Politique française de développement : les annonces de Jean-Yves Le Drian aux ONG

Politique française de développement : les annonces de Jean-Yves Le Drian aux ONG

A l’occasion de la tenue de l’Assemblée générale de Coordination SUD, le 20 juin à la Cité Universitaire internationale, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a répondu à l’invitation de notre collectif. Au cours d’un échange sans filets avec les ONG, il a répondu sur les enjeux d’actualité de la politique de développement et de solidarité internationale et sur les préoccupations du secteur, notamment en termes de reconnaissance et de soutien.

Cette rencontre était très attendue par Coordination SUD et ses ONG membres à quelques jours de la remise officielle des recommandations de la société civile pour le G7 de Biarritz et du Conseil de développement au cours duquel le président de la République devra arbitrer la loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale (LOP-DSI) en cours de révision. C’était la cinquième fois que le ministre s’entretenait en personne avec nos représentants et représentantes. Coordination SUD, à l’occasion de cet échange, a tenu à faire remarquer la disponibilité du ministre et a été, particulièrement sensible, à l’expression renouvelée de la « confiance et de la considération » du ministre pour le travail et l’expertise des ONG. « Je suis convaincu depuis le début que le développement, tel que je le conçois est un pilier de la politique étrangère de la France ; et que c’est un pilier de la projection à l’international de notre pays (…) c’est un message de soutien dans la durée que je suis venu vous adresser », a ainsi rappelé le ministre.
Au cours de ces cinquante minutes, le ministre a été franc et sans détour sur des sujets aussi divers que la loi en cours de révision, l’aide publique au développement (APD), le financement des ONG, le G7, la réponse de la France aux enjeux migratoires, l’humanitaire ou encore la présence de la France sur des terrains de crise, comme au Sahel ou au Moyen-Orient.

En ce qui concerne la révision de la LOP-DSI, Coordination SUD a retenu l’annonce du ministre selon laquelle la prise en compte du droit d’initiatives des ONG serait inscrite dans la future loi. Jean-Yves Le Drian a, en effet, tenu à rappeler, ainsi qu’il a déjà souligné plusieurs reprises, le rôle clef joué par les ONG sur des terrains de crises : « Dans chacun de mes déplacements à l’étranger (…) je me rends compte des actions menées à la fois sur le développement et l’aide humanitaire (…). J’étais il y a quelques jours en RDC, je suis allé à la rencontre des ONG françaises actives dans la riposte contre le fléau que représente Ebola (…). J’ai pu constater à la fois le professionnalisme et l’efficacité des ONG sur place. Vous menez un travail indispensable ». Si nous saluons ces propos nous marquons notre déception au regard de l’annonce du seul doublement entre 2017 et 2022 du volume du dispositif d’appui à l’initiative OSC de l’AFD. Cette trajectoire de croissance demeure trop faible et bien en deçà de nos propositions et surtout des capacités d’action réelles des OSC françaises.

Jean-Yves Le Drian à l'AG de Coordination SUD

Le ministre Le Drian a, par ailleurs, rappelé sa détermination à voir aboutir la loi dans le calendrier fixé. Il a rappelé la trajectoire sur laquelle s’était engagé le gouvernement pour tenir l’objectif de 0,55 % de richesse nationale pour l’APD d’ici 2022 ; trajectoire pour laquelle Coordination SUD a exprimé ses doutes par voie de presse  quant à la sincérité du gouvernement de vouloir avancer sur ce chantier pourtant prioritaire. « Je veux simplement vous redire ma détermination et la détermination du gouvernement (…). Je vous redis ce qu’a dit le premier ministre [dans sa déclaration de politique générale] ; le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres et il sera débattu par le Parlement à l’automne et nous allons tout faire pour garder le cap que nous nous sommes fixés. En tout cas, j’y suis totalement déterminé ».

Lire aussi : Lettre ouverte à Emmanuel Macron : Inquiétudes de la société civile quant à sa participation au G7

Au regard du volontarisme affiché de Jean-Yves Le Drian, Coordination SUD le remercie pour ses annonces et reste disponible auprès de ses conseillers et conseillères puis des parlementaires pour contribuer aux discussions qui auront cours jusqu’à l’adoption de la loi. Les ONG françaises restent, toutefois, impatientes de découvrir ce projet de loi qui, selon le ministre, intègre bon nombre de nos revendications.

Afin de poursuivre ce dialogue, le ministre s’est engagé à ce qu’une présence ministérielle soit assurée lors du Civil 7, sommet de la société civile en amont du G7, piloté en France par Coordination SUD « ce qui permettra de renforcer la dynamique à l’œuvre à ce moment-là ». Ainsi, si elle salue le dialogue répété et de qualité avec le ministre, Coordination SUD espère qu’il permettra de poser les premières pierres de la nécessaire et attendue modernisation de la politique partenariale de développement et de solidarité internationale française.