A lire aussi

retour-sur-le-forum-geong-2022
23/11/2022

Retour sur le forum GeOnG 2022 : que pouvons-nous faire en tant que secteur ?

Pour la toute première fois, l'édition 2022 du forum s'est tenue dans un format hybride du 24 au 26 octobre 2022. Retour sur cette 8e édition.

Guerre en Ukraine : Ne mettons pas en concurrence les crises !

Le Monde a publié dans sa rubrique « Débats », le 14 juillet dernier, une tribune de notre collectif qui interpelle le gouvernement et les parlementaires sur la priorisation injustifiée entre les crises dans le monde.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/07/14/guerre-en-ukraine-ne-mettons-pas-en-concurrence-les-crises_6134798_3232.html

Sous la liste des signataires, retrouvez l’intégralité de la tribune telle que publiée sur le site lemonde.fr pour ses abonnés.

Liste des signataires de la tribune et leurs organisations

Noms Fonctions Organisations
Alexandre Anjuere Directeur Électriciens sans frontières
Frédéric Apollin Directeur Agronomes et Vétérinaires sans frontières
Luc Arnaud Directeur Gret
Charles-Emmanuel Ballanger Directeur Aide et Action
Clotilde Bato Directrice SOL alternatives agroecologiques et Solidaires
Patrick Bertrand Directeur Action Santé Mondiale
Cathy Blanc-Gonnet Directrice ONG Humatem
Laure Blondel Directrice Terre des Hommes France
Arnoult Boissau Président Délégation Catholique pour la coopération
Xavier Boutin Président Coordination Humanitaire et Développement
Serge Breysse Directeur Solthis
Olivier Bruyeron Président Coordination SUD
Éric Buchet Président Experts-Solidaires
Sylvie Bukhari-de Pontual Présidente CCFD-Terre Solidaire
Joel Dautheville Président DEFAP
Véronique de Geoffroy Directrice Groupe URD
Hervé de la Morsanglière Président YMCA France
Hubert de Montaignac Président Initiatives et Changement
Luc De Ronne Président Action Aid France – Peuples Solidaires
John Delaporte Président Life Project 4 Youth Alliance
Laure Delapporte Présidente Life Project 4 Youth Alliance
Ivan Deret Directeur Triangle Génération Humanitaire
Cécile Duflot Directrice Oxfam France
Anouchka Finker Directrice La chaîne de l’Espoir
Aurélie Gal-Régniez Directrice Equipop
Catherine Gaudard Directrice CRID
Martine Gernez Présidente ONG HAMAP-Humanitaire
Claude Gloeckle Président Tetraktys
Kevin Goldberg Directeur Solidarité internationale
Yolaine Guérif Directrice Partage avec les enfants du monde
Bruno Guermonprez Président Élevage Sans Frontières
Anne-Marie Harster Présidente Solidarité Laïque
Pauline Horellou Présidente Engagé·e·s et Déterminé·e·s
Vincent Huss Président Ingénieurs sans frontières
Pierre Jacquemont Président Groupe initiatives
Jean-François Joanny Président Les Amis des Enfants du Monde
Rachid Lalhou Président Secours Islamique France
Yves Le Bars Président            CFSI
Arlette Le Nôtre Présidente L’Appel, Association de Solidarité Internationale
Vincent Leclercq Directeur Coalition PLUS

 

José Mariage Directeur Le Partenariat
Jean-Claude Mas Directeur Futur Au Présent – International
Thierry Mauricet Directeur Première Urgence Internationale
Véronique Moreira Présidente WECF

 

Alexandre Morel Directeur CARE France

 

Isabelle Moret Directrice SOS Villages d’Enfants

 

Manuel Patrouillard Directeur Handicap International

 

Marie Pluzanski Présidente INITIATIVE DEVELOPPEMENT
Hanta Rakotondramavo Directeur DEFI Développer Former Informer
Marie-Noël Reboulet Présidente GERES

 

Agnès Renauldon Présidente Fédération Artisans du Monde
Camille Romain des Bosc Présidente Vision du Monde

 

Fanny Roussey Directrice Convergences

 

Adrien Sallez Directeur Asmae

 

Jean-marc Semoulin Président Collectif ASAH

 

Barthelemy Soazig Directeur Empow’Her

 

Camille Spire Présidente AIDES
Alioune SY Président COSIM Nouvelle-Aquitaine

 

Florence Thune Directrice Sidaction
José Tissier Président COMMERCE EQUITABLE France
Nicolas truelle Directeur Apprentis d’Auteuil

 

Najat Vallaud-Belkacem Directrice ONE France
Véronique Valty Présidente TRIANGLE GENERATION HUMANITAIRE (TGH)
Daniel Verger Président CLONG-Volontariat

 

Joel Weiler Directeur Médecins du Monde

 

Guerre en Ukraine : les ONG mettent en garde contre la mise en concurrence des crises

Au lendemain du passage du projet de loi de finances rectificative (PLFR) en Conseil des ministres et à quelques jours de son vote par le parlement, les organisations de solidarité internationale interpellent le gouvernement et les parlementaires sur l’impact potentiel et les conséquences de la guerre en Ukraine sur des crises plus lointaines et moins visibles.

