Évaluation à mi-parcours du programme APPROCHE

I.            Description du programme

Contexte

APPROCHE (Accompagnement Personnalisé de Proximité pour le Renforcement Organisationnel, le Changement et l’Engagement) est la troisième et dernière phase d’un programme qui accompagne des organisations du réseau Caritas dans une démarche globale de développement institutionnel et de renforcement organisationnel (ou ‘DIRO’) en s’appuyant sur leur responsabilisation et leur autonomie.

Il accompagne les processus de développement des Caritas afin qu’elles deviennent des acteurs reconnus et actifs de leur société civile, capables de mener des actions pertinentes, efficientes et efficaces dans l’élimination de la pauvreté.

Le principal enjeu est de contribuer à l’élimination de la pauvreté par le développement d’une société civile forte. Le développement organisationnel et institutionnel des 17 Caritas du programme va leur permettre de devenir des acteurs plus performants dans leurs pays et d’agir plus efficacement sur toutes les formes de pauvreté, en responsabilisant les personnes et les groupes les plus vulnérables et les nombreuses organisations de base de la société civile (organisations paysannes, associations de femmes, de jeunes, communautés villageoises, etc.) avec qui les Caritas interagissent.

Historique du programme

Un premier projet pilote (2006-2010), financé sur fonds propres par le SC-CF, portait sur le développement organisationnel et institutionnel de 5 Caritas (Bénin, Centrafrique, Congo Brazzaville, Madagascar et Mali) basé sur la « méthode DIRO » . S’en est suivi la Phase 1 (2011-2015) du programme cofinancé par l’Agence Française de Développement (AFD). Cette première convention-programme cofinancée par l’AFD a ajouté à la méthode DIRO un accent particulier sur l’Accompagnement de Proximité Personnalisé (A2P) de 11 Caritas.

La capitalisation d’expérience, la mise en réseau, les échanges d’expériences entre pairs ont été très moteurs. Une évaluation à mi-parcours en 2013 et finale en 2015 ont conforté l’approche et la méthodologie. Les résultats générés ont été particulièrement positifs.

La Phase 2 du programme A2P DIRO (2016-2018), également cofinancée par l’AFD, permet de poursuivre l’autonomisation des 14 Caritas parties prenantes. L’accent est mis sur les acteurs (responsabilisation suivant la théorie du changement) et sur la montée en puissance du réseau Caritas au niveau suprarégional, notamment à travers le management des connaissances.

Cette troisième phase (2020-2022) est envisagée à la fin de la deuxième phase.

Dans la continuité de la phase précédente, APPROCHE place les Caritas au centre de la gouvernance du programme et de son action et va plus loin en mettant l’accent sur la montée en puissance du réseau constitué de ces Caritas, en transférant le portage au Secrétariat Exécutif Régional de Caritas Africa, tête de réseau.

Ce processus constitue une démarche d’ensemble: une Caritas Africa forte constitue un point d’appui à l’action des Caritas nationales et le renforcement de ces dernières stimule et consolide la légitimité de l’action de Caritas Africa.

Un projet transitoire (2018-2019) est mis en place par le Secours catholique Caritas France en fin de la phase 2 afin de soutenir la mise en place des prérequis nécessaires au transfert du portage du programme et de maintenir une partie de l’équipe de la phase 2 avant l’entrée en vigueur de la convention programme avec l’AFD en 2019.

L’exécution de la convention programme est suspendue en octobre 2019 à la suite des révélations graves faites au sujet de la Caritas RCA. La suspension du contrat est levée suite à la modification de la NIONG et du cadre logique. La phase 3 du programme (APPROCHE) débute officiellement au 1e janvier 2020.

Cette phase permettra de consolider les avancées obtenues dans le champ du développement organisationnel et institutionnel de 14 Caritas d’Afrique francophone et de l’Océan Indien, tout en s’élargissant à 4 nouvelles Caritas de la Région Afrique. Plus particulièrement, le programme s’attachera à :

–          Consolider les dynamiques internes organisationnelles des Caritas : capacités d’analyse de leurs besoins, planification et conduite des activités, gestion et gouvernance transparente, etc.;

–          Renforcer les espaces d’échanges et des pratiques collaboratives.

