Associations de solidarité internationale, une dynamique de croissance qui se poursuit

Associations de solidarité internationale, une dynamique de croissance qui se poursuit

Paris, le lundi 12 mars Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale, publie son enquête sur les ressources et les dépenses des ONG. L’étude menée en collaboration avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’Agence française du développement offre à la fois une photographie globale et une analyse fine d’un secteur dynamique en constante évolution.

Document de référence depuis trois décennies, l’étude Argent et associations de solidarité internationale mesure le poids du secteur des associations françaises de solidarité internationale grâce à l’analyse de ses ressources et de ses dépenses. Cette nouvelle édition porte sur un panel de 133 ONG répondantes et couvre la période 2012-2016. Elle éclaire sur les évolutions majeures du secteur marquées par des constats forts.

En 2016, le secteur pèse désormais 1,7 milliard d’euros (contre 1,2 milliard en 2012). Il connait une croissance de 38 % avec un pic des ressources financières en 2015, expliqué notamment par plusieurs crises et conflits d’importance. « Les associations françaises de solidarité internationale témoignent d’une vitalité certaine. L’écosystème des ONG est riche de par la taille des ONG, leurs métiers ou leur rayonnement géographique » selon Philippe Jahshan président de Coordination SUD.

 

 

ressources financières

Cette croissance est portée principalement par la mobilisation des fonds publics qui passent de 493 à 807 millions d’euros (+64 %). Cette augmentation est portée à plus de 75 % par les fonds publics internationaux. Le premier bailleur des associations françaises de solidarité internationale reste l’Union européenne mais occupe une part moins importante qu’avant. Il est suivi par les Nations unies.

La part des financements publics français reste marginale comparée à l’ensemble des financements. En volume, l’effort public français demeure toujours très faible en regard des autres pays de l’OCDE. « Si la reconnaissance des apports des associations de solidarité internationale à la coopération française a progressé en moyens et dans les textes, l’effort public en sa direction reste encore insuffisant et son rythme de croissance inférieur aux autres types de financements », ajoute encore Philippe Jahshan.

Autre constat de l’étude, les ressources privées financent toujours majoritairement le secteur et continuent de croître (+20 %). Toutefois la réduction de l’écart public-privé amorcée depuis plus d’une décennie se confirme. Parmi ces ressources, on note un recul de 13 % des fonds en provenance des entreprises et des fondations.

D’une manière générale, les ressources sont majoritairement publiques à l’échelle internationale et majoritairement privées au niveau français. Les ressources internationales représentent désormais 49 % (contre 42 en 2012). Enfin et signe de meilleure santé, les fonds associatifs des associations de solidarité internationale croissent par ailleurs de 22 % sur la période étudiée de 2012 à 2016.

Les associations de solidarité internationale du panel interviennent principalement sur deux zones prioritaires de la politique française d’aide au développement : en Afrique subsaharienne et dans l’Océan indien (2,5 milliards dédiés sur la période, soit 44 % des dépenses au niveau géographique). La période est également marquée par une hausse spectaculaire des dépenses en faveur du Proche-Orient et du Moyen-Orient (1 milliard dédié sur la période, soit 22 % des dépenses en 2016 contre 8 % en 2012).

Enfin en 2016, 51 240 personnes en équivalent temps plein sont mobilisées par le secteur dont 59 % de salarié.e.s dans les pays d’intervention des ONG et 26 % de bénévoles.

 

« Les associations françaises de solidarité internationale représentent un réel atout pour établir une solidarité française démultipliée sur tous les terrains. Elles disposent d’un levier financier qui n’est plus à démonter. A la France de s’en saisir ! » conclut Philippe Jahshan.

Etude Argent & Associations de solidarité internationale 2012-2016

 

*************************

Contact presse

Bénédicte Bimoko, bimoko@coordinationsud.org – Tél : 01 44 72 03 78 / 07 76 78 15 19