Étude prospective sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’inclusion scolaire des enfants handicapés ( A distance)

Étude prospective sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) susceptibles de favoriser l’inclusion scolaire des enfants handicapés

Référence : PRACO-2020-DAKA-212

 PREAMBULE

 Humanité et Inclusion – Handicap International[1] – est une organisation œuvrant aux côtés des personnes handicapées et des populations vulnérables, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels, pour améliorer leurs conditions de vie et promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux.

Humanité et Inclusion intervient dans des contextes de pauvreté, d’exclusion, de conflits ou de catastrophes naturelles. Ses secteurs d’activités sont nombreux : réadaptation, déminage et prévention des accidents, accessibilité, gestion des camps de réfugiés, insertion économique et sociale, éducation, santé/prévention, développement local, préparation aux catastrophes et réduction des risques, réhabilitation, plaidoyer.

Pour ce faire, Humanité et Inclusion travaille avec plus de 2300 partenaires locaux, nationaux et internationaux.

 Présentation de la mission

 

Intitulé de l’étude: Étude prospective sur les technologies de l’information et de la communication susceptibles de favoriser l’inclusion scolaire des enfants handicapés
Objectif de la mission : Développer, mettre en œuvre l’étude et en valoriser les résultats
Période de la mission : 15 Septembre-15 Novembre 2020
Durée de la mission : 45 jours (estimation)
Localisation de la mission : A distance
Financeurs de l’étude            NORAD (Norwegian Agency for Development Cooperation), AFD (Agence Française de Développement)

 Contexte général

 Au niveau international, la nécessité de l’éducation inclusive est affirmée de manière forte : d’ici 2030, le monde vise, entre autres objectifs, à « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous » (Objectif de Développement Durable (ODD 4). Les ODD ont un message clair : ne laisser personne pour compte et mobiliser les ressources financières, techniques et humaines nécessaires pour ce faire.

L’égalité du droit à l’éducation pour les enfants handicapés est clairement prescrite par la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2007[2].

L’Article 24 de la CDPH affirme le droit à l’éducation sur la base de l’égalité des chances pour chaque enfant et met l’accent sur le fait que cela doit être prévu au sein de systèmes inclusifs à tous les niveaux. Cela requiert, de manière explicite, que les enfants handicapés ne soient pas exclus du système éducatif général en raison de leur handicap. L’environnement global des étudiants handicapés doit être conçu de façon à favoriser l’inclusion et à garantir leur égalité dans tout le processus de leur éducation.

Malgré des améliorations significatives au cours de la dernière décennie en ce qui concerne l’accès à l’éducation, les inégalités restent particulièrement marquées en Afrique de l’Ouest et les enfants handicapés sont généralement les plus marginalisés et les premiers à être exclus des opportunités éducatives.

Les barrières qui freinent l’accès et le maintien dans l’éducation des enfants handicapés sont de plusieurs ordres,  il y a notamment : i) la pauvreté, ii) le manque d’infrastructures scolaires accessibles, iii) le manque de volonté politique, de connaissances techniques et de capacité à mettre en œuvre le droit à l’éducation inclusive, iv) les attitudes négatives des enseignants et les enseignants non qualifiés, surtout pour ce qui est de la mise en pratique de l’éducation inclusive, v) la rigidité des programmes scolaires, vi) la stigmatisation sociale qui exclut les enfants handicapés des interactions sociales, vii) le manque de connaissance des parents sur les capacités/le potentiel de leurs enfants.

Au cours des dernières années, en Afrique de l’Ouest, les politiques en matière de scolarisation des enfants handicapés ont évolué, et on est passé du financement de l’enseignement spécialisé ou de l’enseignement séparé exclusivement à l’expérimentation de l’éducation inclusive dans les écoles ordinaires. Les gouvernements commencent à exprimer un engagement manifeste en faveur de l’éducation inclusive, avec des avancées au niveau des lois, des politiques publiques et des stratégies éducatives, mais les défis à relever sont très importants.

Pour relever les défis de l’inclusion des enfants handicapés dans les écoles ordinaires, les technologies de l’information et de la communication (TIC) jouent un rôle très important.

L’article 24 de la Convention prescrit de procéder à des « aménagements raisonnables » en faveur des personnes handicapées pour leur assurer entre autres la possibilité d’apprendre à maîtriser et utiliser des TIC accessibles, y compris des technologies d’assistance et des matériels pédagogiques conçus sous une forme accessible.

En Afrique de l’Ouest, la mise en œuvre de politiques d’utilisation des TIC dans le domaine de l’éducation reste encore assez limitée et généralement ne prend pas en compte les enjeux d’accessibilité pour les enfants handicapés.

Le potentiel des TIC comme vecteur d’inclusion résulte ainsi largement inexploité et se limite à des initiatives ponctuelles.

