Une nouvelle présidente chez FORUS : Iara Pietricovsky

Une nouvelle présidente chez FORUS : Iara Pietricovsky

Suite au dernier Conseil de Forus, Forum international des plateformes nationales d’ONG (ex. FIP), Iara Pietricovsky, directrice exécutive d’ABONG — plateforme des ONG brésiliennes, a été élue présidente du réseau Forus. Elle dresse ici les défis actuels et futurs pour Forus.

 

Forus a vu le jour il y a dix ans. Il prend aujourd’hui un nouvel élan, notamment avec un changement d’identité de marque et l’accueil de nouveaux membres. Lors de sa dernière Assemblée générale en septembre 2018, Forus a réitéré son engagement pour la démocratie, les droits humains et la libre pensée, éléments indispensables pour affronter les défis majeurs du monde contemporain.

Le monde traverse une période difficile avec d’un côté, des systèmes politiques au bord de l’implosion du fait d’une poussée autoritaire et fasciste ; de l’autre, une économie de plus en plus néolibérale, totalitaire, qui concentre la richesse et qui globalise. Sans oublier le risque éminent représenté par les conséquences liées au réchauffement climatique.

Face à ce scénario inquiétant, le rôle de Forus est d’abord de marteler les principes inspirés de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et des accords sur l’Agenda 2030, la biodiversité et le climat. Il s’agit aussi d’agir dans le cadre d’un agenda international positif au-delà de celui proposé par les Nations unies et d’essayer de répondre aux questions posées par la gouvernance du monde actuel.

Photo: Midia Ninja

Forus entend ensuite contribuer à une autre approche de la politique pour en faire un espace réel de construction de valeurs, d’éthique, du droit d’opposition, où le conflit concourt à la démocratie. La démocratie que nous souhaitons instaurer doit englober et valoriser la diversité, la participation, l’égalité, la liberté et la libre circulation des individus. Nous ne devons pas nous résigner face à un esclavage volontaire stimulé par une peur hystérique d’un monde réel caractérisé par la violence, l’exclusion et qui nous assujettit.

Le rôle de Forus est aussi de contribuer à l’émergence d’un monde inclusif et universel qui permette à toutes et à tous de se sentir reconnus dans sa particularité. Forus entend lutter contre toutes les nouvelles formes de domination qui émergent des médias et des technologies de la communication, par exemple contre ce qu’on appelle aujourd’hui le « firehosing ». Cette technique de manipulation de l’information alimentée par les fake news, représente un risque réel pour la démocratie.

Maintenir toujours le contact avec nos pairs (organisations représentantes des sociétés civiles) est un autre défi pour Forus. Cela implique de se rencontrer, en face à face, grâce à nos formations et des échanges directs avec nos parties-prenantes ; de rester connecté pour créer des liens forts et prendre soin des uns des autres.

Il est important d’approfondir l’initiative globale de Forus qui constitue l’un des moyens pour combattre ce scénario inquiétant et promouvoir un cadre international favorable à la citoyenneté mondiale, à la fois dans le domaine politique et financier.

Cet article a été publié dans le numéro d’hiver 2018 des Nouvelles de SUD.