Syrie : SOS Villages d’Enfants ouvre un refuge pour les enfants à Damas

Syrie : SOS Villages d’Enfants ouvre un refuge pour les enfants à Damas Enfant à SOS Villages d'Enfants Syrie

La réponse de SOS Villages d’Enfants aux besoins les plus urgents

Ce centre d’accueil qui a ouvert ses portes en novembre 2017 dans les faubourgs de l’est de Damas offre un abri temporaire et une prise en charge des besoins les plus urgents aux enfants des zones assiégées. Il s’adresse en priorité aux jeunes enfants et aux adolescents qui font des travaux avilissants pour assurer la survie de leur famille.

Créé en partenariat avec l’Unicef, le centre de Jaramana est déjà venu en aide à plus d’une centaine d’enfants dont la plupart vivent et travaillent dans les rues.

Le faubourg de Jaramana est l’une des destinations des Syriens réfugiés, chassés par les combats qui sévissent dans d’autres régions du pays. A travers un programme spécifique, le centre apporte également un soutien aux familles afin d’encourager le retour de leurs enfants à l’école.

 

Témoignage de Mohammad Massoud, directeur du centre de SOS Villages d’Enfants à Jaramana :

Quelle est la situation des enfants qui viennent au centre ?
Centre de SOS Villages d'Enfants à Damas en Syrie

Centre de SOS Villages d’Enfants à Damas en Syrie

Nombre d’entre eux survivent en collectant et en revendant des plastiques ou en triant dans les déchets pour trouver à manger. Dans certains cas, leur famille en a besoin pour survivre. Dans d’autres, les parents nous expliquent qu’ils ont inscrit leurs enfants à l’école en début d’année mais que ceux-ci ont refusé d’y retourner en raison de mauvaises expériences et qu’ils préfèrent travailler.

La plupart des enfants accueillis au centre présentent des traumatismes dus à la guerre et à l’obligation de gagner de l’argent. Nous rencontrons aussi des cas de maltraitance physique et d’abus sexuels. Certains d’entre eux ont pris de mauvaises habitudes dans la rue, ils ont une addiction à l’alcool, reniflent de la colle. Il y a des problèmes de santé et d’hygiène : de nombreux enfants souffrent de la gale ou d’autres maladies à cause de leurs conditions de vie misérables.

 

Quelle aide leur apporte le centre de SOS Villages d’Enfants ?

Il est essentiel de répondre aux besoins de ces enfants en termes de santé, d’éducation et de formation ainsi que de soutien psychologique. Le centre est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et offre un refuge aux filles comme aux garçons. Ils peuvent, en toute sécurité, se reposer, prendre un bain. Nous leur offrons des soins médicaux, un soutien psychosocial, des activités éducatives mais aussi récréatives et ludiques, afin de permettre à ces enfants d’être des enfants.

Nous venons de démarrer ces activités. Nous estimons que le nombre d’enfants et d’adolescents qui survivent dans ces conditions aux alentours du centre s’élève à 850 au moins. Les besoins sont immenses et urgents, ils augmentent chaque jour.

Quel impact a sur votre travail la proximité de zones assiégées à l’est de Damas ?

Il y a eu des combats intenses et il est arrivé que des obus tombent non loin de Jaramana. Avec l’aide de nos conseillers en sécurité, toutes les mesures ont été prises pour protéger les enfants et les équipes.

Nous espérons que la situation se stabilisera. Nous prévoyons qu’alors des milliers de familles piégées aujourd’hui dans ces zones comme la Ghouta orientale auront besoin d’une aide urgente. Nous voulons être prêtes pour elles et aussi pour leurs enfants car c’est un enjeu majeur pour leur développement à long terme.

 

Pour plus d’informations sur les actions de SOS Villages d’Enfants en Syrie : http://www.sos-syria.org/