Dans le contexte de la pandémie du Covid-19, les technologies d’apprentissage à distance, y compris les nouvelles technologies, se sont révélées précieuses dans la grande majorité des pays à travers le monde pour assurer la continuité de l’éducation. Mais l’exercice a mis en lumière des disparités criantes dans les pays à faibles revenus, dont les pays d’Afrique de l’Ouest. Cela a soulevé des questions de disponibilité, de capacité et de couverture des infrastructures et services nationaux de télécommunications et de TIC, d’accès et accessibilité aux plates-formes d’apprentissage par les enseignants et les apprenants, du soutien technique aux enseignants et aux parents pour soutenir l’apprentissage des élèves etc. Ces questions ont une forte incidence sur l’accès à l’apprentissage de différents groupes, notamment les plus marginalisés, dont les personnes handicapées.

 Projets dans lequel s’inscrit l’étude                 

Cette étude s’inscrit dans le cadre de deux projets régionaux d’éducation inclusive :

  • Le projet « Education Inclusive au Sahel », mis en œuvre sur la période septembre 2017-décembre 2021, au Burkina Faso, Mali et Niger, avec le co-financement de NORAD.

L’intervention vise à créer un environnement d’apprentissage inclusif adapté à tous les enfants aux niveaux local, national et sous régional pour assurer la scolarisation et une éducation de qualité pour les filles et les garçons marginalisés âgés de 6 à 16 ans, y compris les filles et les garçons handicapés, en intervenant au niveau des politiques et au niveau des services et de la communauté à travers le renforcement des capacités, le plaidoyer et l’assistance technique.

  • Le projet « Education Inclusive-Formation Professionnelle», mis en œuvre sur la période janvier 2018-décembre 2021 au Bénin, Burkina Faso, Madagascar, Maroc, Sénégal, Togo, avec le co-financement de l’AFD, dans le cadre d’une convention de partenariat pluriannuel (CPP-AFD).

Le projet vise à assurer pour les enfants et jeunes handicapés un accès continu à l’apprentissage par la mise en œuvre d’une stratégie visant à fluidifier le continuum Education-Formation professionnelle.

Partenaires des projets

  • Les Ministères de l’Education et de la Formation Professionnelle et directions concernées dans chaque pays
  • Le Réseau africain de la campagne pour l’éducation pour tous (ANCEFA)
  • La Fédération Ouest Africaine des Associations de Personnes Handicapées (FOAPH)
  • Les associations de parents d’élèves, les comités de gestion des écoles, les organisations de la société civile, les associations de mères éducatrices, les organisations de personnes handicapées, les collectivités locales.

Présentation de l’étude

Pourquoi cette étude?

 Cette étude fait partie intégrante des activités des projets régionaux d’éducation inclusive développés par HI en Afrique de l’Ouest, Maroc et Madagascar.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent de nombreuses ressources pour l’éducation des enfants handicapés (tout type de handicap confondus). Les TIC accessibles peuvent améliorer considérablement la capacité des enfants handicapés de participer aux cours, de communiquer et d’apprendre de manière plus efficace et sont ainsi envisagées comme un vecteur d’inclusion.

Ainsi leur promotion dans le cadre des politiques et interventions d’éducation inclusive s’avère particulièrement importante, alors qu’elles sont jusqu’à présent utilisées de manière limitée, dans les cadre des projets d’éducation inclusive de HI (par exemple ordinateurs avec logiciels pour enfants non-voyants au Niger ou tablettes avec logiciel de transcription audio/texte pour jeunes sourds au Sénégal) ou au sein des écoles spécialisées présentes dans les différents pays.

Une étude prospective des solutions et bonnes pratiques existantes sur l’utilisation des TIC au service de l’éducation inclusive – et, plus en général, de celles utilisées dans le domaine de l’éducation et pouvant être rendus accessibles aux enfants handicapés – a été considérée comme une étape primordiale dans un processus de valorisation de leur potentiel.

Cette étude a été conçue pour explorer ce qui existe au niveau international et analyser les points forts et les défis d’exploitation dans les stratégies d’éducation inclusive soutenues par HI notamment dans les pays à faibles ressources.

Cette activité revêt aussi un intérêt particulier dans le cadre de l’actuelle pandémie de Covid 19, qui a mis en exergue les enjeux de l’apprentissage à distance et la nécessité de prendre en compte l’accessibilité des supports proposés pour les enfants handicapés.

Les résultats de cette étude prospective pourraient être le point de départ pour que, dans les différents pays, les équipes HI réfléchissent avec les autorités éducatives et les autres partenaires clés, dont les Organisations de Personnes Handicapées, sur les possibilités d’utilisation optimale des TIC dans les interventions d’éducation inclusive pour une meilleure inclusion des enfants handicapés.

Objectifs de l’étude

  • Objectif général

Réaliser un état de lieux et une analyse des Technologies de l’information et de la Communication (TIC) susceptibles de favoriser l’inclusion scolaire des enfants handicapés (niveaux primaires et collège), dans la perspective de leur intégration dans les systèmes éducatifs des pays ciblés par les projets régionaux d’éducation inclusive de HI.

