A lire aussi

01/07/2020

Quand les secteurs privé et public mettent leurs compétences au service des jeunes entrepreneurs sénégalais

Mame Aby Seye, DG du Fonds de financement de la formation professionnelle et technique (3FPT) et Kader Beye, responsable Études et Développement chez de l’institution financière Acep Sénégal

Pour une éducation de base dans les pays les plus pauvres

La campagne mondiale pour l’éducation (CME)* se félicite des engagements significatifs pris récemment par le chancelier du gouvernement britannique, Gordon Brown. Celui-ci a en effet annoncé le 10 avril dernier, au Mozambique, que son gouvernement débloquerait 15 milliards de dollars sur dix ans – soit 1,5 milliard par an – pour faire du droit à l’éducation une réalité universelle. Vendredi dernier, M. Brown est allé plus loin en promettant 170 millions de dollars supplémentaires pour les deux prochaines années en faveur du Fast Track Initiative.

Il a, d’autre part, invité les autres pays riches à prendre exemple sur le Royaume Uni, en engageant une aide conséquente et à long terme pour les 104 millions d’enfants privés d’école à travers le monde.

En dépit de leurs promesses, la contribution des pays riches – à travers l’aide publique au développement – consacrée à l’éducation primaire est malheureusement encore bien en deçà des besoins des pays pauvres… En effet, il faudrait 10 milliards de dollars supplémentaires par an d’ici 2010 pour s’assurer que chaque enfant ait accès à une éducation primaire de qualité. “Les nations du G8 ont indiqué à Gleneagles qu’elles travailleraient pour aider les pays pauvres. Pourtant elles contribuent bien peu au développement d’une éducation universelle, une des voies les plus efficaces pour mettre fin à la pauvreté “, a affirmé Kailash Satyarthi, président de la CME.

Aussi, les associations regroupées au sein de la Commission Education de Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises, demandent instamment au Président de la République française de prendre des engagements comparables et immédiats. A la veille du G8 qui se tiendra en juillet prochain à Saint-Petersbourg, les ONG françaises demandent que soit multipliée par 5 la part de l’aide publique au développement française consacrée au soutien à l’éducation de base dans les pays les plus pauvres.

Elles rappellent également qu’il est nécessaire d’augmenter l’aide publique au développement française à hauteur de 0,7% du revenu national brut, une promesse non tenue depuis 40 ans, pour atteindre l’objectif d’une éducation de base universelle d’ici 2015.

Les ONG françaises invitent tous les citoyens concernés par l’accès à l’éducation pour tous à se mobiliser dans ce sens en signant la pétition à l’attention du Président Jacques Chirac sur le site de Coordination SUD : www.coordinationsud.org

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

13/08/2020

Webinaire sur la mise en œuvre de l’Initiative de la Grande muraille verte

Association CARI

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Publications

12/06/2020

Le Magazine d’Aide et Action : COVID-19, la réponse d’Aide et Action face à la crise

Aide et Action
10/06/2020|Coalition Education

Aide française à l’éducation : des avancées en demi-teinte

Coalition Education

A lire aussi

Actualité|25/06/2020

AVN lauréate du Grand Prix de l’innovation urbaine Le Monde Cities

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)