Solidaires avec le peuple ukrainien et toutes les personnes souffrant de ce conflit, les organisations de solidarité internationale apportent activement leur soutien en Ukraine et dans les pays limitrophes.

La crise ukrainienne est complexe et entraîne des conséquences au-delà des frontières européennes. Cette guerre touche en premier lieu les territoires sous le contrôle de l’armée russe et leur environnement immédiat en Ukraine et dans les pays frontaliers. Comme dans toutes situations de conflit armé, elle génère un afflux de réfugié·es, et prend les populations civiles pour cible, notamment les femmes, premières victimes des violences basées sur le genre alors même que les services d’aide aux victimes sont affaiblis.

Au-delà des territoires directement affectés par le conflit, cette crise est à l’origine d’une inflation massive des prix des matières premières, avec des conséquences catastrophiques dans les zones en insécurité alimentaire, déjàdurement affectées par les conséquences du changement climatique et de la crise Covid-19.

Le Mali, par exemple – subissant la conjugaison de l’insécurité croissante, de sécheresses récurrentes et de la Covid-19 – a vu un nombre record de 1,2 million de personnes plonger dans une crise alimentaire sans précédent. Les femmes et les filles, cumulant souvent la responsabilité de l’alimentation familiale et les charges domestiques sont les premières touchées et les premières à subir des diminutions de rations au profit de leur famille.

Face à ces crises multiples et aggravées par la guerre en Ukraine, les ONG s’inquiètent du risque de détournement des financements nécessaires au soutien de régions comme le Sahel – ou plus largement, des pays les moins avancés. Le Président du Niger a lui-même évoqué son inquiétude, redoutant que la réponse aux « conséquences européennes » de la crise ukrainienne prenne le pas sur des crises plus lointaines. Les situations de crises et de fragilité ne peuvent être mises en concurrence, et les réponses ne peuvent être priorisées selon leur proximité géographique.

Ces craintes se matérialisent déjà. Certains pays, comme le Danemark ou la Suède, ont indiqué qu’ils procéderaient à une réduction massive de leurs financements vers les pays les moins avancés, pour les réorienter vers des opérations en Ukraine, ou pour l’accueil des réfugié·es sur leur territoire.

Selon les chiffres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiés en avril, l’aide de la France à destination des pays en développement est en hausse depuis quatre ans, et atteint un niveau sans précédent. Cette aide dispose désormais de son propre cadre légal et d’une programmation budgétaire visant à ce qu’en 2025, 0,7% de notre richesse nationale soit consacrée à l’aide publique au développement. Les ONG saluent pleinement ces évolutions récentes. Les principes élémentaires de l’aide supposent que celle-ci soit apportée en fonction des besoins exprimés et dénuée de tout intérêt géopolitique. Il ne faut pas que ces évolutions positives soient remises en cause par une priorisation injustifiée entre les crises, qui rendrait l’aide française inégale et hiérarchiserait les situations de vulnérabilité avec un impact notable pour les populations.

Les projets actuellement financés par l’aide au développement ont été programmés en réponse à des défis antérieurs à la crise ukrainienne qui n’ont pas disparu ; tout financement mobilisé en réponse aux besoins de la population ukrainienne doit donc s’additionner aux budgets déjà programmés. La France doit conforter son devoir de solidarité, tant auprès de la population ukrainienne qu’en direction des populations confrontées à la guerre, la pauvreté, la crise climatique ou aux inégalités structurelles partout dans le monde.

La particularité du contexte international actuel démontre que les crises s’additionnent. Les fonds alloués pour y répondre doivent s’additionner également.

Par ailleurs, le respect des obligations de solidarité internationale de la France à l’intérieur de ses frontières, comme l’accueil des personnes réfugiées, ne peut se fonder sur les budgets de coopération au développement. En effet, l’accueil des personnes réfugiées ukrainiennes pourrait représenter jusqu’à un tiers du budget français prévu pour la solidarité internationale en 2022. Pour nos organisations, ces frais, bien que complètement fondés, ne devraient pas être comptabilisés sur les budgets de l’aide internationale car cette aide ne quitte pas le territoire français.

C’est pourquoi les ONG demandent à la France de garantir des budgets additionnels pour apporter l’aide humanitaire nécessaire en faveur de la population ukrainienne. En refusant toute réallocation des budgets actuels de l’APD, la France assurera un soutien solide et durable pour faire face aux enjeux mondiaux, en cours ou à venir, et continuera de promouvoir l’aide internationale comme véritable vecteur d’un avenir commun fondé sur les droits humains et la justice sociale, économique et environnementale.

Olivier Bruyeron, Président, Coordination SUD

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Tout chaud

grille-danalyse-dintegration-des-jeunesses-dans-les-projets
04/11/2022

Grille d’analyse d’intégration des jeunesses dans les projets

menace-environnement-favorable-osc-amendement-plf-2023
13/10/2022|Appel à mobilisation

Menace environnement favorable OSC : Amendement PLF 2023

la-ttf-cette-taxe-plebiscitee-par-la-population-et-les-parlementaires-mais-boudee-par-le-gouvernement
12/10/2022|Lettre ouverte

La TTF, cette taxe plébiscitée par la population et les parlementaires mais insuffisamment portée…