Les propositions des ONG pour un nouvel ordre économique mondial plus durable et équitable

Les propositions des ONG pour un nouvel ordre économique mondial plus durable et équitable

Alors que le G7 finances s’est tenu la semaine dernière, les ministres des 7 pays les plus riches se sont engagés à œuvrer pour un modèle économique plus équitable et durable afin de rendre le « capitalisme plus juste ». Cependant les engagements de ces derniers restent encore bien trop faibles. Si les déclarations de taxation des géants du numérique et de mise en place de règles internationales en matière de fiscalité sont des projets encourageants, il n’en reste pas moins nécessaire, pour répondre aux défis des inégalités mondiales croissantes, de s’engager pour des taux ambitieux en matière de fiscalité.


 

De plus, les objectifs concernant la finance verte et le climat n’ont pas été atteints en ce qui concerne tant l’augmentation des financements publics, par exemple par l’annonce de nouvelles contributions au Fonds vert que l’élaboration d’une feuille de route visant à éliminer les subventions aux combustibles fossiles d’ici 2025.

Pour le financement de l’aide publique au développement, un des principaux leviers de lutte contre les inégalités, des engagements notamment chiffrés étaient attendus pour cette dernière réunion ministérielle sous la présidence française avant le sommet de Biarritz. Cependant aucune initiative forte n’est ressortie de ces négociations.

Pourtant, des solutions concrètes existent pour financer la lutte contre les inégalités mondiales. C’est ce que rappellent les ONG, dont Coordination SUD, dans une tribune publiée récemment dans le Journal du Dimanche, en demandant le renforcement de la taxe sur les transactions financières par l’augmentation de son taux et son affectation à la solidarité internationale.