A lire aussi

04/06/2020

Fonds de soutien aux mobilisations citoyennes “URGENCE COVID-19”

Un nouveau dispositif financier vise à soutenir les actions venant à l’aide des populations vulnérables face à la crise sanitaire et sociale

Témoignage : 24 heures à Port-au-Prince

45 minutes plus tard, j’arrive à l’entrée de Port au-Prince après avoir traversé les petit villages ou à la tombée de la nuit, des lits de fortunes sont étalés -ci et -là au bord de la route pour une seconde nuit. Personne n’ose encore rentrer dans les maisons, car de petites répliques de ce terrible tremblement de terre continuent. A 5 kilomètres, je découvre l’horreur, des cadavres jonchés par terre, des regards vides, des débris partout, des secouristes improvisés qui tentent de secourir des siens encore vivant et coincés sous les décombres.

Soulagement, quand finalement j’aperçois la maison de mes parents intacte. Ils sont en bonne santé. Mais on est tout même sans nouvelles de certains autres membres de la famille car aucun réseau téléphonique ne fonctionne et compte tenu de l’ampleur des dégâts, on s’attend avec anxiété aux mauvaises nouvelles. Pour Nathalie, ma collègue, c’est une toute autre histoire. Son père et sa sœur sont morts sous les décombres. Cette nuit là sera comme beaucoup d’autres encore à venir, dans cette nécropole de Port-au-Prince, des nuits blanches à l’extérieur des maisons, guettant les répliques pour se mettre le plus que possible à l’abri.

Très tôt, le lendemain, je me précipite dans les rues de Port-au-Prince pour me rendre dans les bureaux d’Aide et Action espérant voir les collègues. En réalité, nous disposons de peu de temps pour identifier et organiser notre réponse d’Aide et Action à cette catastrophe. Une odeur nauséabonde remplace les odeurs d’épic matinales de la capitale. Des milliers de gens s’empressent de quitter la capitale par tous le moyens, tandis que d’autres y accourent pour essayer de secourir les leurs. Des camps de fortunes sont installés un peu partout. Visiblement, les gens ont faim, soif. Les morts et les blessés sont tellement nombreux qu’on devient insensible au fur et à mesure qu’on circule. Port-au-Prince saigne de partout. Des milliers d’écoliers et d’étudiants sont morts ou coincés. La catastrophe est trop énorme pour qu’on ait le temps de s’arrêter sur un visage en particulier à part les pleurs déchirants de ces enfants qui cherchent leurs parents. 48 heures après la catastrophe, le défi est de faire très vite car les victimes ne peuvent plus attendre.

Le bureau d’Aide et Action à Port-au-Prince est détruit et personne ne peut y pénétrer car le bâtiment peut s’effondrer à tout moment. Aucune victime, heureusement. J’apprends par des amis que je croise dans les rues, que certains membres du personnel, ont eu juste le temps de s’échapper avec leur famille à l’effondrement de leur maison. J’apprends également que beaucoup de mes amis sont portés disparus ou carrément mort. J’ai passé le reste de la journée à constater les dégâts et à essayer de joindre les uns et les autres.

En fin de journée, après plusieurs efforts, une réunion de coordination est improvisée a la frontière entre l’équipe dominicaine d’Aide et Action et l’équipe locale d’Haïti conduite par Alain Bangoura et ceux qui ont pu être joints. Il est question de collecte de fonds, logistique, nouvel espace de travail, coordination avec les partenaires internationaux et nationaux etc…

Il est 20 heures, l’heure de reprendre la route pour Saint Domingue en République dominicaine, car l’appel à solidarité avec Haïti commence à porter ses fruits, bien que ce ne soit pour l’instant qu’une goutte d’eau. Demain déjà, c’est un autre jour, il faut commencer à faire acheminer les premières aides reçues des entreprises et des particuliers de la République dominicaine. Un travail complexe de titan dans ce chaos. Mais, on est tous motivé, en plus de notre profonde connaissance des réalités de ce pays. Quant à moi, j’en fais une histoire personnelle, car c’est une partie de moi -même qui saigne aujourd’hui. Il faut tout de suite redonner de l’espoir aux survivants.

Le témoignage en images sur http://www.aide-et-action.org/ewb_p…

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

13/08/2020

Webinaire sur la mise en œuvre de l’Initiative de la Grande muraille verte

Association CARI

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Publications

19/06/2020|Inclusive Humanitarian response

NEW HI report : COVID-19 in humanitarian contexts: no excuses to leave persons with disabilities…

Handicap International - Humanité & Inclusion

A lire aussi

Publication|15/06/2020

Humanitaires en mouvement n°21

Publication|15/06/2020

Boîte à outils “Agilité ou gestion adaptative”

Publication|15/06/2020

Guide “Agilité” ou “Gestion adaptative”

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)