  • Objectifs spécifiques
    • Répertorier les ressources existantes, au niveau international, dans le domaine des TIC pouvant être utiles à la communication et à l’apprentissage des enfants handicapés (tout type de handicap confondus, avec un focus spécifique sur les déficiences visuelles et auditives).

Les TIC incluront les technologies courantes telles qu’ordinateurs, navigateurs Web, logiciels de traitement de texte, imprimantes, tablettes et téléphones mobiles intégrant des fonctions d’accessibilité ; les technologies d’assistance telles que lecteurs d’écran, claviers configurables, dispositifs d’aide à la communication, etc. ;   les médias et formats accessibles tels que le format HTML (Hypertext Markup Language), les vidéos avec sous-titre etc ; les didacticiels et les environnements d’apprentissage virtuel (EAV).

Le répertoire devra intégrer une analyse des caractéristiques techniques de chaque ressource, en lien avec les différents besoins de communication et d’apprentissage des enfants handicapés, mais aussi des conditions d’accès et utilisation (disponibilité géographique, coût, nécessité de licence, type de connexion internet, prérequis des équipements informatiques etc.).

Une attention particulière devra être apportée aux solutions en libre accès et à faible coût, ainsi qu’à celles disponibles en langue française.

    • Identifier le potentiel et les défis de la mise en œuvre de TIC accessibles dans les salles de classe, les principaux facteurs clés de succès pour le déploiement des ressources identifiées dans les systèmes éducatifs, les prérequis nécessaires (y compris en termes de formation des enseignants et des enfants), les risques et les conditions d’échec à prendre en compte et faire des recommandations pour le développement de politiques d’utilisation de TIC accessibles dans les contextes d’intervention (Bénin, Burkina Faso, Madagascar, Maroc, Sénégal, Togo, Mali, Niger).

Localisation

L’étude sera réalisée à distance.

Méthodologie

Cf. Termes de références complets

Profil recherché

Obligatoire

  • Diplôme minimum : Doctorat ou Master en sciences et technologies de l’information et handicap, sciences de l’éducation, sociologie ou sciences sociales et politiques, ou dans un domaine connexe.
  • Expérience dans le secteur des TIC
  • Connaissance du milieu du développement/ humanitaire
  • Expérience établie et reconnue des méthodes de collecte, de traitement et d’analyse des données qualitatives
  • Capacité démontrée d’analyse, de synthèse et de rédaction (fournir une liste de publications)
  • Expérience dans le domaine du handicap et de l’accessibilité
  • Connaissance des langues de travail (écrites et orales) : Français obligatoire

 Souhaité

  • Une bonne connaissance du contexte culturel des zones d’interventions serait un atout important.
  • Capacité à travailler en collaboration avec des acteurs publics, associatifs et du secteur privé

Composition des offres

 Les offres doivent être en français et inclure les éléments suivants :

– À propos de le(a) consultant(e)

  • Un curriculum vitae (formation, expérience dans les domaines mentionnés ci-dessus, listes de publications clés)
  • Des références
  • Une lettre de motivation
  • Une photocopie de la pièce d’identité
  • Une attestation de régularité fiscale
  • Les CGA et bonnes pratiques commerciales de l’organisation (Annexes 1 et 2) signées et cachetées

– A propos de la proposition technique et financière :

  • Une proposition méthodologique pour mener cette étude, incluant à minima : Compréhension des enjeux des termes de référence ; présentation du cadre méthodologique : conception de l’étude, collecte traitement e analyse des données; considérations éthiques
  • Un calendrier, détaillant les étapes de la mission de consultance.
  • Une proposition financière en TTC en Euros.

Le(a) consultant(e) doit s’assurer de faire une proposition financière conformément à son régime fiscal applicable. Si la loi du régime fiscal applicable l’exige, le retrait d’impôt peut s’appliquer.

HI s’engage pour la protection de l’enfance et la protection des bénéficiaires contre les abus et l’exploitation sexuels. Le(s) consultante(s) sélectionnée(s) devrai(en)t approuver et respecter ces politiques éthiques et le code de conduite : Prévention des abus et protection des droits de l’homme.”

Dépôt des offres:

Le dossier de candidature complet doit être envoyé par courrier électronique à :

cotation.hi@senegal.hi.org

Les mails doivent avoir pour objet la référence mentionnée ci-dessous :

Référence :

« PRACO2020DAKA212-Etude TIC et éducation inclusive »

La date limite de dépôt de candidature est fixée au 14 août 2020 à 18h (GMT)

 

[1] Le 24 janvier 2018, le réseau mondial Handicap International est devenu Humanité & Inclusion. Ce réseau est constitué d’une Fédération qui met en œuvre nos programmes dans une soixantaine de pays et de 8  Associations nationales.

[2] La Convention relative aux droits des personnes handicapées, http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413

Vous souhaitez déposer un appel d’offre ?

Déposez vos appels d'offres pour vos recherches de prestations visant à renforcer votre organisation, faciliter vos projets...

Déjà inscrit ?

L’ABC des prestataires

Plus de 50 prestataires référencés dans notre base !

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé