ETUDE CAPITALISATION DU PROJET “MA SANTE MON ECOLE” – LOME – TOGO

TDR capitalisation MSME_VF1 – À PROPOS DE LA CHAÎNE DE L’ESPOIR

La Chaîne de l’Espoir (la CDE) est une ONG internationale fondée en 1994. Elle a pour vocation de renforcer les systèmes de santé pour donner à chacun et en particulier aux enfants les mêmes chances de survie et de développement. Aider les enfants les plus marginalisés est plus qu’une obligation morale, c’est une condition indispensable pour atteindre les objectifs 2030 des Nations Unies relatifs à la santé et au bien-être des enfants. Nous intervenons dans 27 pays par une approche globale, centrée sur l’enfant mais également sur les mères et les communautés défavorisées :

  • Prévention et dépistage dès le plus jeune âge, notamment dans le cadre de programmes de santé à l’école.
  • Soin et chirurgie, afin de répondre aux besoins les plus urgents des enfants et de leurs mères.
  • Formation et transferts de compétences aux équipes locales grâce à notre réseau international d’experts dans tous les domaines de la chirurgie.
  • Construction et équipement de structures hospitalières adaptées aux besoins locaux.

La Chaine de l’Espoir développe des projets Santé et Éducation au Togo depuis 2002. Ses projets sont construits sur une approche de proximité tant avec les communautés scolaires qu’avec les autorités locales, régionales et nationales. Présente au sein même des écoles avec son équipe et ses partenaires de mis en œuvre, la Chaine a pu de l’Espoir développer une connaissance terrain approfondie et bénéficie d’une grande reconnaissance de ses partenaires pour son approche participative, constante et originale.

2 – LE CONTEXTE DU PROJET

La santé physique et mentale de l’enfant a un impact direct sur l’assiduité et les performances scolaires. Le rôle déterminant de la santé dans la réussite éducative et sociale de l’enfant est aujourd’hui établi[1].

Au Togo, cependant, la majorité des apprenants évolue toujours dans un environnement scolaire peu salubre, peu sûr et peu protecteur où la mauvaise santé est source d’absentéisme, d’échec scolaire, d’abandon scolaire, de morbidité et parfois de mortalité en dépit des interventions ponctuelles de l’État et des ONGs[2].  Le taux d’abandon est passé de 5,4% en 2011 à 8,8% en 2016. On constate de forts taux d’abandon en début de cycle primaire (CP1) et vers la fin du cycle primaire (CM1) avec des taux d’abandon respectifs de 18,7% et de 10,4%. Sur 100 enfants qui entrent au CP1, seulement 40 atteindront la classe de CM2 sans redoublement[3].

Les principaux facteurs identifiés, par les intervenants en santé scolaire au Togo, comme mettant la santé et le bien être des élèves en danger sur leur lieu d’étude sont :

  • Les mauvaises pratiques d’hygiène et d’assainissement en milieu scolaire ;
  • Le manque d’information et les mauvais comportements en matière de santé sexuelle et reproductive ;
  • Les violences en milieu scolaire.

Afin de remédier à ces différentes réalités, les autorités togolaises se sont engagées à promouvoir la santé scolaire au sein de la réforme du système éducatif en cours et d’améliorer les capacités d’apprentissage et d’insertion sociale[4]. La révision du Plan Sectoriel de l’Education (PSE) de la République du Togo a abouti à un nouveau PSE pour la période 2020-2030[5], « ce processus a suivi une méthodologie participative et inclusive [permettant] d’enrichir considérablement les stratégies à mettre en place dans les années à venir afin que le Togo dispose d’un système éducatif de qualité et accessible à tous les enfants, dans un environnement sain et sécurisé. »  De plus, le gouvernement togolais prévoit de compléter son PSE en se dotant d’un programme de santé scolaire prenant en compte la santé préventive et reproductive, l’hygiène, la nutrition et la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA, ainsi que les VMS / VBGMS. Ces réformes permettraient au Togo de respecter les recommandations du Cadre d’action de Dakar[6].

