Promouvoir des investissements responsables dans l’agriculture et la sécurité alimentaire

Communiqué de presse

Paysan au Suriname_Coordination SUD agriculture et alimentation

Paris, le vendredi 12 octobre 2012 – A l’occasion du CSA (Comité pour la Sécurité Alimentaire) qui se déroulera à Rome du 15 au 20 octobre 2012,  le processus sur les investissements responsables dans l’agriculture devrait être adopté. La Commission Agriculture et Alimentation de Coordination SUD est mobilisée au sein de ce processus, dans la continuité de son travail sur les accaparements des terres, qui nuisent à la sécurité alimentaire et privent les paysans d’accès au foncier et aux autres ressources naturelles.

Lors de cette rencontre, deux rapports portant sur les liens entre l’importance de la protection sociale pour garantir la sécurité alimentaire ainsi que l’impact du changement climatique sur celle-ci seront également débattus. Certains pays critiquent ces rapports, estimant que le CSA pourrait empiéter sur le mandat d’autres instances ou conventions internationales, comme sur l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ou sur la convention-cadre des Nations-unies sur le changement climatique (UNFCCC).
Pourtant, le CSA, seul espace international traitant de sécurité alimentaire, a toute la légitimité pour se pencher sur ses sujets et présenter des recommandations aux autres instances, à partir du moment où l’impact sur la sécurité alimentaire est avéré. Il ne prend pas de décision dans les domaines qui leur sont réservés et joue pleinement son rôle consultatif. C’était là tout l’objectif de la réforme du CSA en 2009, destiné à en faire l’organe de cohérence sur les questions de sécurité alimentaire au niveau international. On ne peut donc que souhaiter une meilleure articulation entre les forums thématiques ainsi qu’une réelle prise en compte de ces questions par les autres instances internationales.
Le CSA est l’une des seules instances qui soit vraiment multipartite, démocratique et construite avec une présence des sociétés civiles. Il a déjà fait la preuve de son efficacité, notamment lors de l’adoption des directives volontaires sur la sécurité alimentaire.
C’est pourquoi Coordination SUD appelle les représentants du gouvernement français et de l’Union européenne à défendre ces prochains jours à Rome la légitimité du CSA, au cœur des enjeux de lutte contre la faim et d’accès à une alimentation pour tous.

Télécharger le communiqué du 12 octobre 2012