Au ministère du développement, le changement n’est pas que dans le nom!

Mardi 5 juin 2012, les ONG françaises de solidarité internationale ont rencontré Pascal Canfin, nouveau ministre délégué des Affaires étrangères chargé du développement. A l’occasion de ce dialogue franc et simple, sans artifice ni lourdeur institutionnelle, des représentants de Coordination SUD ont exprimé leurs priorités, leurs inquiétudes et leurs attentes pour un vrai tournant de la politique française en matière de solidarité internationale, urgence et développement.
Lors d’un entretien de plus d’une heure, les ONG françaises ont abordé avec le ministre Canfin trois préoccupations : les grands enjeux immédiats de la solidarité internationale, les priorités pour le développement et les problématiques liées à l’action humanitaire.
Si la communauté internationale, y compris la France, est toute tournée vers la conférence de Rio+20 sur le développement durable, Coordination SUD inscrit cette échéance dans la perspective plus longue de révision des Objectifs du millénaire pour le développement en 2015. Pour ces deux rendez-vous majeurs, une aide publique au développement (APD) forte est indispensable. La France reste loin de ses engagements en la matière (moins de 0,5% contre les 0,7% du revenu national brut promis pour 2012). Coordination SUD a rappelé les engagements de campagne de François Hollande, dont celui d’une augmentation de l’aide qui transite par les ONG – aide parmi les plus basses d’Europe – pour leur permettre de contribuer effectivement à la lutte contre la pauvreté et les inégalités. « Pascal Canfin s’est montré sensible à nos préoccupations qu’il connait bien, réagit Jean-Louis Vielajus, président de Coordination SUD. Nous suivrons de près la mise en oeuvre effective des engagements de la nouvelle Présidence et du nouveau gouvernement, à commencer par leur implication dans Rio+20 dès le mois de juin. »
Coordination SUD demande depuis des années un cadre effectif de dialogue entre la société civile et les pouvoirs publics. Le ministre du Développement a montré un vif intérêt pour le renforcement des liens avec les ONG et, plus généralement avec la société civile, ainsi qu’avec leurs partenaires des pays du Sud. « Nous nous réjouissons de cette vision renouvelée des relations avec la société civile, comme du changement de nom du ministère : Développement et non plus Coopération, indique Bénédicte Hermelin, vice-présidente de Coordination SUD et directrice de l’ONG de développement Gret. Nous attendons beaucoup de sa traduction dans les faits et allons formuler des propositions en ce sens. »
Les ONG ont enfin appelé l’attention du ministre sur les enjeux humanitaires et sur l’importance d’actions liant urgence, reconstruction et développement. « La situation dans certaines zones d’Afghanistan reste préoccupante. Des poches de grande vulnérabilité persistent, il faut continuer à apporter une aide qui couvre les besoins de base des populations tout en prévoyant des actions de long terme», témoigne Sandrine Chopin, vice-présidente de Coordination SUD et responsable du bureau de Paris de Handicap international. Pascal Canfin s’est dit prêt à étudier les mécanismes qui pourraient améliorer la continuité entre l’aide d’urgence et le développement à l’occasion de son prochain déplacement à Kaboul. »

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé