Non Monsieur Castaner, Les ONG ne sont pas complices !

Durant l’été 2018, alors que les Etats européens étaient incapables de trouver une solution commune au drame des personnes migrantes en Méditerranée, Emmanuel Macron a dit des ONG qu’elles faisaient le « jeu de passeurs ». Quelques mois plus tard, lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur des pays du G7 vendredi dernier, le représentant de la France Christophe Castaner  a déclaré que les ONG actives dans le sauvetage des personnes migrantes en Méditerranée « ont pu se faire complices » des passeurs, les appelant à « avoir une attitude responsable ».

Ces propos sont inacceptables. Ils démontrent une fois de plus que les Etats sont incapables d’assumer leurs responsabilités, au premier rang desquelles celle de proposer des voies légales et sûres pour les migrations et l’accueil des personnes en danger. Les situations dramatiques observées aujourd’hui ne sont que la conséquence des politiques européennes actuelles de fermeture.

Coordination SUD rappelle, comme elle l’a fait en juillet dernier, que le premier rôle d’une ONG humanitaire est de sauver toute vie lorsque celle-ci est en péril, sans aucune distinction.

Pour rappel, M. le Ministre, comme nous l’avons toujours dit ou écrit et comme nous ne cesserons jamais de le répéter : les ONG opèrent dans le strict respect du droit maritime international et sont avant toute autre chose guidées par l’impératif humanitaire qui constitue un des fondements de nos démocraties.

 

Lire aussi : lettre ouverte à Emmanuel Macron, juillet 2018

 

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Tout chaud

21/07/2020|Agenda 2030

Où en est-on ? Questions à Marc Darras (Association 4D)

13/07/2020

Les ODD en temps de covid-19 : question à Jan Robert Suesser (Coordination SUD)

09/07/2020

Comment le coronavirus sème la faim dans un monde affamé