Ce projet, mené par la Chaine de l’Espoir et les associations togolaises Jeunesse et Avenir du Togo (JAT) et Wash Volunteers (WV) propose une approche intégrée pour contribuer au développement d’un environnement scolaire sain, motivant et protecteur favorisant l’accès à l’école et les apprentissages à Lomé. Le projet s’intègre dans les objectifs visés par le Plan Sectoriel de l’Éducation du Ministère de l’Éducation togolais.

[1] Stratégie de l’UNESCO sur l’Éducation pour la Santé et le Bien-être: contribution aux objectifs de développement durable, 2017

[2] PSE 2014-2025

[3] 6ième Revue Conjointe du Secteur de l’Éducation – Aide-Mémoire ; MEPSFP, 2017

[4] PSE 2014-2025

[5] Liste des documents | Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (gouv.tg)

[6] Cadre d’Action de Dakar : Forum Mondial sur l’Éducation tenu en 2000 à Dakar sous l’égide de l’UNESCO, visant à engager les gouvernements envers une éducation de base de qualité pour tous ; 181 signataires ont adopté un cadre d’actions, incluant le Togo

3 – OBJECTIF DE L’ETUDE

L’objectif général de cette étude de capitalisation est d’identifier et formaliser les expériences / approches significatives initiées / déployées dans le cadre du projet.

L’atteinte de cet objectif passera notamment par la réalisation des objectifs spécifiques ci-dessous :

  • Documenter les expériences (aspects positifs, négatifs, sans valeur ajoutée), les pratiques et les compétences développées et/ou déployées dans le cadre du projet par ses différents acteurs sur les 2 points suivants:
    • Les apprentissages (hors cursus scolaire) et les formes d’apprentissage alternatives pouvant être reproduites / soutenues dans des actions futures et plus largement (la pair-éducation, le leadership des élèves, la participation, l’occupation pendant les heures creuses des emplois du temps scolaire, les actions de sensibilisation et formation en classe, les thématiques, les méthodes alternatives à la non-violence, les formes d’apprentissage intégrant la non-violence/les droits des enfants/les thématiques du projet…) ;
    • Les approches d’intervention développées dans le cadre du projet pouvant être transposées / reproduites (le cadre de participation de tous les acteurs, l’encadrement, la motivation entre pairs, collaboration, enquêtes, les actions de communication/sensibilisation à travers la radio et la presse, les activités de plaidoyer…).
  • Proposer 2 documents / rapports distincts:

Des fiches pratiques ou autre format de document permettant de mettre en avant les apprentissages et les formes d’apprentissage alternatives à promouvoir au sein du système éducatif togolais

Ex.1 : fiche pratique expliquant comment constituer un club de santé à l’école, qui y participe, quel processus, quels engagements, quels documents constitutifs (format de règlement intérieur, plan d’action sur la santé) …

Ces documents seront à destination des acteurs institutionnels de la santé scolaire au Togo (Ministères concernés, autorités centralisées et déconcentrées, établissements scolaires, associations de parents d’élèves…) et ONG développant des actions de santé scolaire.

  • Un rapport intégrant les différentes phases de mise en œuvre du projet et mettant en avant les actions et approches d’intervention en milieu scolaire (et pouvant être reproduites plus largement) favorisant la participation, la mobilisation, l’appropriation de toutes les parties prenantes au projet et, in fine, favorisant la réussite des actions.
  • Développer avec les équipes un plan de déploiement et de diffusion des documents issus de la capitalisation
  • Préparer et animer un atelier final de restitution de la capitalisation.

