AMI Evaluation du projet: Rendre l’Entrepreneuriat Accessible à Chacun.e (REACH)

I – Présentation du projet à évaluer et de son contexte  

  1. Situation dans laquelle s’inscrit le projet 

Le présent projet répond au défi de l’intégration des femmes et des jeunes, en particulier issus de zones marginalisées, aux marchés de l’emploi sénégalais et sud-africain, en utilisant l’entrepreneuriat social (ES) comme levier. Les enjeux sont en effet de taille : au Sénégal, 35,8% des femmes (contre 13% pour les hommes) et 32% des 15-24 ans sont au chômage, et ces chiffres atteignent respectivement 37,3% (contre 32,9% pour les hommes) et 63% en Afrique du Sud (Banque Mondiale 2021 ; Statistiques nationales, 2021). 

Pour ce faire, le projet souhaite d’une part permettre l’émergence d’un écosystème plus inclusif et sensibilisé aux opportunités que l’ES ouvre aux femmes et jeunes des zones marginalisées, en agissant en « cascade » sur les acteurs-clés de ces écosystèmes (SA partenaires, OSC œuvrant en faveur des femmes et/ou des jeunes, acteurs publics, privés, et issus de la société civile). Le projet entend d’autre part soutenir la création et le développement de projets à impact social ou environnemental portés par des femmes et des jeunes, en particulier issus de zones marginalisées, en agissant directement auprès d’eux par le biais d’un accompagnement adapté à leurs besoins spécifiques.    

Le projet se déroule :  

  • Au Sénégal, et plus particulièrement en Casamance. Les activités du projet prendront place dans les trois régions administratives de la Casamance, à savoir Ziguinchor, Kolda et Sédhiou ;   
  • En Afrique du Sud, et plus particulièrement dans les zones des townships de la région du Cap Occidental et du Gauteng, et dans les villes du Cap et de Johannesburg.   
  1. Descriptif du projet en cours

a) Historique du projet

Le projet REACH puise ses origines dans les ambitions de développement et les expertises respectives de Jógjëf et Oribi ; deux structures d’accompagnement (SA) locales sénégalaise et sudafricaine. En effet, ces structures ont véritablement inscrit l’accessibilité à l’entrepreneuriat social de publics qui en sont éloignés dans leurs ADN depuis leur création (voir partie suivante). Bien qu’agissant sur des géographies différentes, ces deux SA ont ainsi développé des champs d’expertise “publics cibles” et thématiques différents. Il nous a alors semblé intéressant de faire dialoguer des incubateurs qui suivent la même trajectoire mais qui ont des niveaux de maturité différents et évoluent dans des contextes différents, dans une optique de co-développement. Ainsi, PULSE a commencé à coconstruire le présent projet avec les équipes de Jógjëf et d’Oribi à l’occasion d’un séminaire qui s’est tenu à Tunis, en mars 2022. Par la suite, PULSE a effectué deux missions, en Afrique du Sud, puis au Sénégal, en octobre 2022 afin de s’assurer que les objectifs et activités anticipés répondaient bien aux aspirations des partenaires-clés des deux structures (notamment l’Université Virtuelle du Sénégal), aux besoins identifiés, sur le terrain, par les équipes, et de vérifier la cohérence de nos indicateurs. C’est au cours de la mission au Sénégal qu’il a été également décidé d’associer PLAY International. Des réunions de travail ont également été organisées, en ligne, entre Oribi, PULSE, Jógjëf et l’UVS.  

b) Objectifs du projet 

Objectif global : Renforcer l’accès à l’entrepreneuriat social des femmes et des jeunes résidant dans des territoires marginalisés du Sénégal et d’Afrique du Sud.   

Objectif spécifique 1 – Permettre l’émergence d’un écosystème plus inclusif et sensibilisé aux opportunités que l’entrepreneuriat social ouvre aux femmes et aux jeunes des zones marginalisées  

Objectif spécifique 2 – Soutenir la création et le développement de projets à impact social ou environnemental portés par des femmes et des jeunes issus de zones marginalisées. 

c) Publics cibles 

Bénéficiaires directs :  

  • 2 structures d’accompagnement (Jógjëf et Oribi) renforcées  
  • 50 OSC travaillant avec les femmes et/ou les jeunes  
  • 40 acteurs de l’écosystème (acteurs publics, privés, issus de la société civile) renforcent leur réseau et connaissance de l’ES inclusif grâce à la participation aux évènements et aux ateliers  
  • 700 jeunes aspirants entrepreneurs âgés de 18 à 34 ans (dont 80% de femmes) résidant dans des zones marginalisées sensibilisés à l’ES  
  • 408 entrepreneurs (dont 80% de femmes, 90% de jeunes et 85% issus de zones marginalisées) accompagnés en idéation. NB. La majorité d’entre eux aura également bénéficié des actions de sensibilisation. 
  • 100 entrepreneurs sociaux incubés (dont 60% de femmes, 85% de jeunes, et 70% issus de zones marginalisées) et accompagnés post-incubation. Parmi eux, 35 entrepreneurs sociaux financés.  