En fin de programme, la culture DIRO constitue l’approche développée par les Caritas parties prenantes pour le fonctionnement institutionnel et le management des activités. L’ambition est que cette culture « diffuse » dans l’ensemble du réseau de Caritas Africa et soit une marque de l’évolution des Caritas en Afrique (voir ANNEXE1)

 

Objectifs du programme

Objectif global

Contribuer à la réduction de l’extrême pauvreté et des inégalités en renforçant les sociétés civiles africaines afin de promouvoir l’avènement de sociétés justes, pacifiques et inclusives à travers des institutions efficaces et responsables à tous les niveaux dans le but d’un développement humain intégral et durable.

Objectif spécifique : Ce programme vise à accompagner les processus de développement des Caritas d’Afrique sub-saharienne et des Îles de l’Océan Atlantique et de l’Océan Indien afin qu’elles soient plus fortes, pérennes et capables d’agir pour des politiques publiques plus efficaces dans la réduction de la pauvreté

 

Indicateurs d’impact du projet

Impact 1 : Professionnelles, fortes et reconnues, les Caritas développent un leadership qui dynamise le plaidoyer et les actions de la société civile en faveur de politiques publiques de développement plus adéquates.

Impact 2 : Les populations ont amélioré leurs conditions de vie et leur résilience à faire face aux situations de précarité et d’urgence, grâce à l’accompagnement des Caritas.

 

Résultats

Résultat 1 : Le réseau Caritas Africa est mieux structuré, renforcé et développe une démarche de changement qui permet de maîtriser les risques liés à son développement

Résultat 2: Les Caritas d’Afrique subsaharienne et des îles des Océans Atlantique et Indien sont devenues plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté, les situations d’injustice et les inégalités.

Résultat 3: L’autonomie et la pérennité des Caritas sont renforcées grâce à un appui multiforme dans le domaine du développement institutionnel et organisationnel

Résultat 4: L’impact du réseau Caritas Africa est visible dans l’amélioration des politiques publiques au bénéfice des populations les plus vulnérables

Résultat 5 : Le transfert du programme est effectif au Secrétariat Exécutif de Caritas Africa qui dispose des capacités pour gérer et coordonner la mise en œuvre d’un programme multi-pays

 

Groupes cibles et bénéficiaires du programme

Les bénéficiaires directs du programme sont les 17 Caritas (Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée Bissau, Mali, Madagascar, Mozambique, Niger, RD Congo, Sénégal, Tchad, Togo et Zambie), Caritas Africa et le Secours Catholique – Caritas France (SC-CF).

Le programme s’appuie sur un réseau en cascade et ses effets se font ressentir tant sur le plan national, que régional et local. Le programme a un impact sur les dirigeants (Présidents, Secrétaires Généraux, etc.). Il travaille ensuite sur les acteurs clés (Directeurs, DAF, salariés, bénévoles, etc.) des Caritas nationales (rôle de coordination du réseau) et indirectement sur les Caritas diocésaines et locales (rôle opérationnel).

 

II.            Objet de l’évaluation

 

Objectif général

Fournir aux parties prenantes du programme, une analyse objective du déroulement du programme, de son état d’avancement et de sa performance. L’évaluation permettra de tirer des enseignements, de capitaliser sur les bonnes pratiques et d’établir des recommandations sur l’orientation à prendre pour l’atteinte des résultats attendus et la consolidation et la pérennisation des acquis du programme.

Une évaluation finale du programme est prévue fin 2022.

 

Objectifs spécifiques

Apprécier la pertinence des actions et les progrès sur la voie de réalisation des résultats depuis le démarrage du programme en 2020

  • Apprécier la qualité de l’accompagnement des 17 Caritas africaines par la coordination du programme
  • Evaluer la conception du programme, son dispositif et sa gouvernance
  • Evaluer l’architecture institutionnelle du projet pour en déceler les forces et les faiblesses
  • Analyser le portage stratégique du programme et le processus de transfert
  • Formuler des recommandations en vue d’accélérer ou de redimensionner la mise en œuvre du projet et maximiser l’atteinte des résultats envisagés d’ici 2022
  • Identifier les leçons qui pourront être tirées de la mise en œuvre du programme et capitalisées

 

Critères clefs de l’évaluation

Pertinence du programme par rapport:

  • aux besoins exprimés par les Caritas
  • aux besoins du réseau Caritas Afrique
  • aux ressources affectées et aux partenariats
  • aux zones d’interventions
  • aux mécanismes et modalités d’intervention et de suivi -évaluation
  • vérifier la cohérence des réponses apportées par rapports aux objectifs de départ

Efficacité

Dans quelle mesure la stratégie et méthodologie (dont méthodes AOC) actuelles du projet vont permettre d’attendre les résultats espérés?

