A lire aussi

22/04/2020

Le « jour d’après » doit marquer l’arrêt de la dégradation des terres

Le CARI, basé à Viols-le-Fort (34), se focalise depuis plus de vingt ans sur les terres les plus fragiles de la planète : les terres arides et sèches qui couvrent 44% de la surface émergée du globe.

L’union des paysans fait la force du Delta

Après plus de 10 ans de présence dans la région du Delta de l’Ayeyarwaddy, dans le sud du Myanmar, le Gret se retire peu à peu de la zone, avec le sentiment du devoir accompli.

En mai 2008, le cyclone Nargis frappait le Delta de l’Ayeyarwaddy touchant plus de 2,4 millions de personnes et entraînant la mort de 140 000 d’entre elles. 95 % des habitations furent détruites par l’ouragan, 800 000 personnes déplacées et 783 000 hectares de rizière submergés. Sur financement du fonds multi-bailleurs Lift (Livelihoods and Food Security Funds), le Gret et WeltHungerHilfe, une ONG allemande, démarraient alors un projet de relance des activités agricoles dans les provinces de Bogale et Mawlamyingyun.

Au cours de sa mise en œuvre, le programme Delta a abordé toutes les dimensions de l’activité agricole, en considérant les paysans comme des acteurs résilients. L’appui du Gret a principalement consisté à conseiller les exploitations familiales, et notamment à  renforcer les capacités des producteurs de semences. L’ONG a également appuyé la création et la mise en réseau d’organisations paysannes, facilitant l’accès à certains services de ses membres.

Des services financiers innovants

En 2012, le Gret décide de mettre en place dans ces provinces des services financiers innovants pour répondre aux besoins de financement de l’agriculture et des paysans. Deux produits financiers furent d’abord proposés : le crédit-bail et le crédit-stockage. Le crédit-bail est un crédit dont le prêteur offre à l’emprunteur la location d’un bien, assortie d’une promesse de vente ; cela peut se conclure par le transfert de la propriété à l’emprunteur. Le crédit-stockage, aussi appelé warrantage, correspond quant à lui à un système de crédit rural qui consiste, pour une organisation paysanne et/ou ses membres producteurs, à obtenir un prêt en mettant en garantie leur production (de céréales principalement).

À partir de 2013, sur financement de la coopération danoise, cet appui s’est élargi aux bauthama, des petits producteurs avec peu ou pas de terre qui représentent les deux tiers de la population du Delta. Un an plus tard, un microcrédit à destination des bauthama était proposé aux paysans. Dès la mise en place des produits financiers, le Gret a opté pour une organisation de gestion originale fondée sur un fort sentiment d’appropriation par les villages. Ce sont ainsi les comités villageois qui possèdent les fonds de crédit, qui étudient les demandes de prêts, qui en décident l’octroi et en assurent le recouvrement.

A partir de 2014, il fut décidé de créer une institution de microfinance de droit birman pour inscrire durablement les services financiers sur le territoire. Cette stratégie nécessitait d’atteindre trois objectifs :

  • Assurer la pérennité financière de l’institution
  • Identifier la forme juridique la plus adéquate
  • Renforcer les capacités de l’équipe de gestion locale et des comités de crédit, afin d’assurer le retrait de l’assistance technique du Gret

Cette nouvelle phase, nommée Fidel (pour « Financial inclusion in Delta »), démarrée en 2015, fut financièrement soutenue par de nouveaux bailleurs, tels que la fondation singapourienne Leap, USAID et le fonds d’innovation pour le développement du Gret.

Création d’Ayam, un réseau de coopératives

Les scénarios sur le modèle de gouvernance évoluèrent de nombreuses fois. Il fallut composer avec la législation birmane, qui connut plusieurs réformes au cours des dernières années. Au final, le modèle retenu fut celui d’un réseau de coopératives, nommé Ayam (Ah Yar Ah Man) et d’une société de gestion intitulée Sam (Su Paung Ah Man, une SARL), composée des anciens salariés du Gret. Les coopératives et la société sont liées par un contrat de prestation de services, Sam assurant la gestion des fonds et leur contrôle pour le compte des coopératives.

A l’heure de son envol, le réseau Ayam compte 21 coopératives regroupant plus de 120 villages. À ce jour, plus de 1 400 crédits-baux ont été octroyés à des paysans pour leur permettre d’investir dans des équipements productifs. 10 000 petits crédits ont été délivrés aux paysans sans terre afin qu’ils puissent créer des activités d’élevage, d’horticulture ou de maraîchage, et 1 000 tonnes de riz ont été gagées contre des prêts accordés aux riziculteurs pauvres. Ce n’est qu’un début…

En savoir plus sur le projet FIDEL
En savoir plus sur l’Ayeyarwaddy Delta Program
Plus d’informations sur les activités de microfinance du Gret
Consulter les activités du Gret au Myanmar

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Publications

19/05/2020

Notes de SUD #23 | Répartition de la valeur et filières agricoles durables : les contributions…

Coordination SUD
Multimédia
12/05/2020

Cinq bonnes pratiques oasiennes en vidéo

Association CARI

A lire aussi

Publication|12/05/2020

Contribution aux politiques nationales pour une transition agroécologique au Sénégal

Publication|24/04/2020

L’édition 2020 du guide “L’agro-écologie en pratiques” est sortie !

Publication|17/04/2020

La Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan·ne·s en version illustrée

Tout chaud

LMA_COVID19_enquete2_visuel3
20/05/2020

Où en sont les associations après le confinement ?

07/05/2020

Hommage à Olivier MOUZAY, secrétaire exécutif de la CHD

Questionnaire genre et covid-2
05/05/2020

Questionnaire genre et covid : quels impacts au sein des OSI françaises ?