Nombre de bénéficiaires indirects :  

  • 1 400 jeunes et/ou femmes sensibilisés à l’ES indirectement par les OSC renforcées   
  • 200+ acteurs de l’écosystème touchés par les actions de communication et de promotion de l’ES inclusif  
  • 300+ personnes des communautés rurales ou péri-urbaines d’Afrique du Sud et les Casamançais bénéficient des opportunités économiques indirectes créées par les nouvelles entreprises (au moins 5 opportunités / entreprise créée)  

II – L’évaluation souhaitée   

  1. Déroulé et objectifs de l’évaluation  

L’évaluation externe du projet se déclinera de la façon suivante :  

  • Une première évaluation, qui pourra se dérouler entre septembre 2024 et décembre 2024 (i.e. la fin de la Tranche 1 du projet est prévue au 30 novembre 2024) avant de nourrir le programme de travail de la Tranche 2 ;   
  • Une courte actualisation des résultats de l’évaluation externe entre février et avril 2026 (la fin du projet étant au 31/05/2026).     

L’évaluation finale du projet portera sur la demande initiale ainsi que sur les demandes d’avenant transmises et validées depuis le démarrage du projet. Elle devra tenir compte également des potentiels ajustements réalisés en fonction des cofinancements acquis. 

Elle devra tenir compte des critères usuels (pertinence, efficacité, efficience, durabilité, impact) et prendre en compte l’intégration du genre au sein du projet.   

L’exercice intermédiaire (i.e. la première évaluation) devra faire apparaître des recommandations portant notamment sur :   

  • L’appropriation du projet par les structures d’accompagnement et la qualité de la relation avec les partenaires locaux mobilisés ;  
  • La pertinence des activités proposées au regard des besoins des pays d’intervention et des bénéficiaires ciblés ;  
  • La qualité des outils et dispositifs de suivi évaluation mis en place pour mesurer les progrès et l’impact du projet.  

Les recommandations intermédiaires émises par l’évaluateur pourraient nourrir les réflexions autour d’une potentielle récurrence du projet (qui pourrait être soumise à l’AFD en mai 2025).   

L’évaluateur sera invité à bien prendre en considération l’articulation entre le financement AFD et les autres cofinancements, pour mieux appréhender les éventuels changements, ajustements et impacts.   

2. Modalités   

a) Expertise recherchée  

L’équipe sera composée de préférence de deux (2) experts, dont l’un au moins à dimension internationale, couvrant à eux deux les compétences suivantes :  

Bilingue français / anglais – la connaissance d’une des langues de la région serait un plus ; 

Expertise des techniques d’évaluation ; 

Le binôme doit avoir déjà travaillé en équipe plusieurs fois ; 

Connaissance des problématiques et des principaux acteurs de l’entrepreneuriat social au Sénégal et en Afrique du Sud.  

b) Modalités financières  

L’enveloppe financière pour la réalisation de cette évaluation est estimée à un maximum de 25 000 € TTC (vingt-cinq mille euros). Ce montant couvre tous les frais liés à l’évaluation, aux transports sur place et internationaux, per-diem, etc.  

c) Calendrier de l’évaluation

Objet Période
Contractualisation   Début Juin 2024 
Réunion de cadrage en comité de pilotage    Fin Juin 2024 
Evaluation intermédiaire   Septembre – Décembre 2024 
Restitution et discussion du rapport provisoire   Décembre 2024 
Evaluation finale   Février- avril 2026 
Restitution et discussion du rapport provisoire final   Mai 2026 

Cet appel à manifestations d’intérêt (AMI) est destiné à identifier des consultant-e-s. A l’issue de cet AMI, une présélection sera opérée, puis un appel d’offres restreint sera lancé auprès des consultant-e-s présélectionné-e-s, sur la base des termes de référence finalisés de l’évaluation.   

A ce stade, seul le CV en français et en anglais du/de la consultant-e proposé-e ou de l’équipe de consultant-e-s est nécessaire.  

Si vous souhaitez manifester votre intérêt, merci de bien vouloir envoyer votre / vos CV par courrier électronique avant le 24 mai 2024 à minuit (heure française) à l’attention simultanée de : 

Fanny GONCALVES, fanny.goncalves@pulse-group.org  

Nthakoana MAEMA, nthakoana.maema@groupe-sos.org 

Mamadou Boye BAH, mamadou-boye.bah@jogjef.sn 

Il est demandé de joindre un CV actualisé dans lequel vous aurez surligné les éléments spécifiques que vous jugez utiles pour apprécier votre manifestation d’intérêt dans le cadre de cette étude.

Vous souhaitez déposer un appel d’offre ?

Déposez vos appels d'offres pour vos recherches de prestations visant à renforcer votre organisation, faciliter vos projets...

Déjà inscrit ?

L’ABC des prestataires

Plus de 50 prestataires référencés dans notre base !

Tout chaud

agir-pour-la-solidarite-internationale-le-role-des-parlementaires
17/07/2024

Agir pour la solidarité internationale : le rôle des parlementaires

les-campagnes-de-nos-membres-et-partenaires
28/06/2024

Les campagnes de nos membres et partenaires

nominations-au-ca-de-coordination-sud
21/06/2024|Gouvernance

Nominations au CA de Coordination SUD