Evaluation finale du projet “Ma santé, mon école, un enjeu collectif au Togo” coordonné par la Chaîne de l’Espoir à Lomé au Togo

À PROPOS DE LA CHAÎNE DE L’ESPOIR

La Chaîne de l’Espoir (la CDE) est une ONG internationale fondée en 1994. Elle a pour vocation de renforcer les systèmes de santé pour donner à chacun et en particulier aux enfants les mêmes chances de survie et de développement. Aider les enfants les plus marginalisés est plus qu’une obligation morale, c’est une condition indispensable pour atteindre les objectifs 2030 des Nations Unies relatifs à la santé et au bien-être des enfants. Nous intervenons dans 27 pays par une approche globale, centrée sur l’enfant mais également sur les mères et les communautés défavorisées :

  • Prévention et dépistage dès le plus jeune âge, notamment dans le cadre de programmes de santé à l’école.
  • Soin et chirurgie, afin de répondre aux besoins les plus urgents des enfants et de leurs mères.
  • Formation et transferts de compétences aux équipes locales grâce à notre réseau international d’experts dans tous les domaines de la chirurgie.
  • Construction et équipement de structures hospitalières adaptées aux besoins locaux.

La Chaîne de l’Espoir développe des projets Santé et Éducation au Togo depuis 2002, ayant évolué vers des actions de santé scolaire depuis 2017. Ses projets sont construits sur une approche de proximité tant avec les communautés scolaires qu’avec les autorités locales, régionales et nationales. Présente au sein même des écoles avec son équipe et ses partenaires de mis en œuvre, la Chaîne de l’Espoir a développé une connaissance approfondie de terrain et bénéficie d’une grande reconnaissance de ses partenaires pour son approche participative, inclusive, constante et originale.

 

CONTEXTE ET MOTIF DE LA MISSION

La santé physique et mentale de l’enfant a un impact direct sur l’assiduité et les performances scolaires. Le rôle déterminant de la santé dans la réussite éducative et sociale de l’enfant est aujourd’hui établi Au Togo, cependant, la majorité des apprenants évolue toujours dans un environnement scolaire peu salubre, peu sûr et peu protecteur, où la mauvaise santé est source d’absentéisme, d’échec et d’abandon scolaire, de morbidité et parfois de mortalité en dépit des interventions ponctuelles de l’État et des ONGs.

Le taux national d’abandon scolaire au primaire est passé de 5,4% en 2011 à 8,8% en 2016. On constate de forts taux d’abandon en début de cycle primaire (CP1) et vers la fin du cycle primaire (CM1) avec des taux d’abandon respectifs de 18,7% et de 10,4%. Sur 100 enfants qui entrent au CP1, seulement 40 atteindront la classe de CM2 sans redoublement. Les principaux facteurs identifiés, par les intervenants en santé scolaire au Togo, comme mettant la santé et le bien être des élèves en danger sur leur lieu d’étude sont :

– Les mauvaises pratiques d’hygiène et d’assainissement en milieu scolaire ;

– Le manque d’informations et les mauvais comportements en matière de santé sexuelle et reproductive ;

– Les violences en milieu scolaire.

Afin de remédier à ces différentes réalités, les autorités togolaises se sont engagées à promouvoir la santé scolaire au sein de la réforme du système éducatif en cours et d’améliorer les capacités d’apprentissage et d’insertion sociale. La révision du Plan Sectoriel de l’Education (PSE) de la République du Togo a abouti à un nouveau PSE pour la période 2020-2030, « ce processus a suivi une méthodologie participative et inclusive [permettant] d’enrichir considérablement les stratégies à mettre en place dans les années à venir afin que le Togo dispose d’un système éducatif de qualité et accessible à tous les enfants, dans un environnement sain et sécurisé. » De plus, le gouvernement togolais prévoit de compléter son PSE en se dotant d’un programme de santé scolaire prenant en compte la santé préventive et reproductive, l’hygiène, la nutrition et la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA, ainsi que les VMS / VBGMS. Ces réformes permettraient au Togo de respecter les recommandations du Cadre d’action de Dakar. L’approche intégrée de ce projet Santé scolaire met l’accent de façon synergique sur les thématiques qui vulnérabilisent ou favorisent la santé et le bien-être de l’élève sur son lieu d’étude est unique au Togo. La Chaîne de l’Espoir est également la seule ONG qui focalise son intervention dans la capitale togolaise, ceci en dépit du besoin établi pour une action plus consolidée dans la principale ville du pays. En effet, ce projet s’adresse à la population des quartiers défavorisés tels que Lomé centre, Grand Tokoin, alors que la grande majorité des efforts sont décentralisés vers des villes et quartiers ruraux des provinces. La jonction opérationnelle de ce projet avec d’autres interventions en cours est donc limitée.

