (institut national de la formation professionnelle, branche du ministère de l’éducation nationale haïtienne) et Aide et Action.

Le projet de formation professionnelle s’appuie sur la création de centres techniques, pour mutualiser les ressources et expertises dans le domaine du BTP. Dans ce cadre, des formations initiales et continues pour une insertion professionnelle durable vont être organisées. Des curricula seront déployés sur l’ensemble du territoire couvrant les métiers de l’électricité, du bois, du bâtiment et des travaux publics.

En 2011, le projet va mettre en œuvre de nouveaux cursus professionnels, la formation de formateurs, la création d’unités mobiles pour déployer ces formations à travers le pays avec le support des partenaires actuels mais aussi d’autres partenaires entreprises en particulier dans les métiers du bois, du BTP. Il prévoit la construction d’un dispositif national qui s’appuiera notamment sur des centres de formation de formateurs et un centre de référence national.

Cette action répond à un besoin essentiel. Le séisme du 12 janvier 2010 a provoqué la mort de près de 250 000 personnes. Il a également causé la destruction de 60% du bâti de la capitale haïtienne Port au Prince. A Léogâne, 80% des constructions sont détruites ou présentent des risques pour leurs occupants. La majorité des bâtiments publics et institutions est touchée. Avec plus de 4 000 écoles en ruine à Port-au-Prince l’éducation est dévastée.

Selon les estimations, près de 20 millions de mètres cubes de décombres, doivent être déblayés avant que les travaux de reconstruction puissent commencer. Le tout, dans un pays qui est toujours considéré comme à fort risque sismique. Déjà, avant le 12 janvier, Haïti manquait de main d’œuvre qualifiée et/ou avec des compétences certifiées dans le domaine des BTP. L’offre actuelle de formation professionnelle dans le domaine était soit insuffisante soit mal adaptée.

Aide et Action et la Fondation Schneider Electric sont déjà partenaires en Inde pour la formation professionnelle de jeunes dans la région sud du pays, durement frappée par le tsunami fin 2004. De cette réussite commune est née l’idée de développer le projet en Haïti.

Présente en Haïti depuis 1989 avec une équipe haïtienne, Aide et Action est sensible aux attentes exprimées récemment par la population et appelle à une mobilisation urgente de la communauté internationale pour la reconstruction du pays.

Dans son Magazine Aide et Action Haïti daté de décembre 2010 et sur son site internet, l’association dresse un bilan complet de son action.

Les partenaires du projet L’accord pour l’appui à la formation professionnelle dans les métiers du bâtiment a été signé le 1er juillet 2010, par Luc Chatel, ministre français de l’Education nationale, de la jeunesse et de la vie associative, Joël Desrosiers Jean Pierre, ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle d’Haïti, Jean Pascal Tricoire, président du Directoire de Schneider Electric, Jacky Lumarque, recteur de l’Université Quisqueya et Frédéric Naquet, président d’Aide et Action International.

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Publications

13/11/2020

Étude sur les modalités opérationnelles des transferts monétaires (2017-19)

Groupe URD
05/11/2020|Rapport de capitalisation

DEC Rohingya Refugee Crisis Response

Groupe URD

A lire aussi

Publication|03/11/2020

Bassin du Lac Tchad : Soutenir la cohésion sociale par l’appui aux mécanismes endogènes…

Actualité|02/11/2020

« À l’école des droits de l’enfant » : Asmae lance sa première formation en ligne…

Actualité|21/10/2020

Communiqué – Attentats : l’Éducation est une urgence, la défendre nous concerne tous !

Tout chaud

18/11/2020

Diplomatie féministe : le HCE au rapport

12/11/2020

Et si le moment était venu pour votre ONG de revoir son modèle économique ?

09/11/2020|Sommet "Finance en commun"

Les banques publiques de développement doivent agir en faveur du monde que nous voulons.