A lire aussi

04/06/2020

Fonds de soutien aux mobilisations citoyennes “URGENCE COVID-19”

Un nouveau dispositif financier vise à soutenir les actions venant à l’aide des populations vulnérables face à la crise sanitaire et sociale

Séisme Haïti : 2e convoi part de République dominicaine

Samedi 6h : deux véhicules partent de Saint-Domingue pour la frontière. Le camion est chargé d’eau, de médicaments, d’aliments, d’essence – 1 gallon (3,785 l) coûte 100 dollars en ce moment à Haïti ! A bord, Nathalie, Dario et les chauffeurs. Ici, aux bureaux d’Aide et Action, à Saint-Domingue, à 8h30, la première bénévole arrive, avec des cartons de lait supplémentaires.

11h30 – 13h30 : deux autres minibus arrivent du lycée Lux Mundi avec des élèves. Rapidement, les enfants forment une nouvelle chaîne humaine. L’équipe d’Aide et Action tient les comptes et surveille le stockage.

Plus tard, deux camions supplémentaires arrivent, avec leur lot de bénévoles qui aident à décharger. Rigoberto, Alberto, Mary Triny, Leandro, Karolina, Ana les aiguillent et continuent d’organiser le stockage dans nos locaux, qui ressemblent de plus en plus à un entrepôt. Il faut tout classer, tout étiqueter, tout comptabiliser, un travail de fourmi. Comme hier et comme par miracle, le repas de midi est annoncé dans la cuisine. La plupart des repas sont engloutis debout, entre les cartons, ou devant un ordinateur. Nous sommes tous un peu fatigués, les visages commencent à marquer. Mais Mary Triny, qui s’occupe de la collecte des dons, est enthousiaste à la fin de la journée :

’C’était une excellente journée car de nombreux camions sont arrivés. Il y a des particuliers qui ont apporté beaucoup de choses : couches, jus de fruits, chaussures pour enfants, médicaments, coton, gazes, gants, masques, alcool, analgésiques et antibiotiques. Une compagnie d’eau nous a offert 10 000 petites poches d’eau. Un collège est venu avec deux grands minibus de provisions : eau, lait, galettes, saucisses en boîte, sardines, couches, compotes, boissons à base de malt pour les enfants, conserves de maïs, haricots, chocolat, riz, chlore…

Moi, ce qui me touche surtout, ce sont les dons individuels, les gens qui viennent, comme ça. Et dans le cas du collège, la façon dont se sont engagés les collégiens. Et pas seulement les élèves, mais aussi les enseignants et les parents. C’est toute la population qui se mobilise pour venir en aide à nos voisins haïtiens. On nous a même offert un camion fermé pour le transport.’

Nous avons aussi décidé de fournir des T-shirt avec un message d’espoir en créole. ll faut absolument que la population arrive à surpasser son traumatisme. Plusieurs signes indiquent que c’est le cas pour certains. Dany Laferrière, écrivain haïtien qui a vécu la catastrophe, explique que ce sont les plus pauvres qui ont commencé ce mouvement. Ils n’ont rien, ils ne peuvent pas rester à attendre : il faut qu’ils s’organisent. Ces T-Shirts doivent apporter un message dans ce sens.

Pour les médicaments qui doivent être envoyés demain à Haïti nous avons trouvé une équipe de médecins qui part à 7h du matin avec un hélicoptère. A bord, un orthopédiste, un traumatologue, un anesthésiste et des assistants. Certains sont haïtiens et ont de la famille dont ils sont, comme beaucoup ici, sans nouvelles. Ils prévoient de travailler trois jours sur place, surtout en chirurgie.

En fin de journée une bonne nouvelle nous arrive, le camion parti samedi matin est arrivé sans encombre jusqu’aux bureaux d’Aide et Action à Port-au-Prince. Le chauffeur a pu témoigner du calme régnant dans la ville. Pour les équipes d’Aide et Action qui travaillent en contact avec cette urgence c’est un changement complet d’approche qui s’organise.

Luisa, responsable provisoire de l’équipe dominicaine, a fait cette réflexions en fin de journée : ’Face à la catastrophe, et avec l’expérience de ceux qui ont été à Port-au-Prince dès mercredi, notre expérience d’intervention dans l’urgence acquise lors des derniers cyclones, se renforce ici dans un contexte encore plus difficile. Déjà, la capacité à mobiliser des bonnes volontés, des entreprises en République Dominicaine est un succès. Tout comme notre capacité à acheminer la nourriture, l’eau.. Et puis, pour toutes les compétences qui nous manquent, nous allons travailler avec les organisations proches de nous. Nous savons déjà, qu’au-delà de l’aide d’urgence, quand le calme va revenir, à chaque endroit où nous aurons porté assistance, il va falloir faire un travail d’amélioration réel des conditions de vie, de reconstruction’.

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

13/08/2020

Webinaire sur la mise en œuvre de l’Initiative de la Grande muraille verte

Association CARI

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Publications

19/06/2020|Inclusive Humanitarian response

NEW HI report : COVID-19 in humanitarian contexts: no excuses to leave persons with disabilities…

Handicap International - Humanité & Inclusion

A lire aussi

Publication|15/06/2020

Humanitaires en mouvement n°21

Publication|15/06/2020

Boîte à outils “Agilité ou gestion adaptative”

Publication|15/06/2020

Guide “Agilité” ou “Gestion adaptative”

Tout chaud

fond noir
10/08/2020

La solidarité internationale endeuillée

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)