Toutefois, la Chaîne de l’Espoir a sollicité et reçu l’appui de l’ONG BØRNEfonden, réputée pour son expertise, entre autres, en non-violence, dans l’identification de partenaires opérationnels locaux travaillant selon les normes et standards nationaux et dans la diffusion de documents de références.

Le projet cible 8 établissements publics primaires et secondaires du Grand Lomé :

– EPP GBONVIE I

– EPP GBONVIE II

– EPP DOUMASSESSE

– EPP ADJALLE

– CEG TOKOIN NORD

– CEG BE ATTIKPA

– LYCEE TOKOIN I

– LYCEE TOKOIN SOLIDARITE

Le projet se déroule sur une période de 36 mois et a démarré au 1er janvier 2019 pour prendre fin le 31 décembre 2021. Le projet vise à renforcer les capacités et compétences des communautés scolaires dans les établissements sur les thématiques de l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement (EHA), de la Non-Violence (NV) et de la Santé Sexuelle et de Reproduction (SSR). Ce projet, mené par la Chaîne de l’Espoir et les associations togolaises Jeunesse et Avenir Togo (JAT) et Wash Volunteers (WV) propose une approche intégrée et participative pour contribuer au développement d’un environnement scolaire sain, motivant et protecteur favorisant l’accès à l’école et les apprentissages à Lomé. Le projet s’intègre dans les objectifs visés par le Plan Sectoriel de l’Éducation du Ministère de l’Éducation togolais.

 

OBJECTIF DE LA MISSION

Ce projet s’inscrit dans l’atteinte des ODD 3, 4 et 6 de l’ONU qui visent à promouvoir l’accès aux soins de santé durable, à une éducation de qualité pour tous et à l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Dans le domaine de l’Éducation, ledit projet s’inscrit dans la logique de l’UNESCO qui invite les décideurs à tirer parti et renforcer l’interaction entre la santé et l’éducation.

L’objectif global de ce projet est de « Contribuer au développement d’un environnement scolaire sain, motivant et protecteur favorisant l’accès à l’école et les apprentissages à Lomé ».

Objectifs spécifiques :

  • Objectif spécifique 1 : Développer les capacités de la communauté scolaire pour réduire à long terme les facteurs mettant en péril la santé des élèves et leur apprentissage scolaire
  • Objectif spécifique 2 : Renforcer les facteurs qui contribuent à l’amélioration des capacités et la motivation de l’élève durant son parcours scolaire

 

DEMANDE D’EVALUATION

Origine de la demande

L’évaluation envisagée est réalisée dans le cadre du projet « Ma Santé, Mon École, un enjeu collectif au Togo » mis en œuvre par la Chaîne de l’Espoir et ses partenaires depuis le 1er janvier 2019 jusqu’au 31 décembre 2021. Le projet en sera très prochainement à son dernier semestre de mise en œuvre et une évaluation externe est indispensable à la Chaîne de l’Espoir et ses partenaires pour rendre compte à l’AFD qui cofinance le projet. Au-delà de cette obligation contractuelle vis-à-vis de l’AFD, l’évaluation envisagée est nécessaire pour orienter la conception et la mise en œuvre de futures interventions de la Chaîne de l’Espoir sur la thématique concernée.

Attentes et objectifs

L’objectif de la Chaîne de l’Espoir est d’évaluer l’atteinte des objectifs et résultats quantitatifs et qualitatifs visés par le projet « Ma santé, mon école, un enjeu collectif au Togo ». L’analyse des actions mises en œuvre dans le cadre du projet se fera :

– À travers les 5 critères d’évaluation OCDE/CAD (Comité d’Aide au développement de l’OCDE) : pertinence, efficacité, efficience, impact et durabilité ;

– En prenant en compte les thèmes transversaux comme le genre, l’inclusion, l’environnement ;

– En ayant un regard sur la logique de l’intervention du projet ;

– Sur le processus et les outils mis en place pour la coordination, le suivi, le pilotage du projet.

Il s’agit d’avoir un retour objectif sur les expériences issues du projet, la qualité et pertinence de sa mise en œuvre et sur son impact auprès des parties prenantes du projet. En termes de méthodologie, il est attendu une évaluation de type participatif favorisant l’implication des principales parties prenantes, notamment les partenaires de mise en œuvre qui forment le comité de pilotage du projet, les membres des communautés scolaires des 8 établissements scolaires, les représentantes des ministères / autorités.