  •  -Le type, le nombre et la qualité des activités réalisées et des résultats atteints par le projet en rapport avec la programmation
  • – La répartition et l’utilisation des ressources
  • – Les mécanismes de mise en œuvre et de suivi-évaluation et le rôle des différents acteurs
  • – La contribution du projet au renforcement de capacités des Caritas parties prenantes
  • – Les leçons à tirer par rapport aux moyens et approches à mettre en œuvre pour la continuité ou l’ajustement des actions entreprises.

Efficience

Évaluation de la gestion du projet

  • Qualité, réalisme et orientation des plans de travail
  • Analyse de l’exécution, des causes et des conséquences des retards et de toute mesure corrective prise, le cas échéant
  • Suivi et boucle de rétroaction pour l’amélioration de la gestion et des opérations
  • Gestion du personnel
  • Coordination et qualité des partenariats

Cadre institutionnel:

  • Cadre institutionnel, coordination et organes de direction
  • Apports et soutien des partenaires financiers
  • Performance de la gestion de projet:

Évaluation de la gestion des ressources financières

  • L’utilisation des ressources du projet (adéquation des moyens et activités par rapport aux résultats attendus, bon usage des ressources, capacités d’exécution, etc.)
  • Le taux d’exécution et le solde budgétaire au moment de l’évaluation et par rapport aux plans de travail.
  • L´’analyse des cofinancement

 

Durabilité

Durabilité des résultats et de leurs impacts en termes de renforcement des capacités

Le consultant examinera les thématiques ou les résultats positifs du programme qui pourraient être  poursuivis  sur  le  long  terme.

Au terme de cette évaluation, les partenaires devront disposer d’éléments pertinents pour la prise de décision.

 

 

III.            Mise en œuvre de l’étude

 

Méthodologie

Le consultant proposera la méthodologie qu’il estimera appropriée pour la réalisation satisfaisante de cette mission. Cependant, il pourra additionnement avoir recours à la combinaison de sa méthodologie avec la démarche suivante pour être plus percutant dans son approche d’évaluation.

Il s’agit en effet d’une proposition de méthodologie participative associant l’ensemble des parties prenantes et permettant de répondre aux objectifs en tenant compte du calendrier du programme APPROHE.

L’évaluation utilisera notamment les outils suivants :

  • Analyse des documents du programme y compris le rapport technique à mi parcours produit. Les documents à consulter seront disponibles auprès de la Coordination du programme.
  • Entretiens avec les acteurs clefs et les personnes impliquées dans la conception, la gestion et la supervision du programme.
  • Consultation des bénéficiaires du projet
  • Enquêtes et questionnaires, observations directes

Un atelier de cadrage pourra avoir lieu en visioconférence dans les 7 jours suivant le démarrage de la prestation.

Un atelier de restitution sera organisé lors de l’Assemblée des Parties Prenantes qui se déroulera à Lomé, du 4 au 8 octobre 2021.

 

Produits attendus

  • Un rapport de démarrage, précisant l’approche, les questions de l’évaluation, l’organisation des visites de terrain et des rencontres avec les parties concernées, l’organisation de l’atelier de restitution
  • Un rapport d’évaluation à mi-parcours provisoire du projet
  • Un rapport final prenant en compte la réaction du commanditaire de cette évaluation au rapport provisoire

 

Profil du consultant

La mission d’évaluation sera conduite par un expert international spécialiste en évaluation des programmes et projets dans le domaine. Il doit avoir une solide expérience dans la formulation et/ou l’évaluation de programmes/projets.

Être titulaire d’un diplôme universitaire du niveau BAC +5 au moins dans les domaines tels que les sciences sociales, la statistique, la démographie, le suivi-évaluation des programmes et projets de développement ou de tout autre domaine.

Les membres de l’équipe doivent maîtriser le management des organisations et avoir une bonne connaissance du monde associatif et des Organisations de la Société Civile, en particulier en Afrique Subsaharienne et/ou dans les îles de l’Océan Indien.