Au terme du processus, le/la consultante et son équipe devront rendre:

  • 2 rapports (tels que décris plus haut)
  • Un plan de déploiement et de diffusion des résultats de la capitalisation
  • 2 ateliers/réunions de restitution de la capitalisation

4 – PROFIL RECHERCHE

  • Études universitaires en sciences sociales, développement international ou secteur pertinent ;
  • Au moins 5 années d’expérience pratique dans le secteur humanitaire ou du développement ;
  • Expérience de travail en Afrique sub-saharienne, connaissance du Togo appréciée ;
  • Solide expérience de capitalisation de projets ;
  • Références dans le domaine de la santé, la promotion / éducation à la santé, de l’éducation, de la santé scolaire, du renforcement d’acteurs locaux ;
  • Fortes compétences d’analyse, de présentation et de rédaction ;
  • Français, couramment parlé et écrit

5 – FORMALITES ET CONDITIONS DE SOUMISSION 

Le contrat proposé sera un contrat de prestation de service conformément aux procédures de la Chaine de l’Espoir. Le/la consultant/e est entièrement responsable de tous les coûts liés à la consultance (visa, voyage, assurances, etc.).

Le paiement sera effectué par virement bancaire et basé sur deux factures émises par le/la consultant/e, selon la répartition suivante :

  • 50% du montant total à la réception du projet de rapport.
  • 50% du montant total à l’acceptation finale du rapport.

Si nécessaire, les frais de mission (y compris les frais de visa et le transport international) peuvent être versés avant le début de la mission, ceci pourra être précisé lors de la rencontre de démarrage de la capitalisation.

Pour postuler, les consultants devront fournir :

  1. Une lettre de motivation de maximum 5 pages suivant le modèle ci-après :
  2. Méthodologie de travail proposée
  3. Calendrier proposé (à discuter et valider, lors du démarrage de la capitalisation, avec les équipes et les partenaires sur le terrain)
  4. Budget de l’étude prenant en compte les points suivants :
  • Les honoraires du/de la consultant/e et de son équipe,
  • Transports nationaux (en France),
  • Transports internationaux à destination de Lomé (Togo) et frais de visa, le cas échéant,
  • Logement sur place, le cas échéant et transport local,
  • Assurances Santé Internationale et Assurance Rapatriement, le cas échéant,
  • Frais éventuels de déplacements à Paris pour réunion de cadrage et diverses réunions,
  • Frais de reprographie, supports de communication pour sessions de travail.

Le cas échéant, les coûts de transport internationaux à destination de Lomé, les coûts de visa et de logement seront communiqués au/à la consultant/te par la CDE, selon ses procédures en la matière. Si applicable, le/la consultant/te devra réserver son billet via l’agence de voyage de l’association, avec validation du responsable budgétaire.

  1. Le/s CV ou Profil professionnel du/de la consultant/te et de son équipe ou de l’entreprise, détaillant l’expertise et l’expérience dans les domaines couverts par cette étude incluant les références.

Les principaux critères d’évaluation (liste non exhaustive) seront les suivants :

  • Le tarif proposé,
  • Les références sur la thématique et des études similaires,
  • La connaissance de la zone,
  • La compréhension du besoin.

La date limite de soumission des candidatures est fixée au 18 juin 2021 au plus tard

Les candidatures doivent être soumises à Ana Isabelle SILVA, Coordinatrice Programmes, email aisilva@chainedelespoir.org. Au regard du calendrier prévu pour la capitalisation, nous vous recommandons de ne pas attendre la date limite de soumission pour envoyer votre dossier, nous réaliserons une analyse des candidatures au fur et à mesure de leur réception.

Vous souhaitez déposer un appel d’offre ?

Déposez vos appels d'offres pour vos recherches de prestations visant à renforcer votre organisation, faciliter vos projets...

Déjà inscrit ?

L’ABC des prestataires

Plus de 50 prestataires référencés dans notre base !

Tout chaud

contribution-a-levaluation-de-la-directive-europeenne-relative-a-la-lutte-contre-le-terrorisme
18/06/2021|Humanitaire

Contribution à l’évaluation de la Directive européenne relative à la lutte contre le terrorisme

decouvrez-notre-rapport-annuel-2020
17/06/2021

Découvrez notre rapport annuel 2020

Un enfant tenant une mappemonde. Au loin l'horizon et le soleil.
18/05/2021|En discussion

Suivre l’actualité de la loi « développement solidaire »