L’APD française dans le secteur de l’eau et de l’assainissement

Document ressource

Telles sont les questions que la Coalition Eau se posait lorsqu’elle a engagé un chantier d’analyse de “l’aide publique au développement française (APD) dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement, sur la période 2001-2007, et les perspectives d’ici 2012.”.

L’étude a permis d’analyser les choix géographiques, les types de projets, et les instruments financiers de la coopération française dans ce secteur, à la lumière des engagements pris par la France pour le financement du secteur en 2003, de la priorité rappelée aux pays d’Afrique sub-saharienne en 2009, et en s’appuyant sur les chiffres renseignés auprès du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE.

Si l’aide bilatérale de la France a augmenté de façon significative sur la période étudiée, ceci s’explique par un recourt accru aux prêts bancaires, alors que les montants de subventions restent trop faibles. Cela se fait au détriment des populations et des pays les plus pauvres, ayant les défis les plus importants à relever en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement. L’instrument financier « prêt » répondant essentiellement aux conditions économiques des pays émergents, mais ne permettant pas de soutenir les pays ayant que de faible capacités à emprunter (majoritairement les PMA, notamment des pays d’Afrique sub-saharienne), et n’étant pas adapté à certaines interventions comme l’hydraulique rurale.

7 propositions de la Coalition Eau – Pour une contribution plus efficace de l’APD bilatérale française à l’atteinte des OMD Eau et Assainissement :

Proposition n° 1 : Clarifier les engagements actuels de la France dans le secteur de l’eau et de l’assainissement

Proposition n° 2 : Réaliser un bilan annuel de l’APD eau / eau potable et assainissement

Proposition n° 3 : Mieux évaluer la politique sectorielle de l’APD française dans le secteur de l’eau / eau potable et assainissement

Proposition n° 4 : Augmenter, pour le budget 2011, l’aide bilatérale française pour l’eau potable et l’assainissement sous forme de dons, et atteindre les 100 millions d’euros

Proposition n° 5 : Cibler l’APD eau potable et assainissement vers les pays ayant les plus forts besoins

Proposition n° 6 : Cibler l’APD eau potable et assainissement vers les populations les plus démunies

Proposition n° 7 : Infléchir la politique des partenaires de la France pour améliorer l’efficacité de l’aide