Par ailleurs, ils doivent avoir des connaissances et expériences :

  • en développement organisationnel et institutionnel
  • en évaluation de programme multi-acteurs et multi-pays, dans un cadre associatif avec des acteurs de gouvernance et des équipes exécutives (Présidents, Secrétaires Généraux, Coordination du programme et acteurs clefs)
  • en renforcement des capacités
  • en conduite du changement
  • en modalités du fonctionnement en réseau

Expériences professionnelles

  • Au moins huit (8) ans d’expériences professionnelles dans le domaine du suivi & évaluation, d’élaboration et de gestion de programmes sociaux
  • Bonne connaissance des programmes de développement et familiarité avec les interventions de renforcement de capacités, de lutte contre la pauvreté, contre l’injustice et contre l’inégalité
  • Connaissance des approches orientées changement (AOC)
  • Expérience avérée dans le domaine de la recherche, notamment dans l’élaboration et l’utilisation des outils d’analyse des questions de renforcement de capacités et de suivi & évaluation
  • Expériences confirmées dans les techniques de collecte, de traitement, d’analyse et d’interprétation des données quantitatives et qualitatives
  • Une bonne connaissance du contexte socio-économique, culturel et politique en Afrique subsaharienne

Compétences et aptitudes

  • Excellente capacité de synthèse et rédactionnelle
  • Compétence dans le domaine des entretiens/interviews et dans le domaine de la facilitation
  • Bonne aptitude à travailler en équipe
  • Excellente maîtrise du Français et de l’Anglais exigée
  • Faire preuve d’une grande capacité dialogue et d’écoute avec les diverses parties prenantes du projet : dirigeants, experts, cadres nationaux, et bénéficiaires directs

 

 Lieu et durée de l’étude

La prestation démarrera impérativement au 06 septembre 2021.

Durée maximale: 60 jours calendaires

Lieu : Lomé, avec des déplacements à envisager dans les zones d’interventions du projet.

Le consultant disposera d’un espace de travail au sein du Bureau de Caritas Africa. Il utilisera son propre ordinateur et il lui sera accordé un accès à internet pour usage professionnel.

Selon la condition sanitaire, le consultant effectuera des missions sur le terrain, notamment auprès des Caritas Nationales pendant la phase de collecte des données.

Des personnes ressources des Caritas Nationales parties prenantes du programme pourront être interviewées à Lomé, lors de l’APP du 4 au 8 octobre 2021.

Date des rendus

  • Rapport de démarrage: soumis dans les 7 jours calendaires suivant le début de la prestation
  • Réunion de cadrage: Présentation du rapport de démarrage dans les 7 jours calendaires suivant le début de la prestation
  • Atelier de restitution : Au cours de l’Assemblée des Parties Prenantes du programme, prévue du 4 au 8 octobre 2021.
  • Rapport d’évaluation provisoire dans les 10 jours suivant l’atelier de restitution
  • Le rapport final sera soumis au plus tard 10 jours après la réception des commentaires sur le rapport provisoire, et considérera les remarques issues de la réunion de restitution

 

 Arrangements administratifs

La langue du contrat est le français. Le contrat sera signé par le Secours catholique- Caritas France.

L’évaluation sera suivie par la chargée de projet sur SCCF et le responsable de projet du programme APPROCHE Le consultant travaillera en collaboration étroite avec l’équipe de coordination du programme.

Seuls des candidats indépendants dûment enregistrés ou des employés de sociétés de conseil peuvent répondre.

  • Dépôt des candidatures

Dans son offre, le soumissionnaire devra présenter une proposition de méthodologie qui comprendra sa compréhension de la mission, les modalités d’exécution de la mission et un calendrier prévisionnel/

L’offre technique et financière comportera obligatoirement :

  • Le CV du Consultant ;
  • Une description de la compréhension de la mission ;
  • Une proposition méthodologique et un chronogramme détaillé d’exécution de la mission ;
  • L’offre financière, libellée en euros hors taxe et TTC, comprendra d’une part les honoraires des Consultants et d’autre part les frais de mission (billets d’avion en classe économique, visa, transport local, indemnité de subsistance (hôtel, repas)…) calculés sur la base de frais réels.

 

L’offre technique et financière doit être adressée par mail à :missioncourteduree@secours-catholique.org

La date limite de l’offre est fixée au 08 août 2021, au plus tard à 19h00 TU

 

Vous souhaitez déposer un appel d’offre ?

Déposez vos appels d'offres pour vos recherches de prestations visant à renforcer votre organisation, faciliter vos projets...

Déjà inscrit ?

L’ABC des prestataires

Plus de 50 prestataires référencés dans notre base !

Tout chaud

developpement-des-synergies-entre-coordination-sud-et-le-forim
22/09/2021

Coordination SUD et le FORIM renforcent leurs synergies