Moyens financiers

Le plafond du budget de l’évaluation est fixé à 20 000 euros TTC. Ce budget comprend notamment les honoraires, les perdiem (en France et au Togo, y compris jours de voyage internationaux), les frais de visa et de santé, de communication, et les déplacements (internationaux, sur le terrain et en France).

Il est demandé aux consultant.e.s de faire dans leur offre, une proposition budgétaire détaillée TTC en tenant compte de ces éléments.

 

PROFIL RECHERCHE

L’équipe d’évaluation sera composée d’au moins deux consultant-e-s ayant, si possible, déjà travaillé ensemble dans le cadre d’évaluation de projets de développement. L’un-e des deux consultant-e-s sera chef-fe de mission.

Les compétences attendues de l’équipe et qui seront valorisées lors de la sélection sont :

➢ Expérience valorisée dans l’évaluation de projet de développement dans le secteur de la santé scolaire, de l’éducation, de la protection de l’enfant, notamment le renforcement des capacités des communautés scolaires, la mobilisation et sensibilisation communautaire, la coordination de projets multi acteurs et intégrés, ainsi que la mise en place d’approches participatives et inclusives dans la gestion de projet.

➢ Maîtrise des outils et techniques d’enquêtes et d’entretiens.

➢ Expérience valorisée dans les méthodologies d’évaluation participative et d’organisation d’ateliers.

➢ Bonne connaissance et expériences de travail au Togo ou à minima dans des pays d’Afrique de l’Ouest.

➢ La capacité d’échanger dans les langues locales (notamment le mina/l’éwé) serait appréciée.

➢ Une sensibilité aux enjeux de genre, particulièrement en éducation à la santé, sera valorisée.

 

Il est demandé aux consultant.e.s de joindre les CV des membres de l’équipe avec les détails des expériences similaires qu’ils.elles ont pu avoir.

 

CONDITIONS ET FORMALITES DE SOUMISSIONS

Pour postuler, les consultants devront fournir :

  1. Une lettre de motivation suivant le modèle ci-après :
  2. Méthodologie de travail proposée
  3. Calendrier proposé (à discuter et valider, lors du démarrage de la capitalisation, avec les équipes et les partenaires sur le terrain)
  4. Budget de l’étude prenant en compte les points suivants :
  • Les honoraires du/de la consultant/e et de son équipe,
  • Transports nationaux (en France),
  • Transports internationaux à destination de Lomé (Togo) et frais de visa, le cas échéant,
  • Logement sur place, le cas échéant et transport local,
  • Assurances Santé Internationale et Assurance Rapatriement, le cas échéant,
  • Frais éventuels de déplacements à Paris pour réunion de cadrage et diverses réunions,
  • Frais de reprographie, supports de communication pour sessions de travail.

Le cas échéant, les coûts de transport internationaux à destination de Lomé, les coûts de visa et de logement seront communiqués au/à la consultant/te par la Chaîne de l’Espoir, selon ses procédures en la matière. Si applicable, le/la consultant/te devra réserver son billet via l’agence de voyage de l’association, avec validation du responsable budgétaire.

Les profils de/ de la consutant.e et de son équipe, doivent détailler l’expertise et l’expérience dans les domaines couverts par cette étude, incluant des références.

Les principaux critères d’évaluation (liste non exhaustive) seront les suivants :

  • Le tarif proposé
  • Les références sur la thématique et les études similaires
  • La connaissance de la zone
  • La compréhension du besoin

La date limite de soumission des candidatures est fixée au 26 septembre 2021 au plus tard.

Les candidatures complètes doivent être soumises à Ana Isabelle SILVA, Coordinatrice Programmes. Email : aisilva@chainedelespoir.org

Au regard du calendrier prévu pour la capitalisation, nous vous recommandons de ne pas attendre la date limite de soumission pour envoyer votre dossier, nous réaliserons une analyse des candidatures au fur et à mesure de leur réception

Vous souhaitez déposer un appel d’offre ?

Déposez vos appels d'offres pour vos recherches de prestations visant à renforcer votre organisation, faciliter vos projets...

Déjà inscrit ?

L’ABC des prestataires

Plus de 50 prestataires référencés dans notre base !

Tout chaud

developpement-des-synergies-entre-coordination-sud-et-le-forim
22/09/2021

Coordination SUD et le FORIM renforcent leurs synergies